Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Philosophie d’intervention en matière de réinsertion sociale des personnes contrevenantes

En 2007, les Services correctionnels ont publié leur Philosophie en matière de réinsertion sociale. Réaffirmée avec la LSCQ, la réinsertion sociale se définit comme un ensemble d’interventions dont l’objectif est que la personne contrevenante vive de façon socialement acceptable dans le respect des lois. La mise en œuvre de ces interventions se traduit par des activités et des programmes qui visent à soutenir le cheminement de la personne et à mieux la connaître, à consolider une relation de confiance, à mettre à contribution son réseau familial et social et à lui offrir des services adaptés à ses besoins. L’objectif de la philosophie est d’apporter une vision commune à tous les intervenants participant à la réinsertion sociale des personnes contrevenantes.

La philosophie d'intervention en matière de réinsertion sociale établit notamment les principes associés à l’intervention auprès de la personne contrevenante qui interpellent tous les intervenants concernés. L’intervention correctionnelle doit donc être guidée par les principes qui suivent.

Principe de la connaissance de la clientèle

Ce principe implique que, pour mieux évaluer, mieux intervenir et mieux prendre des décisions en vue d’une remise en liberté, il est essentiel de bien connaître la personne contrevenante. En plus de favoriser la création d’un climat de confiance entre la personne et l’intervenant, les Services correctionnels ont l’obligation de prendre, dans les meilleurs délais, toutes les mesures possibles pour se procurer les renseignements concernant les personnes qui leur sont confiées et de les partager, lorsque nécessaire, avec les partenaires pénaux et sociaux tels que la Commission québécoise des libérations conditionnelles, les organismes communautaires et les corps policiers.

Principe de l’individualisation

Ce principe implique :

  • une évaluation personnalisée qui permet d’élaborer un plan d’intervention correctionnel adapté, réévalué au besoin, afin d’agir sur les facteurs liés à la délinquance de la personne contrevenante;
  • la détermination d’un niveau d’investissement et d’intervention en fonction des risques et besoins que présente la personne contrevenante;
  • un ajustement de l’intervention et de l’investissement, lorsque nécessaire.

Principe de continuité

Le principe de continuité de l’intervention signifie que les actions entreprises antérieurement ou à venir par les intervenants correctionnels, ou par les partenaires de la communauté, doivent toujours être prises en compte. L’assurance de cette continuité exige une relation étroite, tant entre l’intervention réalisée en milieu carcéral et l’intervention réalisée en milieu ouvert qu’entre le milieu correctionnel et le milieu communautaire. Le tout vise à assurer la cohérence dans l’intervention entre tous les intervenants.

Principe de complémentarité

Les Services correctionnels reconnaissent que la contribution des partenaires et des ressources de la communauté, selon leur mission respective, est nécessaire à l’actualisation de la mission des Services correctionnels afin de rendre des services adaptés aux besoins des personnes qui leur sont confiées.

La complémentarité s’effectue par l’ajout aux activités fournies par les Services correctionnels, des activités offertes par des organismes communautaires et des ressources communautaires en vue d’en arriver à une réponse adaptée aux besoins de la personne contrevenante dans sa démarche de réinsertion sociale.

La réinsertion sociale, qui demeure selon les études empiriques (les références sont en fin de document) la meilleure façon de protéger la société de façon durable, est de plus associée à l’exercice de certaines activités de contrôle qui visent à s’assurer du respect des conditions imposées aux personnes contrevenantes. 

Dernière mise à jour : 22 novembre 2017