Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

La sécurité incendie au Québec

Rapport d'activité et statistiques sur les incendies déclarés en 2010

Introduction

Depuis déjà 10 ans, le Québec a procédé à une réforme en sécurité incendie. En s’appuyant sur la Loi sur la sécurité incendie (L.R.Q., c S?3.4), le gouvernement a innové en incitant les autorités locales et régionales à réaliser un exercice de réflexion conduisant à l’attestation des schémas de couverture de risques. Les statistiques compilées pour l’année 2010 démontrent clairement que ce travail a porté ses fruits.

Les renseignements présentés dans cette publication couvrent les activités relatives au domaine de l’incendie au 31 décembre 2011, alors que les statistiques font état des données déclarées par les services de sécurité incendie pour l’année 2010.

La banque de données du ministère est alimentée par les autorités locales et par les assureurs et experts en sinistres, qui déclarent les incendies survenus sur leur territoire. C’est donc grâce à leur contribution que le présent portrait reflète l’état de la situation en matière de sécurité incendie.

Les données utilisées pour la réalisation de ce rapport ont été extraites en janvier 2012. La valeur et la qualité des statistiques qui sont présentées reposent sur la rigueur et la justesse des renseignements qui sont transmis au ministère. Par la nature dynamique de cette banque de données, il est possible que certains chiffres soient différents de ceux publiés antérieurement.

Les schémas de couverture de risques en sécurité incendie

Dans le but de réduire les pertes humaines et matérielles attribuables à l’incendie, d’accroître l’efficacité des organisations publiques responsables de la sécurité incendie et de réduire les coûts assumés par les contribuables, les autorités régionales doivent, en conformité avec les orientations du ministre de la Sécurité publique, établir un schéma de couverture de risques.

Le schéma, c’est l’analyse approfondie du territoire et la préparation d’un mode d’emploi par le milieu concerné pour prévenir l’incendie et déterminer la force de frappe optimale afin de réaliser des interventions efficaces et réussies. En élaborant un tel schéma, les municipalités dressent rigoureusement un inventaire de tous les risques présents sur leur territoire et créent des liens avec d’autres organisations vouées à la sécurité publique à l’échelle locale et régionale. Cette démarche permet :

  • d’optimiser leurs ressources humaines, matérielles, financières et informationnelles;
  • d’améliorer les compétences des pompiers, des gestionnaires de services de sécurité incendie et des officiers municipaux;
  • d’adopter des approches préventives;
  • de redéfinir le rôle des intervenants en matière de sécurité incendie.

Durant cette décennie, un immense travail a été réalisé par la grande majorité des autorités locales et régionales pour offrir de meilleurs services destinés aux citoyens. Les autorités ont constaté les enjeux sur leur territoire et les risques qui y sont présents, et elles ont déterminé un niveau de service à leur mesure.

À l’instar des gens qui l’occupent, le territoire est en perpétuel mouvement. La mobilisation doit donc être maintenue. Des efforts seront encore déployés, puisque le travail doit se poursuivre. La mise à jour en continu du schéma est un réflexe qui doit être développé à très court terme. La population a besoin du dynamisme des leaders locaux.

Les réalisations

Projets de schémas déposésSchémas ayant obtenu une attestation de conformitéSubventions gouvernementales octroyées
Source : Service de la sécurité incendie, au 30 janvier 2012
102/10388/10310,54 millions $

Les schémas de couverture de risques d'incendie

Les schémas de couverture de risques d'incendie de 2004 à 2011
Année de référenceNombre de schémas attestés
20041
200511
200620
200734
200840
200955
201073
201188

Une carte interactive de la couverture en services incendie pour l’ensemble du Québec est accessible.

Cet outil offre un portrait à jour de l’état de situation des schémas de couverture de risques d’incendie et permet une consultation en ligne des documents relatifs à ces schémas.

Le soutien à l'expertise

Afin d’appuyer les autorités locales et régionales dans leur cheminement et de soutenir ses partenaires, le ministère a créé de nombreux comités ayant pour objectif de développer l’expertise et la connaissance. Ces comités ont entre autres pour mandat de permettre aux intervenants du milieu de demeurer à la fine pointe des technologies. Ces efforts de tous les acteurs visent l’amélioration continue et permettent d’accomplir les bons gestes aux bons moments.

  • Comité stratégique en sécurité incendie
  • Comité consultatif sur l’éducation du public en sécurité incendie
  • Comité consultatif en sécurité incendie
  • Comité sur la certification des résidences pour les personnes âgées
  • Comité sur les alarmes non fondées
  • Comité sur les exigences relatives aux véhicules et accessoires d'intervention
  • Comité sur le Guide des opérations à l’intention des services de sécurité incendie
  • Comité sur les assurances
  • Comité sur les services de garde en milieu familial
  • Comité sur la mousse, classe A
  • Comité sur les appareils respiratoires
  • Comité sur les statistiques en sécurité incendie
  • Comité sur l'aménagement des points d'eau
  • Comité sur les centres de détention (ententes entre les services de sécurité incendie et les municipalités lors d'une intervention dans le milieu carcéral provincial)
  • Comité sur les mesures d'urgence pour les milieux isolés
  • Comité consultatif sur l'encadrement et le développement des centres d'urgence 9?1?1

Le ministère participe activement à d’autres comités qui répondent à ses objectifs en matière de prévention des incendies :

  • Comité sur le Code de sécurité et le Code de construction (Régie du bâtiment du Québec)
  • Comité consultatif Underwriters Laboratories of Canada pour les véhicules d'intervention
  • Groupe de travail avec l'Association paritaire pour la santé et la sécurité du travail, secteur « Affaires municipales »
  • Comité sur les ponts et les viaducs concernant le poids des véhicules d'intervention (ministère des Transports du Québec)

La prévention des incendies et la sensibilisation du public

Semaine de prévention des incendies 2011 "La grande Évacuation"

Encore de nos jours, trop de blessures ou de décès survenant lors d’incendies sont attribuables à la négligence et à l’imprudence des citoyens. Pour changer les comportements, le ministère de la Sécurité publique encourage les activités et les initiatives en matière de prévention des incendies.

Le 12 octobre 2011, une première a eu lieu au Québec : « La Grande Évacuation ». En compagnie des pompiers, parents et enfants se sont exercés à évacuer leur résidence sur le coup de 19 heures. À cette occasion, les familles ont été invitées à réaliser d’autres gestes pouvant sauver des vies lors d’un incendie, comme vérifier le fonctionnement de leurs avertisseurs de fumée et préparer un plan d’évacuation de leur résidence en prévision d’une évacuation.

« La Grande Évacuation » a connu un franc succès grâce à la participation active et enthousiaste de quelque 160 services municipaux de sécurité incendie et des familles. Cet événement a aussi fait parler de lui dans les bulletins de nouvelles des grandes chaînes de télévision. Jamais une telle couverture médiatique n’avait été constatée pour une activité de prévention des incendies. Bravo aux pompiers et aux citoyens qui y ont participé!

Semaine de la prévention 2010 « Le feu brûle, la fumée tue »

Lors d’un incendie, les citoyens disposent généralement de moins de trois minutes pour évacuer leur domicile avant d’être incommodés par la fumée. Ils ont plus de chances de sortir à temps si leur résidence est équipée d’avertisseurs de fumée. En effet, un avertisseur de fumée qui fonctionne bien alerte les occupants dès le début de l’incendie.

Compte tenu du fait que cette réalité n’est pas connue d’une bonne partie de la population, le ministère et les services de sécurité incendie ont voulu sensibiliser les citoyens à l’importance d’avoir chez eux au moins un avertisseur de fumée et d’en faire la vérification régulièrement. Pour l’occasion, les services de sécurité incendie étaient invités à remettre un macaron aimanté sur lequel la mention « Vérifiez ? Remplacez » était inscrite pour rappeler de vérifier régulièrement les avertisseurs et de les remplacer aux 10 ans. Et quoi de plus facile pour s’en souvenir que de faire le rapprochement avec la décennie 2010!

Rappelons que, en prévention des incendies, une campagne annuelle, ce n’est pas assez! Il est donc essentiel de prévoir et d’organiser des activités de prévention tout au long de l’année. À cet effet, le ministère souligne la contribution des partenaires du milieu de l’incendie et l’appui de commanditaires privés associés à la prévention des incendies.

Les événements survenus en 2010 et en 2011

Sécurité civile

Au cours de l’année financière 2010-2011, plus de 440 événements ont été signalés à la Sécurité civile du Québec. Les événements peuvent :

  • être d’origine hydrologique (pluies diluviennes, crues éclair, dépression post-tropicale);
  • être causés par la météo extrême (orages violents, smog, chaleur accablante);
  • être liés à l’érosion des berges et à la submersion marine (grandes marées du fleuve Saint-Laurent);
  • être produits par des mouvements de sol ou par des incendies.

À titre d’exemple, nommons les grandes marées survenues dans la région du Bas-Saint-Laurent, de la Gaspésie et des Îles-de-la-Madeleine, en décembre 2010, les inondations du printemps 2011 ayant particulièrement touché la Montérégie, et le nombre élevé de mouvements de sol qu’a connu la région de l’Outaouais à la suite des pluies abondantes du mois de juin 2011. Ces événements ont nécessité des actions gouvernementales immédiates pour répondre aux besoins de la population.

Une collaboration constante avec différents partenaires des administrations municipales, provinciales et fédérale permet d’échanger de l’information précieuse, notamment en ce qui concerne la surveillance des conditions météorologiques ou lors d’interventions réalisées pendant une catastrophe.

Au cours de l’année, une vingtaine de demandes ont été formulées auprès du Centre des opérations gouvernementales pour des opérations de recherche et sauvetage qui nécessitaient la participation de bénévoles. Lors de ces opérations, des conseillers en sécurité civile se sont rendus sur le terrain afin de soutenir la Sûreté du Québec, responsable de la coordination.

Le ministère a continué d’élaborer des outils afin d’aider les municipalités et les centres d’urgence 9-1-1 à s’acquitter de certaines des responsabilités que leur confère la Loi sur la sécurité civile (L.R.Q., c. S-2.3).

En plus de recevoir les appels de sécurité civile, le ministère reçoit les appels de quatre services d’urgence :

  • la ligne Urgence-Environnement du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs, qui permet de signaler en tout temps une urgence environnementale;
  • la ligne du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, qui permet de déclarer ou de signaler des événements concernant l’inspection et la salubrité des aliments;
  • la ligne du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, qui permet de déclarer des cas de mortalité ou de maladies animales pouvant affecter les personnes;
  • la ligne de la Régie du bâtiment du Québec, en activité depuis avril 2011, qui permet de signaler une urgence ou un danger important en matière de sécurité du bâtiment.

Entre le 1eravril 2010 et le 31 mars 2011, un total de 23 463 appels ont été reçus et traités par le Centre des opérations gouvernementales.

Les services de sécurité incendie sont très souvent les premiers à répondre lors de tous ces types de sinistres. Par exemple, ils procèdent au sauvetage et à l’évacuation de personnes en danger, érigent des périmètres de sécurité et prennent en charge certaines opérations. Généralement, ils assurent une excellente collaboration auprès des autres intervenants pour faire face à la situation. Force est d’admettre que les municipalités sinistrées ne peuvent se passer de ressources aussi dévouées.

À cet égard, en 2010, 308 municipalités ont été désignées lors de la mise en œuvre de programmes d’aide financière gouvernementaux relativement à des sinistres réels ou imminents, et 599 en 2011. Dans la plupart de ces événements, les services de sécurité incendie ont travaillé d’arrache-pied, de concert avec les partenaires de services d’urgence, pour aider les victimes à traverser ces épreuves. Les tableaux suivants énumèrent ces programmes.

Programmes d'aide financière

Programmes d'aide financière du 1er janvier au 31 décembre 2010*
Mise en œuvre des programmes Inondations et pluies abondantes Mouvements de solDiversTotal
*Source : Service des programmes de la Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie du ministère de la Sécurité publique
Programme général d’aide financière lors de sinistres 24 5736
Programme d'aide financière relatif à l’imminence de mouvements de sol 1111
Programme d'aide financière pour les besoins de première nécessité lors de sinistres 11
Programme spécifique
d’aide financière
1
Total 24 17748
Programmes d'aide financière du 1er janvier au 31 décembre 2011*
Mise en œuvre des programmes Inondations et pluies abondantes Mouvements de solDiversTotal
*Source : Service des programmes de la Direction générale de la sécurité civile et de la sécurité incendie du ministère de la Sécurité publique
Programme général d’aide financière lors de sinistres 8 3314
Programme d'aide financière relatif à l’imminence de mouvements de sol 66
Programme d'aide financière pour les besoins de première nécessité lors de sinistres 11
Programme spécifique
d’aide financière
12 1022
Total 24 20343

Les incendies déclarés en 2010 et 2011

Les incendies déclarés au Québec en 2010 et 2011
20102011
Incendies de bâtiments7 4557 319
Autres incendies (voitures, broussailles, rebuts, barbecue, etc.) 14 47714 168
Total des incendies déclarés21 93221 487

Les causes connues de tous les incendies déclarés

Les causes connues de tous les incendies déclarés en 2010
Causes Pourcentage
Défectuosité mécanique ou électrique (ex : court-circuit, retour de flamme d'un moteur, défaillance d'une automobile) 34 %
Autres (ex : foudre, réactivation d'un incendie)26 %
Utilisation inadéquate du matériau enflammé (ex : combustible renversé ou mal utilisé, huile à cuisson)10 %
Erreur humaine (ex : personne endormie, accident de la route)14 %
Utilisation inadéquate d'une source d'inflammation (ex : jouer avec des allumettes, mauvais contrôle d'un feu à ciel ouvert)7 %
Mauvaise utilisation d'un équipement ( ex : quantité excessive de combustible, capacité d'un appareil outrepassée) 5 %
Défaut de conception, de construction ou d'installation (ex : mauvais branchement, défaut de construction)4 %

« La défaillance ou la défectuosité mécanique ou électrique constitue la principale cause d'incendie, représentant 34 % des causes connues. »

Les incendies de bâtiments

Taux d'incendies de bâtiments par 100 000 habitants
Année de référenceTaux d'incendies de bâtiment par 100 000 habitants
1995118
2000121
2005131
201094
La variation du taux d'incendies de bâtiments par 100 000 habitants
Année de référenceNombre d'incendies de bâtiments déclarés Population du Québec*Taux d'incendies de bâtiments par 100 000 habitants
* Institut de la statistique du Québec
19958 5387 219 219118
20008 8697 356 951121
20059 9707 581 911131
20107 4557 905 67994

« En 2010, le nombre d’incendies de bâtiments déclarés au ministère de la Sécurité publique a atteint 7 455, ce qui représente une diminution de plus de 25 % par rapport aux données de 2005. »

De 2005 à 2010, on observe une tendance à la baisse du taux d’incendies de bâtiments en fonction de l’adoption graduelle des schémas de couverture de risques. Toutefois, il est prématuré de tirer des conclusions à ce sujet. L’impact des schémas de couverture de risques pourra se confirmer au cours des prochaines années.

Adoption des schémas de couverture de risques - Taux d'incendies de bâtiments par 100 000 habitants
Année de référenceTaux d'incendies de bâtiment par 100 000 habitants Schémas attestés
19951180
20001210
200513111
20109473

La survenance des incendies de bâtiments

Pour l’année 2010, près d’un incendie sur deux survient lors du retour à la maison, à l’heure du souper et en soirée. En ce qui concerne le jour de la semaine et le mois de l’année, aucune tendance significative n’est dégagée.

La répartition des incendies de bâtiments déclarés en 2010 par période de 24 h
PériodePourcentage
0 h à 4 h 5915 %
5 h à 9 h 5915 %
10 h  à 14 h 5923 %
15 h à 19 h 5928 %
20 h à 23 h 5919 %
Total100 %
La répartition des incendies de bâtiments déclarés en 2010 par jour de la semaine
Jour de la semainePourcentage
Lundi15 %
Mardi

14 %

Mercredi13 %
Jeudi14 %
Vendredi16 %
Samedi14 %
Dimanche14 %
Total100 %
La répartition des incendies de bâtiments déclarés en 2010 par mois de l'année
Mois de l'annéePourcentage
Janvier11 %
Février10 %
Mars10 %
Avril9 %
Mai9 %
Juin6 %
Juillet7 %
Août6 %
Septembre6 %
Octobre8 %
Novembre9 %
Décembre9 %
Total100 %

L'usage des bâtiments touchés

Répartition des incendies de bâtiments déclarés en 2010 selon l'usage
Usage Pourcentage
Résidentiel72 %
Commercial8 %
Unité publique8 %
Industriel6 %
Agricole5 %
Autres (exploitation minière, immeuble non exploité, etc.)1 %

Qu'entend-on par "usage résidentiel"

Qu'entend-on par "usage résidentiel" Logement, chalet, maison de villégiature, maison mobile, roulotte résidentielle, maison de chambres et pension, local pour les associations fraternelles, maison de jeunes, local d'étudiants infirmiers, maison d'étudiants (collèges et universités), autres résidences d'étudiants, maison pour personnes retraitées non autonomes, orphelinat, maison pour personnes retraitées autonomes, couvent, monastère, presbytère, autres maisons d'institutions religieuses, autres locaux de groupes, hôtel résidentiel, motel résidentiel, autres résidences provisoires, camp de chasse et pêche, camp forestier, stationnement intérieur, espace de rangement, autres immeubles résidentiels.

En 2010, 72 % des incendies de bâtiments sont survenus dans des bâtiments d’usage résidentiel. Toutefois, les pertes matérielles engendrées par un incendie survenant dans un bâtiment d’usage non résidentiel peuvent être très élevées. Dans certains cas, l’économie régionale en est sérieusement affectée. Sans oublier que la population est affligée par la perte de son patrimoine bâti.

Par exemple, le 19 juin 2010, à l'Assomption, dans la région de Lanaudière, la caserne de pompiers, la bibliothèque municipale, les archives de la municipalité ainsi que des locaux communautaires ont été la proie des flammes. Le feu aurait pris naissance dans la bibliothèque, puis se serait propagé à la caserne située à proximité. De nombreux dommages aux équipements du service de sécurité incendie ont été constatés. Le bâtiment a été complètement incendié, y compris les documents d’archives et les ouvrages de la bibliothèque.

Quelques semaines plus tard, le 10 août 2010, à Sainte- Séraphine, dans la région des Bois-Francs, l’incendie d’une ferme porcine nécessitait l’intervention de cinq services de sécurité incendie. Malgré cela, 1 200 bêtes ont péri et les bâtiments ont complètement été détruits.

Le lieu d'origine des incendies de bâtiments d'usage résidentiel

Le lieu d'origine des incendies de bâtiments d'usage résidentiel ayant entraîné des pertes matérielles en 2010
Lieu Pourcentage
Cuisine9 %
Balcon extérieur, entretoit, surface d'un mur, etc. (espace intégré à la structure)15 %
Salon, salle de séjour, bibliothèque, etc.11,5 %
Garage intérieur, remise, entrepôt, chambre froide, etc. (aire d'entreposage) 10,8 %
Chambre à coucher9,5 %
Cour, patio, terrasse, aire extérieure de stationnement, abri d'auto, aire réservée aux ordures, etc. (aire extérieure) 6,4 %
Vestibule, corridor, passage, escalier intérieur et autres lieux de circulation5,9 %
Salle de bain5 %
Cheminée, tuyaux, canalisation, conduits de ventilation, etc.2,1 %
Placard de chauffe-eau, salle des chaudières, chambre électrique, atelier, etc. (aire de service et salle d'équipement)1,8 %
Plus d'un lieu d'origine1,7 %
Salle à manger1,3 %

Les systèmes de détection et d'extinction des incendies

Répartition de la présence d'avertisseurs de fumée, de systèmes d'alarme-incendie et de systèmes fixes d'extinction pour les incendies de bâtiments déclarés en 2010
Avertisseur de fumée (nombre) Avertisseur de fumée (%) Système d'alarme-incendie (nombre) Système d'alarme-incendie (%) Système fixe d'extinction (gicleurs, nombre) Système fixe d'extinction (gicleurs, %)
Présent 2 977 60 % 971 20 % 317 6 %
Absent 1 237 25 % 3 446 69 % 4 307 87 %
Indéterminé 749 15 % 546 11 % 339 7 %
Total 4 963 100 % 4 963 100 % 4 963 100 %
Selon les données recueillies, pourcentage de fonctionnement des appareils
Nombre A fonctionnéN'a pas fonctionné
Avertisseur de fumée2 97764 %36 %
Système d'alarme-incendie97166 %34 %
Système fixe d'extinction (gicleurs)31733 %67 %
Total4 963100 %100 %

« Les données indiquent que 5,8 % des avertisseurs de fumée ne se sont pas déclenchés à cause de l’état non fonctionnel de l’appareil (débranchement volontaire par le propriétaire, absence ou non-renouvellement de la pile).

Quant aux systèmes d’alarme-incendie, compte tenu du faible échantillonnage, il est impossible de dégager une tendance quant aux causes de non-fonctionnement.

En ce qui concerne les systèmes fixes d’extinction, la principale cause du non-fonctionnement de l’appareil, qui touche 40 % des cas, est attribuable à la faible intensité de l’incendie, qui n’a pas déclenché l’appareil. »

Accidents de travail et maladies professionnelles

Les accidents de travail et les maladies professionnelles chez le personnel spécialisé dans la lutte contre l'incendie entre 2005 et 2010
AnnéeNombre
Moyenne cumulée (423)
Source : Commission de la santé et de la sécurité du travail, au 19 mars 2012
2005474
2006507
2007414
2008397
2009361
2010385

On observe une tendance à la baisse du nombre d’accidents de travail et de maladies professionnelles chez les personnes spécialisées dans la lutte contre les incendies avec l’adoption graduelle des schémas de couverture de risques.

Adoption des schémas de couverture de risques / Nombre d'accidents de travail et de maladies professionnelles
Année de référenceAccidents de travail et maladies professionnelles Cumul des schémas attestés
200547411
200650720
200741434
200839740
200936155
201038573

Conformément au Règlement sur les conditions pour exercer au sein d'un service de sécurité incendie municipal (c. S-3.4, r. 1), les pompiers, les préventionnistes et les officiers doivent obtenir une formation initiale pour exercer des fonctions reliées notamment

  • la direction d'un service de sécurité incendie;
  • La prévention;
  • l'intervention;
  • la recherche du point d'origine, des causes probables et des circonstances d'un incendie.

Les décès reliés aux incendies de bâtiments

Les décès reliés aux incendies de bâtiments survenus au Québec entre 2005 et 2010
Année de référenceEnfants 0 à 17 ans (M)Enfants 0 à 17 ans (F)Adultes 18 à 64 ans (M)Adultes 18 à 64 ans (M)Aînées 65 ans et + (M)Aînées 65 ans et + (M)Pompiers (M)Pompiers (M)Nombre de décès
Source : Bureau du coroner, au 13 janvier 2012
20052723101160059
200632299551054
200721147450033
200802149862041
200903182870038
201010126660031

Depuis l’entrée en vigueur de la Loi sur la sécurité incendie et l’adoption graduelle des schémas de couverture de risques, on constate une baisse du nombre de décès.

Adoption des schémas de couverture de risques / Nombre d'accidents de travail et de maladies professionnelles
Année de référenceNombre de décès Cumul des schémas attestés
20055911
20065420
20073334
20084140
20093855
20103173

Taux de mortalité par 100 000 habitants

« De 2005 à 2010, l’augmentation de la population de 4 %, conjuguée à la baisse de 48 % du nombre de décès, entraîne une diminution du taux de mortalité de 50 %. »

Taux de mortalité par 100 000 habitants pour les années 2005-2010
Année de référenceDécès Population*Décès / 100 000 habitants
* Institut de la statistique du Québec
2005597 581 9110,78
2006547 631 5520,71
2007337 687 4230,43
2008417 750 7350,53
2009387 826 8910,49
2010317 905 6790,39

De 2005 à 2010, un taux annuel moyen de 0,55 a été observé. Depuis 2007, les résultats sont inférieurs à cette moyenne.

Décès par 100 000 habitants
AnnéeDécès par 100 000 habitants
20050,78
20060,71
20070,43
20080,53
20090,49
20100,39

L'évaluation des pertes matérielles

« Selon la parution de La Sécurité incendie au Québec en 2007, les pertes matérielles de 2005 s’élevaient à 567 M$. En tenant compte de l’inflation et de l’augmentation de la population, ces pertes auraient représenté plus de 646 M$ en 2010. Les pertes matérielles déclarées en 2010 de 426 M$ représentent donc un écart à la baisse de 220 M$, comparativement à celles de 2005. En 2010, les pertes matérielles sont de 53,90 $ par personne, soit une diminution de 27,84 $ par personne, comparativement à 2005. »

Les pertes matérielles pour les incendies déclarées en 2010
Évaluation des pertes - Bâtiments236,4 M$
Évaluation des pertes - Contenu140,3 M$
Évaluation des pertes - Extérieur49,5 M$
Total426,2 M$
Le coût des incendies par personne
Année de référence$ / personne $ / personne en $ constants*
*La Banque du Canada utilise les données mensuelles de l’indice des prix à la consommation pour calculer l’inflation. Pour la période allant de 2005 à 2010, la variation de l’inflation est de 9,37 %.
200574,78 $81,74 $
201053,90 $53,90 $
Écart20,88 $27,84 $

Les comparaisons interprovinciales

Comparaisons interprovinciales pour l'année 2010 avec l'Ontario, l'Alberta et le Nouveau-Brunswick
ProvinceIncendies toutes catégories par 1 000 habitantsDécès reliés aux incendies de bâtiments par 100 000 habitants Pertes matérielles relatives aux incendies de bâtiments par habitant, en dollars ($)

1 Banque de données du MSP (janvier 2012)
2 Sommaire 2010 des incendies en Ontario, publié par le Bureau du commissaire des incendies
3 Bureau du Fire Commissioner - Public Safety Division, Alberta Municipal Affairs (correspondance de janvier 2012)
4 Bureau du prévôt des incendies - Sécurité publique (correspondance de janvier 2012)
Québec12,770,3929,91
Ontario21,840,5738,74
Alberta31,180,56106,01
Nouveau-Brunswick46,001,3340,05
Incendies toutes catégories par 1 000 habitants
ProvincesNombre d'incendies de toutes catégories par 1 000 habitants
Québec2,77
Ontario1,84
Nouveau-Brunswick6,00
Alberta1,18
Décès reliés aux incendies de bâtiments par 100 000 habitants
ProvincesNombre de décès reliés aux incendies de bâtiments par 100 000 habitants
Québec0,39
Ontario0,57
Nouveau-Brunswick1,33
Alberta0,56
Pertes matérielles relatives aux incendies de bâtiments par habitant en dollars ($)
ProvincesDollars ($)
Québec29,91
Ontario38,74
Nouveau-Brunswick40,05
Alberta106,01

Dernière mise à jour : 13 juillet 2012