logo Québec

Ministère de la Sécurité publique

Statistiques 2004 sur les infractions sexuelles au Québec

Le rapport Les agressions sexuelles – Statistiques 2004 dresse l'état de situation sur les infractions sexuelles qui ont été portées à l'attention de la police en 2004. Les infractions sexuelles sont des crimes contre la personne qui regroupent les agressions sexuelles et les infractions d'ordre sexuel. Les agressions sexuelles se répartissent selon trois degrés de gravité, soit l'agression sexuelle simple (niveau 1), l'agression sexuelle armée ou infligeant des lésions corporelles (niveau 2) et l'agression sexuelle grave blessant, mutilant ou défigurant la victime ou mettant sa vie en danger (niveau 3). Les infractions d'ordre sexuel regroupent les contacts sexuels, l'incitation à des contacts sexuels, l'exploitation sexuelle, l'inceste, les relations sexuelles anales non consentantes ou entre personnes de moins de 18 ans et la bestialité (pour plus d'information, voir l'annexe A).

Les statistiques présentées dans le rapport fournissent une image partielle de la nature et de l'étendue des crimes sexuels puisque ceux-ci sont parmi les moins susceptibles d'être signalés à la police1. Elles constituent néanmoins un outil essentiel non seulement pour suivre l'évolution des infractions sexuelles divulguées à la police, mais aussi pour aider à planifier et à organiser les services aux victimes et aux auteurs présumés de ces crimes.

1 Trainor, Catherine, « Recours des victimes au système judiciaire et aux services sociaux », Un profil de la victimisation criminelle : résultats de l'Enquête sociale générale de 1999, p. 44.

Cette année, nous avons modifié la présentation du rapport afin d'offrir une vue plus globale de la situation. Des tableaux complémentaires sont toutefois présentés dans le site Internet du Ministère.

Le rapport se divise en quatre chapitres. Le premier fournit de l'information sur la source de données et sur les éléments statistiques du rapport. Le deuxième situe les infractions sexuelles commises en 2004 par rapport aux années antérieures et cible les groupes qui en sont le plus souvent victimes. Les troisième et quatrième dressent respectivement le profil des victimes et des auteurs présumés. Trois annexes complètent le rapport : la première porte sur la définition des infractions sexuelles, la deuxième renferme deux tableaux sur le nombre et le taux de victimes par région et la troisième présente les données disponibles sur les crimes connexes aux infractions sexuelles.

Faits saillants

Le rapport Les agressions sexuelles - Statistiques 2004 présente l'état de situation sur les agressions sexuelles et les infractions d'ordre sexuel qui ont été portées à l'attention de la police en 2004. Comme cette forme de criminalité est peu déclarée à la police, les statistiques de ce rapport en fournissent seulement une image partielle.

  • En 2004, un peu plus de 5 000 infractions sexuelles, dont 80 % sont des agressions sexuelles, ont été enregistrées par les corps de police du Québec. Ces infractions représentent 7 % des crimes contre la personne.
  • L'année 2004 est la deuxième année de stabilité pour cette forme de criminalité. Bien que le nombre de crimes n'ait pas beaucoup augmenté quelle que soit la catégorie, les agressions sexuelles armées ou causant des lésions corporelles ont connu la plus forte hausse.
  • On compte quatre fois et demie plus de victimes chez les femmes que chez les hommes et huit fois plus chez les jeunes que chez les adultes.
  • Les populations des régions du Nord-du-Québec, de la Côte-Nord et de l'Abitibi-Témiscamingue sont les plus touchées par la criminalité d'ordre sexuel, le nombre de victimes par 100 000 habitants y étant le plus élevé. À l'opposé, les populations des régions de Laval et de la Chaudière-Appalaches sont les moins touchées.
  • Quant au profil des victimes, on note que 82 % sont des femmes et que 67 % ont moins de 18 ans.
  • Près de 80 % des victimes connaissent l'auteur présumé qui est surtout un membre de la famille immédiate ou éloignée (37 %) et une simple connaissance (30 %).
  • Le lieu du crime le plus fréquent est une résidence privée (67 %). Les autres principaux lieux sont un établissement commercial (8 %) et la voie publique (7 %).
  • Le dépôt de la plainte à la police a été fait le jour même du crime pour 37 % des victimes, mais au moins cinq jours après le crime pour 43 % des victimes.
  • À la date d'extraction des données pour les besoins de ce rapport, les corps de police avaient recueilli suffisamment de preuves pour identifier les auteurs présumés de 57 % des infractions sexuelles commises en 2004.
  • Les auteurs présumés d'infractions sexuelles sont de sexe masculin dans 97 % des cas et sont âgées de 18 ans et plus dans une proportion de 77 %.
  • Bien que les 12 à 17 ans ne composent que 21 % des auteurs présumés, c'est dans ce groupe d'âge qu'on trouve le plus grand nombre d'auteurs présumés par 100 000 habitants.