Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Statistiques 2009 sur la criminalité commise dans un contexte conjugal au Québec

Date de publication : 2011

Faits saillants

Le rapport Statistiques 2009 sur la criminalité commise dans un contexte conjugal au Québec présente les statistiques sur les infractions commises dans un contexte conjugal signalées à la police et jugées fondées après enquête en 2009.

Voici les principaux faits saillants :

  • En 2009, les corps policiers ont enregistré 18 180 infractions contre la personne1 commises dans un contexte conjugal, c’est-à-dire par une personne conjointe, ex-conjointe, amie intime ou ex-amie intime de la victime. Ces infractions, représentant plus du cinquième (22 %) de toutes les infractions contre la personne qui ont été consignées dans l’année, ont augmenté de près de 4 % en 2009, soit 827 infractions additionnelles.

    1 Les infractions contre la personne qui sont considérées dans le rapport sont les homicides, les tentatives de meurtre, les voies de fait, les agressions sexuelles, les enlèvements, les séquestrations, le harcèlement criminel, les menaces et, depuis 2008, les appels téléphoniques indécents ou harassants et l’intimidation. Définitions des infractions contre la personne.

  • Un peu plus de la moitié des infractions (9 851) étaient des voies de fait de niveau 1 (le fait de tenter d'employer ou d'employer la force contre une personne, sans son consentement). Suivaient principalement les menaces (2 615), les voies de fait de niveau 2 (voies de fait avec une arme ou causant des lésions corporelles) (2 208) et le harcèlement criminel (1 962).
  • Les homicides (17), les tentatives de meurtre (31) et les voies de fait de niveau 3 (voies de fait blessant, mutilant, défigurant ou mettant la vie en danger) (65) composaient moins de 1 % des infractions.
  • Le profil général des victimes est également demeuré le même par rapport aux dernières années :
    • les victimes étaient majoritairement des femmes (82 %);
    • près de quatre victimes sur dix étaient âgées de 18 à 29 ans, les proportions diminuant ensuite avec l’avancement en âge;
    • 45 % étaient les conjointes de l’auteur présumé tandis que 41 % étaient des ex-conjointes;
    • 43 % ont été blessées lors de l’infraction et, parmi les victimes blessées, 3 % ont eu des blessures graves ou mortelles.

  • La majorité des infractions a été classée par mise en accusation, soit 69 % des infractions classées. Les infractions ayant obtenu le plus souvent ce classement ont été les enlèvements, les tentatives de meurtre, les séquestrations et les voies de fait de niveaux 2 et 3.
  • En plus des 18 180 victimes conjointes, ex-conjointes, amies intimes ou ex-amies intimes de l’auteur présumé, les événements criminels opposant des partenaires actuels ou passés ont fait 1 777 autres victimes de crimes, dont trois sur dix étaient mineures.