Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Statistiques 2009 sur la criminalité au Québec

Date de publication : 2011

Faits saillants

Le rapport Statistiques 2009 sur la criminalité au Québec dresse le portrait de la criminalité au Québec en 2009 et de son évolution au cours des dix dernières années.

Voici les principaux faits saillants :

Taux de criminalité

Pour une troisième année consécutive, le taux de criminalité global au Québec a diminué en 2009 (-1,9 %). Les 385 005 infractions au Code criminel déclarées par les organisations policières en 2009 (excluant les infractions relatives à la conduite De véhicules) représentent une diminution de 4 000 infractions comparativement à 2008 et de près de 45 000 infractions de moins qu’il y a dix ans.

Crimes contre la personne et contre la propriété

La tendance décroissante des infractions contre la propriété s’est poursuivie en 2009, alors que le taux d’infractions est de 3 % moins élevé que celui de 2008.

En 2009, les services de police de la province ont déclaré près de 600 infractions contre la personne de plus qu’en 2008. Toutefois, lorsque l’on prend en compte l’évolution de la population du Québec d’une année à l’autre, on constate que le taux d’infractions contre la personne par 100 000 habitants est demeuré stable en 2009 (-0,3  ).

Taux d’infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants

Sensiblement stable au cours des trois années précédentes, le taux d’infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants a reculé de 5 % en 2009. Les quelque 19 360 infractions enregistrées représentent une diminution de plus de 800 événements par rapport à 2008.

Crimes les plus fréquents

La répartition des infractions au Code criminel enregistrées par les organisations policières a très peu changé au cours des dernières années. En 2009, les vols de 5 000 $ ou moins (102 195), les introductions par effraction (57 809), les méfaits (47 410), les voies de fait (45 120) et les infractions contre l’administration de la loi et de la justice (35 955) demeurent les plus nombreuses.

Taux d’infractions perpétrées par les jeunes de 12 à 17 ans

Les grands constats statistiques sur la criminalité des adolescents demeurent les mêmes en 2009. Ainsi, les 12 à 17 ans forment 7 % de la population québécoise, alors qu’ils représentent 17 % des 142 711 auteurs présumés identifiés par les organisations policières pour des infractions commises en 2009.

Depuis quelques années, une légère tendance à la hausse du taux de jeunes auteurs présumés d’infractions au Code criminel tend à se dessiner. En se référant uniquement aux données définitives, soit celles de 2008 mises à jour en 2009, le taux s’est accru de 3 %, passant de 4 684 en 2007 à 4 823 par 100 000 jeunes âgés de 12 à 17 ans en 2008.

Taux de perpétration selon le sexe

La répartition des auteurs présumés selon le sexe est identique aux années antérieures, alors que tant pour les 12 à 17 ans que les 18 ans et plus, les auteurs de sexe féminin demeurent nettement minoritaires, représentant plus ou moins un auteur présumé sur cinq dans chacun des groupes respectifs. Peu importe qu’elles soient âgées de plus ou de moins de 18 ans, la criminalité des auteures de sexe féminin se ressemble aussi beaucoup.

Notes méthodologiques

Les notes méthodologiques fournissent diverses indications utiles à la compréhension des tableaux statistiques. Pour tout renseignement supplémentaire, le lecteur est invité à communiquer avec la Direction de la prévention et de l’organisation policière du ministère de la Sécurité publique (MSP).

Programme de déclaration uniforme de la criminalité

Les données sur la criminalité sont recueillies dans le cadre du Programme de déclaration uniforme de la criminalité selon des règles communes et partagées partout au Canada. Ce programme, qui est administré par le Centre canadien de la statistique juridique (CCSJ), offre deux méthodes de collecte des données : le programme agrégé et le système de rapport fondé sur l’affaire (ou l’événement). Le programme agrégé, mis en oeuvre en 1962 au Canada, correspond au Programme DUC 1. Le système de rapport fondé sur l’affaire, dont l’implantation initiale s’est amorcée en 1988 et qui continue d’évoluer en fonction des nouveaux besoins d’information, se réfère au Programme DUC 2. Au MSP, la banque de données de l’ensemble du Québec en DUC 1 débute en 1979 et celle en DUC 2, en 1997.

Aux fins de la présente publication, les données de 2009 sont celles enregistrées avant le 1er mars 2010, date de l’extraction fixée par le MSP. La banque de données sur les événements criminels déclarés étant dynamique, l’extraction des données d’une année est réalisée trois mois après le début de l’année suivante. Il est ainsi possible de présenter l’information la plus juste, notamment en ce qui a trait à celle traitant de l’auteur présumé ainsi que du classement du dossier, où les données sont souvent colligées après quelques mois d’enquête. À cette occasion également, les données de l’année précédente sont actualisées et deviennent les données définitives. Exceptionnellement cette année, une mise à jour complète a aussi été réalisée pour les données des années 2003 à 2007.

Les organisations policières du Québec, comme celles ailleurs au Canada, ont la responsabilité légale de colliger des données sur les infractions criminelles survenues sur leur territoire, en utilisant l’une ou l’autre des deux méthodes de collecte du Programme de déclaration uniforme de la criminalité. La majorité des corps de police, soit les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec, la Gendarmerie royale du Canada et certains corps et services de police autochtones, utilisent le Programme DUC 21. Les statistiques sur la criminalité déclarée à l’aide de ce programme sont celles utilisées dans ce rapport.

1 Le Programme DUC 2 est constitué de trois banques de données, selon qu’il s’agit des événements, des victimes et des auteurs présumés. Ces banques permettent de relier toutes les données propres à un événement particulier. Les possibilités analytiques sont donc plus grandes que celles du programme agrégé (DUC 1).

Sources de données démographiques

Les données démographiques utilisées dans ce rapport pour le calcul des taux du nombre d’infractions, de victimes ou d’auteurs présumés dans la population proviennent de Statistique Canada. Cependant, pour le calcul du taux de criminalité sur les territoires des corps de police municipaux, les niveaux de population sont issus des données démographiques établies annuellement par décret gouvernemental et publiées dans la Gazette officielle du Québec. Ces données représentent la référence de population utilisée pour l’administration courante des municipalités.

Statistiques sur les infractions

Les renseignements sur les événements criminels enregistrés dans le Programme DUC permettent de produire les statistiques sur les infractions, et ce, conformément à un ensemble de catégories et de définitions approuvées par les organisations policières. Notamment, les infractions criminelles sont réparties en quatre grandes catégories, soit les infractions contre la personne, celles contre la propriété, les autres infractions au Code criminel et les infractions relatives à la conduite de véhicules.

Encadré 1 - La classification des catégories d’infractions 

INFRACTIONS À DES LOIS FÉDÉRALES

Infractions au Code criminel selon le programme DUC 2

  • Infractions contre la personne

    Homicide, négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort, tentative et complot en vue de commettre un meurtre, voies de fait, agression sexuelle, autres infractions d’ordre sexuel, enlèvement ou séquestration, vol qualifié et extorsion, harcèlement criminel, menaces et autres infractions contre la personne.

  • Infractions contre la propriété

    Crime d’incendie, introduction par effraction, vol de véhicules à moteur, vol de plus de 5 000 $, vol de 5 000 $ ou moins, possession de biens volés, fraude et méfait.

  • Autres infractions au Code criminel

     

    Prostitution, infractions relatives aux armes à feu et autres armes, infractions contre l’administration de la loi et de la justice2, actes contraires aux bonnes moeurs et inconduite3 et autres crimes4.

    2 Les infractions contre l’administration de la loi et de la justice regroupent, entre autres : infractions aux règles de liberté sous caution, manquement aux conditions de probation, évasion d’une garde légale, entrave à un fonctionnaire ou à un agent de la paix, défaut de comparaître et détenu en liberté illégale.

    3 Les actes contraires aux bonnes moeurs ou à l’inconduite regroupent, entre autres : action indécente, fait de troubler la paix, production, distribution et possession de pornographie juvénile, intrusion de nuit et nuisance publique.

    4 Les autres crimes de cette catégorie regroupent, entre autres : monnaie contrefaite, jeux et paris, infractions contre l’ordre public, infractions ou activités liées au terrorisme ou au profit d’une organisation criminelle et recyclage des produits de la criminalité.

  • Infractions relatives à la conduite de véhicules

    Conduite avec facultés affaiblies, délit de fuite et autres infractions relatives à la conduite de véhicules5.

    Les autres infractions relatives à la conduite de véhicules regroupent, entre autres : la conduite dangereuse, les poursuites, la conduite d’un véhicule pendant une interdiction et le défaut ou le refus de fournir un échantillon.

  • Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants

    (Loi réglementant certaines drogues et autres substances)

    Possession, trafic, possession aux fins de trafic, importation et exportation, production, ordonnances médicales, autres infractions à la Loi réglementant certaines drogues et autres substances et certaines infractions à la Loi sur les aliments et drogues.

  • Infractions aux autres lois fédérales

    Loi sur la faillite, de l’impôt sur le revenu, sur la marine marchande du Canada, sur la santé publique, sur les douanes, sur la concurrence, sur l’accise, sur le système de justice pénale pour les adolescents, sur l’immigration et la protection des réfugiés, sur les armes à feu, sur la défense nationale, sur les explosifs, sur le transport interprovincial et les autres lois fédérales.

  • INFRACTIONS À DES LOIS PROVINCIALES

    Les lois sur les infractions en matière de boissons alcooliques, sur l’assurance automobile du Québec, concernant l’impôt sur le tabac, sur les loteries et courses et autres lois provinciales.

Le décompte des infractions varie selon les types de crimes. Dans le cas des crimes contre la personne, une infraction est calculée pour chaque victime lors de l’événement criminel. Pour l’ensemble des autres délits, une seule infraction est comptabilisée pour chaque événement criminel.

Précisons qu’un événement criminel peut comprendre plus d’une infraction et que le policier peut, conformément aux règles de déclaration du Programme DUC 2, enregistrer jusqu’à quatre infractions commises lors d’un même événement. Toutefois, dans l’ensemble des tableaux du présent rapport, seule l’infraction la plus grave est comptabilisée. Selon cette règle, les infractions contre la personne prévalent toujours sur les autres catégories d’infractions. Aussi, à l’intérieur de chaque catégorie, les infractions pour lesquelles le Code criminel prévoit la sanction la plus lourde priment. L’occurrence des délits moins graves est par conséquent sous-estimée dans les statistiques présentées.

Le taux de criminalité est une mesure standardisée utilisée principalement pour effectuer des comparaisons dans le temps ou entre des territoires. Il exprime le rapport entre le nombre d’infractions et la population du territoire visé (par exemple, une région), calculé pour 100 000 habitants.

L’Indice de gravité de la criminalité est une mesure complémentaire au taux de criminalité mise en place en 2009 par Statistique Canada et permettant d’examiner les variations annuelles de la criminalité sous l’angle de la gravité des crimes déclarés. Par l’attribution d’un poids de gravité attribué à chaque type d’infraction, l’Indice prend en compte tant le volume des crimes enregistrés que leur gravité. À la différence du taux de criminalité, l’Indice global de gravité inclut toutes les infractions au Code criminel (y compris celles relatives à la conduite de véhicules), ainsi que les infractions aux autres lois fédérales, notamment celles qui concernent les drogues et les stupéfiants.

Statistiques sur le classement des dossiers

Depuis 2009, un ajout a été apporté aux statistiques sur le classement des dossiers. Ainsi, en plus des statistiques détaillées sur le classement des infractions déclarées au cours d’une année donnée, le total des infractions classées dans l’année, qu’elles aient ou non été déclarées dans cette même année, est maintenant présenté. Ce complément d’information sur le classement des infractions permet aux organisations policières d’apprécier le nombre total d’infractions classées au cours de l’année, reflétant ainsi le travail consacré à résoudre tant les événements de l’année que ceux des années antérieures.

Une mise en garde quant à l’interprétation des nouvelles données présentées doit toutefois être faite. En effet, pour le pourcentage de classement (infractions classées/total d’infractions déclarées), à défaut d’un dénominateur plus précis, le nombre d’infractions déclarées dans l’année est utilisé. Ce pourcentage total peut donc être supérieur à 100, limitant ainsi la validité accordée aux comparaisons entre deux années ou deux territoires.

Les infractions sont considérées comme étant classées lorsque, au terme de l’enquête, les policiers ont amassé suffisamment de preuves et qu’au moins un auteur présumé impliqué dans l’infraction a été identifié. On distingue deux types de classements : par mise en accusation et sans mise en accusation.

D’une part, le classement par mise en accusation s’applique lorsqu’une dénonciation est portée contre un auteur présumé identifié relativement à l’infraction commise et que le dossier est transmis au procureur aux poursuites criminelles et pénales. Selon les règles de déclaration, il faut considérer la prise de décision initiale rendue par le corps policier indépendamment de toute décision qui pourrait être rendue ultérieurement par les autorités judiciaires.

D’autre part, dans le cas du classement sans mise en accusation, le corps policier choisit pour divers motifs de ne pas transmettre le dossier au procureur aux poursuites criminelles et pénales, bien qu’il ait identifié le ou les auteurs présumés et qu’il ait amassé suffisamment de preuves pour poursuivre. Parmi les motifs possibles6 de classement sans mise en accusation, mentionnons le décès du suspect ou du plaignant, le refus du plaignant que des accusations soient portées ou encore une raison indépendante de la volonté policière, telle qu’une directive du procureur aux poursuites criminelles et pénales.

Les autres motifs regroupent, entre autres : renvoi à un programme de déjudiciarisation ou à un organisme de justice alternative, avertissement, implication de l’auteur présumé dans d’autres événements criminels, auteur présumé âgé de moins de 12 ans ainsi que suicide ou décès de l’auteur présumé ou du témoin principal.

Soulignons que le ministère constate que les pratiques policières au Québec, tout comme ailleurs au Canada, ne sont pas uniformes en matière de classement des dossiers. Ainsi, les statistiques présentées pourraient, entre autres, avoir été influencées par une décision du procureur aux poursuites criminelles et pénales de porter ou non des accusations. Par conséquent, il faut interpréter les statistiques sur le classement qui font état de la distinction par mise et sans mise en accusation avec prudence.

Statistiques sur les victimes

Les données sur les victimes sont compilées uniquement dans les dossiers de crimes contre la personne7 et d’infractions criminelles relatives à la conduite de véhicules.

Le total des victimes d’infractions contre la personne peut différer du total d’infractions contre la personne, étant donné que pour certains types d’infractions contre la personne il n’y a pas nécessairement de victime. C’est le cas des infractions contre la personne suivantes : conspiration de meurtre, incitation à un contact sexuel, leurre d’un enfant au moyen d’un ordinateur, bestialité, voyeurisme, décharger une arme à feu avec intention de causer des lésions, trappes susceptibles de causer des lésions corporelles, vol qualifié, extorsion, menaces, autres infractions de violence et autres infractions causant la mort.

Parmi les données sur les victimes qui peuvent être enregistrées, le Programme DUC 2 permet notamment de recueillir de l’information sur la relation qui existe entre l’auteur présumé et la victime. L’information doit être consignée de manière à établir la relation du point de vue de la victime. Les différentes natures de relation sont regroupées dans ce rapport sous quatre grandes catégories : famille8, connaissance9, étranger10 et inconnu11.

La catégorie « famille » souligne l’existence de lien par le sang, le mariage ou le type d’union ou de famille. Elle englobe les désignations suivantes : conjoint (légalement, en union de fait ou partenaire d’une relation homosexuelle), ex-conjoint (légalement séparé, divorcé ou ayant cessé de vivre ensemble), parent et autre membre (enfant, famille immédiate autre qu’un parent) et parent éloigné.

La catégorie « connaissance » comprend : ami (ami intime dans une relation proche et affectueuse, ami de longue date et ancien ami intime), relation d’affaires (spécifique au milieu de travail ou des affaires), relation criminelle (implique des activités illégales), relation sociale (souligne le caractère ni durable, ni intime de la relation) et symbole d’autorité (position de confiance ou d’autorité qu’occupe l’auteur présumé sans être un membre de la famille).

10 Dans la catégorie « étranger », la victime a vu l’auteur présumé, mais elle ne le connaît pas.

11 Dans la catégorie « inconnu », la nature de la relation ne peut être déterminée.

Le taux qui mesure le nombre de victimes dans la population s’obtient par le rapport entre le nombre de victimes dans un groupe donné et la population de ce groupe (par exemple, selon le sexe, l’âge ou le territoire), calculé par tranche de 100 000 habitants.

Le Programme DUC 2 permet également de compiler des données sur l’âge de la victime. Dans ce rapport, les jeunes victimes sont regroupées selon les catégories d’âge suivantes : 0 à 11 ans, 12 à 14 ans et 15 à 17 ans, tandis que les adultes sont divisés en sept groupes. Les deux premiers sont les 18 et 19 ans et les 20 à 24 ans. Les quatre autres groupes sont subdivisés à intervalles de dix ans, soit : 25 à 34, 35 à 44, 45 à 54 et 55 à 64. Le septième groupe concerne les 65 ans et plus.

Notons que certaines pratiques policières peuvent s’appliquer lors de l’inscription de l’âge afin, entre autres, d’éviter l’identification d’un agent de la paix ou d’un autre fonctionnaire public qui, en service, serait victime d’un crime violent. Pour cette raison, dans les tableaux portant sur les jeunes et les adultes ou les groupes d’âge, le décompte des victimes ne tient pas compte de celles dont les données sur l’âge sont inconnues ou non conformes à la réalité.

Statistiques sur les auteurs présumés

Les statistiques sur les auteurs présumés font état du nombre d’auteurs présumés identifiés relativement aux infractions classées. Elles regroupent les auteurs présumés contre lesquels la police recommande de porter des accusations de même que ceux qu’elle traite différemment à la suite de l’enquête policière. Le portrait statistique qui en ressort est donc différent de celui des accusés que pourrait établir une autorité juridique telle que le ministère de la Justice.

Parmi les caractéristiques sur les auteurs présumés qui peuvent être enregistrées avec le Programme DUC 2 figurent, entre autres, les données relatives à l’âge. Dans le présent document, les catégories d’âge utilisées sont les mêmes que pour les victimes, ce qui permet d’établir des comparaisons entre l’âge des auteurs présumés et celui des victimes.

Par ailleurs, dans les tableaux qui différencient les taux d’auteurs présumés chez les jeunes et chez les adultes, on ne comptabilise pas les jeunes auteurs présumés de moins de 12 ans, puisqu’ils ne peuvent pas être déclarés coupables d’un crime. Toutefois, des statistiques particulières à cette catégorie de jeunes contrevenants figurent dans les tableaux selon les groupes d’âge.

Enfin, dans les tableaux portant sur les jeunes et les adultes ou les groupes d’âge, on ne tient pas compte des auteurs présumés dont les données sur l’âge sont inconnues ou non conformes à la réalité (notamment, selon les règles de déclaration, il n’y a pas de données sur l’âge dans le cas d’une société ou d’une compagnie enregistrée).

Le taux d’auteurs présumés mesure le nombre d’auteurs présumés de crimes dans la population. Il s’obtient par le rapport entre le nombre d’auteurs présumés dans un groupe donné et la population de ce groupe (par exemple, selon le sexe, l’âge ou le territoire), calculé par tranche de 100 000 habitants.

Analyse de la criminalité déclarée au Québec en 2009

À partir des données sur la criminalité déclarée par les organisations policières dans le Programme DUC 2, cette partie brosse le portrait de la situation criminelle au Québec au cours de l’année 2009. La criminalité étant très diversifiée, une analyse spécifique est réalisée pour chacune des grandes catégories de crimes, soit ceux contre la personne, ceux contre la propriété et les autres infractions au Code criminel. En plus de l’analyse des trois grandes catégories d’infractions criminelles, un regard est porté sur les infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants, qui relèvent de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances, de même que sur le profil des auteurs présumés d’infractions.

Bien que le cadre de cette publication ne permet pas de produire des analyses singulières pour chaque délit, lors de la présentation de l’évolution des grandes catégories d’infractions, une attention particulière est néanmoins apportée aux principaux types d’infractions qui les composent. Pour chaque grande catégorie d’infractions, nous insistons également sur les différents éléments-clés, notamment pour situer l’évolution en 2009 des infractions par rapport aux tendances évolutives des dix dernières années et pour expliquer les récentes tendances par les changements de certains indicateurs (répartition géographique, lieu du crime, caractéristiques des victimes) de même que les événements liés à l’actualité.

La connaissance des principales problématiques criminelles actuelles dans la province permettra, le cas échéant, de mieux orienter les actions et les programmes afin de maintenir et d’améliorer la sécurité publique au Québec.

Les infractions au Code criminel

Léger recul de la criminalité en 2009

Pour une troisième année consécutive, le taux de criminalité global au Québec a diminué en 2009 (graphique 1). La légère baisse de 1,9 % au cours de la dernière année porte le taux sous la barre des 5 000 infractions par tranche de 100 000 habitants, une première en plus de trente ans. Les 385 005 infractions au Code criminel déclarées par les organisations policières en 2009 représentent une diminution de 4 000 infractions criminelles enregistrées en moins comparativement à l’année précédente et de près de 45 000 infractions de moins qu’il y a dix ans.

Avec ce léger recul du taux de criminalité au cours de la dernière année, la tendance à la baisse observée depuis le début des années 90 s’est donc poursuivie en 2009 et s’inscrit dans un mouvement similaire à celui du Canada. À l’exception des hausses enregistrées en 2003 et 2006, les baisses annuelles ont varié de 1 à 5 % au cours des dix dernières années.

Encadré 2 - L'évolution de l'Indice de gravité de la criminalité en 2009

Les statistiques complémentaires que fournit l’Indice de gravité de la criminalité permettent de constater que non seulement le volume total de crimes a diminué au Québec en 2009, mais que la gravité de la criminalité a suivi la même tendance, ayant reculé de 1,2 point (-1,5 %), soit une diminution légèrement inférieure à celle du taux de criminalité (-1,9 %). Il importe de noter que l’Indice global de gravité inclut également les infractions relatives à la conduite de véhicules, celles relatives aux drogues et aux stupéfiants de même que celles propres aux autres lois fédérales, qui ne sont pas prises en compte dans le calcul du taux de criminalité.

Comme c’est le cas depuis plusieurs années déjà, l’évolution de l’Indice spécifique aux crimes violents est quelque peu opposée à celle du taux de criminalité pour les infractions contre la personne. En fait, alors que le taux de ces infractions est plutôt demeuré stable au cours de la dernière année, l’Indice de gravité pour les crimes violents a, pour sa part, légèrement diminué (-1,2 %).

Quant aux crimes sans violence, la comparaison entre l’Indice de gravité spécifique à ces crimes et le taux d’infractions contre la propriété (qui composent la majorité des infractions sans violence) fait ressortir, cette fois, une diminution plus importante pour le taux d’infractions (-3 %) que pour l’Indice (-1,6 %).

Graphique 1 : Évolution du taux de criminalité, Québec, 2000 à 200912
Année Taux de criminalité
12 Exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Ainsi, les taux de ces années présentés dans ce graphique diffèrent de ceux indiqués dans les publications antérieures.
2000 5 818
2001 5 664
2002 5 444
2003 5 513
2004 5 338
2005 5 262
2006 5 349
2007 5 085
2008 5 016
2009 4 918

Encadré 3 - La répartition des infractions au Code criminel

D’une année à l’autre, la répartition des infractions au Code criminel se modifie très peu. L’année 2009 ne fait pas exception, alors que, parmi les trois grandes catégories d’événements criminels, les infractions contre la propriété continuent de représenter les crimes les plus fréquemment enregistrés par les services policiers de la province, formant un peu plus des deux tiers des infractions consignées annuellement. Dans une moindre mesure, les infractions contre la personne représentent en 2009 une infraction criminelle sur cinq et les autres infractions au Code criminel, une sur dix.

Lorsque l’on fait abstraction des grandes catégories et que l’on s’intéresse directement aux infractions, on constate tout de même la grande dominance des infractions contre la propriété. En fait, un peu plus d’une infraction sur quatre consignée par les forces policières au Québec en 2009 est un vol de moins de 5 000 $ (27 %). Les introductions par effraction et les méfaits suivent avec respectivement 15 et 12 % de la criminalité commise au cours de la dernière année. Parmi les autres infractions très nombreuses, nous retrouvons les voies de fait (12 %) et les infractions contre l’administration de la loi et de la justice (9 %), qui représentent chacune plus ou moins une infraction criminelle sur dix.

Organigramme Répartition des infractions 2009

La criminalité contre la propriété poursuit sa décroissance en 2009

La tendance décroissante des infractions contre la propriété s’est poursuivie en 2009, alors que le taux d’infractions qui s’établit maintenant à 3 329 infractions par 100 00 habitants est de 3 % moins élevé que celui de 2008. Au cours des dix dernières années, le taux d’infractions contre la propriété a d’ailleurs reculé de près de 25 % (graphique 2). Comme ces infractions composent un peu plus des deux tiers des infractions au Code criminel13, leur tendance détermine fortement l’évolution de la criminalité globale.

13 Les infractions relatives à la conduite de véhicules ont été exclues du nombre total d’infractions au Code criminel.

Graphique 2 : Évolution du taux de criminalité contre la propriété, Québec, 2000 à 2009 14
Année Taux de criminalité
14 Exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Ainsi, les taux de ces années, présentés dans ce graphique, diffèrent de ceux indiqués dans les publications antérieures.
2000 4 416
2001 4 241
2002 4 017
2003 4 048
2004 3 877
2005 3 755
2006 3 754
2007 3 511
2008 3 432
2009 3 329

Cette baisse du taux de criminalité contre la propriété est le reflet des variations enregistrées à l’intérieur des différentes activités criminelles qui composent la catégorie. En effet, à l’exception des introductions par effraction (+2 %), l’ensemble des infractions contre la propriété ont diminué ou sont demeurées stables en 2009 (graphique 3).

Graphique 3 : Taux d’infractions contre la propriété selon la catégorie d’infractions, Québec, 2008 et 2009
Catégorie d'infractions Taux d'infractions en 2008 Taux d'infractions en 2009
Vol de 5 000 $ ou moins 1 357 1 305
Introduction par effraction 724 738
Méfaits 607 606
Vol de véhicules à moteur 401 349
Fraude 198 192
Vol de plus de 5 000 $ 56 52
Crimes d'incendie 47 48
Possession de biens volés 41 40

Les vols, les crimes les plus nombreux de la catégorie des infractions contre la propriété et de l’ensemble des infractions au Code criminel, ont diminué au cours de la dernière année. Après une soudaine augmentation en 2008, la décroissance du taux de vols de 5 000 $ ou moins se poursuit en 2009 (-4 %). À l’intérieur de cette catégorie d’infractions, il y a lieu de souligner que les vols dans ou sur un véhicule ont progressé pour une deuxième année consécutive (+784 événements). L’examen par région fait apparaître une forte croissance de ces vols dans la région de Montréal (+2 394 infractions) alors qu’à l’opposé, le niveau de ceux-ci a passablement diminué à Québec au cours de cette même année (-504 infractions). Parmi les autres infractions à surveiller dans la catégorie, mentionnons la progression des affaires de vols à l’étalage (+1 464 infractions). Parallèlement, les vols de plus de 5 000 $ continuent également de diminuer pour une troisième année d’affilée.

Quant aux introductions par effraction, elles sont les seules infractions contre la propriété à avoir augmenté en 2009 (+2 %). La légère augmentation des introductions par effraction est d’autant plus surprenante étant donné qu’avant cette année leur taux d’infractions avait diminué chaque année depuis plus de dix ans. Comme la grande majorité des autres infractions contre la propriété ont plutôt diminué, il est difficile d’établir un lien entre la hausse des introductions par effraction et le ralentissement économique en 2009. Néanmoins, les introductions par effraction font partie des crimes susceptibles d’augmenter en période de difficultés économiques, alors que les taux de non-emploi sont élevés et les revenus des ménages faibles. De façon plus détaillée, précisons que la progression du taux est essentiellement due à une variation des introductions par effraction résidentielles, qui ont grimpé de 6 % comparativement à l’année précédente. D’ailleurs, l’évolution des introductions par effraction est grandement modulée par les événements perpétrés dans les résidences, qui composent environ les deux tiers des infractions de la catégorie. Moins nombreuses, les introductions par effraction perpétrées dans les établissements commerciaux continuent de diminuer en 2009 (-6 %). Quant aux introductions par effraction commises dans les camps, chalets ou roulottes, qui comptent pour moins d’une introduction par effraction sur dix, elles ont progressé de 10 % (+446 événements).

Après une baisse annuelle régulière du taux de méfaits au début des années 2000, pour une troisième année, le taux est demeuré stable à plus ou moins 600 événements par tranche de 100 000 habitants, soit une variation annuelle inférieure à 1 %. Soulignons qu’après une hausse de plus de 10 % du nombre de méfaits sur un véhicule en 2008, leur nombre est demeuré sensiblement le même en 2009.

De son côté, le taux de vols de véhicules à moteur de 2009 est de 13 % inférieur au taux de 2008. À l’exception de l’année 2003, ce taux d’infractions a ainsi diminué chaque année, et ce, depuis plus de dix ans déjà. Au cours de la dernière décennie, les vols de véhicules consignent d’ailleurs la plus forte baisse (-43 %) de la catégorie des infractions contre la propriété. Tout comme en 2008, le recul des vols de véhicules à moteur au cours de la dernière année s’explique tant par la diminution des vols d’automobiles (-2 409) que de celle des vols de camions (-1 769), les deux types de vols de véhicules les plus fréquents. Plus globalement, la baisse observée depuis dix ans doit être mise en perspective avec l’amélioration des dispositifs de protection sur les véhicules (systèmes anti-vol, systèmes anti-démarreur, systèmes de positionnement par satellite...) et les efforts policiers mis de l’avant pour réussir à démanteler d’importants réseaux de vols de véhicules de même que prévenir ce genre de crimes en ciblant les lieux, les types de véhicules et les périodes plus problématiques.

Pour terminer, mentionnons qu’en dépit de quelques fluctuations annuelles, le taux de fraudes continue de reculer, enregistrant une légère baisse de 3 % au cours de la dernière année. Le portrait de l’évolution des fraudes au Québec mis de l’avant par les statistiques policières du Programme DUC doit toutefois être nuancé et présenté avec réserve. En effet, d’une année à l’autre, le nombre de fraudes non signalées ou non détectées des forces policières est vraisemblablement important. Par ailleurs, le nombre d’événements non enregistrés dans les statistiques policières officielles, c’est-à-dire le chiffre noir sur les fraudes, a certainement pris davantage d’importance depuis que les victimes de fraudes par cartes de paiement sont tenues de signaler directement la fraude à leur succursale bancaire plutôt qu’à leur service de police15.

15 Cette façon de faire a été mise en place en octobre 2006 à la suite d’une recommandation du Comité d’harmonisation sur les pratiques policières.

À cela s’ajoute également toute l’ampleur qu’a pris la problématique des fraudes commises au moyen d’Internet qui deviennent difficiles à détecter et à enquêter par les forces policières de même que les grandes fraudes économiques qui causent d’immenses pertes financières à un grand nombre de victimes. Ainsi, à une époque où la fraude semble être une forme de criminalité omniprésente, qui génère des pertes annuelles de plusieurs millions de dollars pour les victimes au Québec, les statistiques policières sur les fraudes ne présentent certes qu’une minime partie du nombre total de fraudes qui sont commises chaque année au Québec.

Encadré 4 - Au plan canadien, le Québec continue d’avoir une situation enviable

Par l’entremise du bulletin Juristat sur les statistiques annuelles de la criminalité déclarée au Canada (Dauvergne et Turner, 2010) nous constatons qu’en 2009 la situation du Québec par rapport aux tendances canadiennes demeure similaire à celle des années passées. Ainsi, la baisse du taux de criminalité global enregistré au Québec (-2 %) au cours de la dernière année est comparable à celle du Canada (-3 %). De plus, avec 4 918 infractions au Code criminel par 100 000 habitants en 2009, le Québec continue d’enregistrer un taux de criminalité inférieur à celui du Canada (6 406 infractions par 100 000 habitants) et parmi les plus faibles au pays. En fait, comme par les années passées, seule la province de l’Ontario (4 704 infractions) affichait en 2009 un taux global légèrement inférieur à celui du Québec.

En ce qui a trait aux grandes catégories d’infractions, la position du Québec est également favorable :

  • Par les crimes de violence, peu de variations ont été enregistrées au cours de la dernière année; tant les taux d’infractions au Québec (0 %) qu’au Canada (-1 %) sont demeurés pratiquement inchangés par rapport à 2008. Le Québec continue donc d’afficher le deuxième taux le plus faible au pays;
  • Pour ce qui est de la criminalité contre les biens, la baisse enregistrée au Québec (-3 %) est de même ampleur que celle consignée au niveau canadien (-4 %). Bien que les taux d’introductions par effraction et de vols de véhicules au Québec demeurent légèrement plus élevés que la moyenne nationale, le taux d’infractions contre la propriété au Québec se situe néanmoins sous la moyenne canadienne;
  • Quant aux autres infractions au Code criminel, le taux au Québec en 2009 demeure de beaucoup inférieur au taux moyen du Canada. Comme pour les autres grandes catégories d’infractions criminelles, seule la province de l’Ontario affiche un taux des autres infractions au Code criminel plus faible que celui du Québec. Enfin, sur le plan de l’Indice de gravité de la criminalité, la criminalité enregistrée au Québec continue d'être de plus faible gravité que dans l’ensemble du Canada.

Le niveau d'infractions contre la personne demeure stable pour une troisième année consécutive

En 2009, les services de police de la province ont déclaré 83 160 affaires de violence au Québec, soit près de 600 infractions contre la personne de plus qu’en 2008. Malgré cela, lorsque l’on prend en compte l’évolution de la population du Québec d’une année à l’autre, on constate que le taux d’infractions contre la personne par 100 000 habitants est demeuré stable en 2009 (-0,3 %). D’ailleurs, le niveau d’infractions contre la personne, observé depuis 2007 laisse présager qu’une tendance évolutive plutôt stable se dessine (graphique 4).

Graphique 4 : Évolution du taux de criminalité contre la personne, Québec, 2000 à 200916
Année Taux de criminalité
16 Exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Ainsi, les taux de ces années présentés dans ce graphique diffèrent de ceux indiqués dans les publications antérieures.
2000 1 039
2001 1 035
2002 1 030
2003 1 048
2004 1 042
2005 1 064
2006 1 093
2007 1 062
2008 1 065
2009 1 062

Après quatre années consécutives de hausses, le taux de voies de fait enregistre une première baisse en 2009 (-2 %). Il est toutefois trop tôt pour savoir si cette baisse modifiera la tendance évolutive de ces infractions, qui affichait plutôt un mouvement croissant. Malgré cette diminution globale, précisons que les voies de fait les plus graves (niveau 3) 17 ont grimpé de 16 % et que le nombre d’infractions liés au fait de décharger une arme à feu avec une intention particulière a presque triplé, passant de 27 en 2008 à 76 en 2009. Outre ces deux types de voies de fait, soulignons que les voies de fait simples (niveau 1)18, qui composent la majorité des infractions de la catégorie, sont demeurées au même niveau qu’en 2008, alors que les agressions armées ou entraînant des lésions corporelles (niveau 2)19 ont quant à elles légèrement diminué (-2 %).

17 Les voies de fait de niveau 3 consistent à blesser, à mutiler ou à défigurer ou à mettre en danger la vie de la victime.

18 Les voies de fait de niveau 1 consistent à tenter d’employer ou à employer la force contre une personne, sans son consentement.

19 Les voies de fait de niveau 2 sont des voies de fait commises avec une arme ou ayant causé des lésions corporelles.

Graphique 5 : Taux d’infractions contre la personne selon la catégorie d’infractions, Québec, 2008 et 2009
Catégorie d'infractions Taux d'infractions en 2008 Taux d'infractions en 2009
Voies de fait 586 576
Menace 216 215
Vol qualifié et extorsion 96 93
Agression sexuelle 55 54
Harcèlement criminel 53 54
Enlèvement ou séquestration 16 17
Autres infractions d'ordre sexuel 13 14
Homicide 1,2 1,1

Pour sa part, le taux d’agressions sexuelles est resté sensiblement le même en 2009 (-1 %). En fait, depuis les trois dernières années, le nombre d’événements est stable avec un peu plus de 4 000 agressions sexuelles signalées annuellement aux autorités policières. Bien que, sur une période de dix ans, le taux d’infractions s’est accru de 20 %, les taux d’agressions sexuelles des trois dernières années sont similaires à ceux de 2002, 2003 et 2004, soit avant les fortes hausses enregistrées à la suite de la médiatisation d’événements d’actualité judiciaire dans ce domaine.

Les autres infractions d’ordre sexuel figurent parmi les quelques infractions contre la personne à avoir enregistré une croissance au cours de la dernière année (+4 %). Il est encore difficile d’expliquer cette hausse, puisque cette catégorie d’infractions a connu d’importants changements méthodologiques en 2008, notamment par l’ajout d’infractions qui étaient auparavant comptabilisées dans la grande catégorie des autres infractions au Code criminel. Toutefois, ces changements permettent dorénavant d’apprécier la répartition des différentes infractions à l’intérieur de la catégorie. Ainsi, nous constatons qu’avec 587 infractions de contacts sexuels enregistrées par les organisations policières en 2009, ces infractions sont les plus nombreuses, représentant un peu plus d’une infraction sur deux. Beaucoup moins nombreuses, les 135 infractions de leurre d’un enfant au moyen d’un ordinateur, représentent 12 % des autres infractions d’ordre sexuel.

Encadré 5 - Les infractions motivées par la haine demeurent peu nombreuses

Après une première année complète d’identification possible dans le Programme DUC 2 des infractions contre une personne ou des biens motivées par la haine ou soupçonnées de l'avoir été, nous constatons que les corps policiers du Québec sont rarement confrontés à ce type d’infractions. Pour 2009, un total de 194 infractions20 au Code criminel motivées par la haine fondée sur l’origine raciale ou ethnique, la langue, la couleur, la religion, le sexe, l’âge, la déficience mentale ou physique, l’orientation sexuelle ou tout autre facteur similaire ont été enregistrées par les forces policières de la province.

20 Les données sur les crimes haineux excluent les infractions déclarées par le Service de police de la Ville de Québec qui ne comptabilisait pas en 2009 de façon systématique cette information.

Lorsque l’on s’intéresse au facteur de motivation à l’origine de ces crimes, on constate que parmi les 156 infractions pour lesquelles ce détail est accessible, la majorité des événements ont été motivés par un facteur religieux (37 %) ou un préjugé racial (31 %). Les crimes qui auraient été motivés par un facteur de haine lié au sexe (4 %), à la langue (3 %) ou à une déficience (3 %) demeurent, quant à eux, peu nombreux.

Bien qu’il existe d’importantes différences d’un facteur de motivation de la haine à l’autre, la grande majorité des crimes haineux enregistrés en 2009 font généralement référence à des infractions de méfaits (45 %), de voies de fait (20 %) ou de menaces (18 %). La proportion de méfaits est encore plus élevée dans le cas des crimes haineux motivés par un facteur religieux pour lesquels, plus de huit infractions sur dix motivées par ce facteur sont des méfaits (81 %). À l’opposé, les crimes liés au facteur racial ou ethnique sont moins associés à des méfaits (13 %) et davantage à des infractions de violence, telles des voies de fait (44 %) et des menaces (25 %).

Au point de vue régional, nous constatons que près de la moitié des événements en 2009 ont été enregistrés dans la région montréalaise. Une proportion non négligeable d’événements a également été enregistrée dans les régions de l’Outaouais (13 %) et de la Montérégie (11 %).

Pour terminer, soulignons que ces données doivent être interprétées avec une grande réserve étant donné qu’elles ne représentent qu’une partie du phénomène, soit les crimes motivés par la haine qui ont été signalés ou détectés par les forces policières. À cet égard, précisons que certaines régions ou organisations disposent sans doute d’équipes spécialisées dans ce genre de crimes, favorisant ainsi une meilleure détection de ces crimes (Dauvergne, 2010). Également, de par leur nature, le caractère haineux de certains crimes, tels que des graffitis, est plus facile à identifier et à détecter.

Quant aux homicides, tant en nombre brut qu’en taux par 100 000 habitants, ils ont diminué d’un peu plus de 5 % en 2009. Les organisations policières ont ainsi comptabilisé un total de 85 homicides au cours de la dernière année, soit six de moins qu’en 2008. Cette forme de crime considérée comme la plus grave demeure néanmoins le crime le mieux mesuré dans les statistiques policières sur la criminalité (Ouimet, 1999). En effet, comme pratiquement tous les homicides seraient connus des autorités policières, les données évolutives sur cette infraction seraient d’ailleurs un indicateur des plus fi ables pour suivre le niveau de violence dans une société. Parmi les homicides commis en 2009, l’analyse plus détaillée permet d’observer une augmentation de la proportion d’homicides familiaux21 (51 % en 2009 contre 33 % en 200822), particulièrement des cas où l’auteur de l’infraction est le parent de la victime (+4 homicides). Bien que le contexte économique difficile en 2009 apparaît être une source d’explication plausible, il y a lieu de demeurer prudent dans toute association qui pourrait être faite entre la crise financière et la recrudescence des drames conjugaux ou familiaux. En effet, comme chaque cas est différent, la crise financière ne peut en soi être la cause principale et unique de tout drame conjugal ou familial. Les pertes d’emploi et les difficultés économiques viennent s’ajouter aux autres problèmes du couple ou de la famille, créant ou accentuant ainsi les conflits intrafamiliaux.

21 Les homicides familiaux font référence à ceux commis par un conjoint, ex-conjoint, parent ou un autre membre de la famille de la victime.

22 Les homicides pour lesquels la nature de la relation entre l’auteur présumé et la victime n’a pu être établie ont été exclus des statistiques.

Contrairement aux homicides, le taux de tentatives et complots en vue de commettre un meurtre a augmenté de 36 % en 2009. Cette augmentation fait suite à une baisse de 28 % en 2008. Une analyse plus approfondie indique que la progression des événements perpétrés par une personne étrangère à la victime (33 événements de plus) explique presque totalement la hausse notable au cours de la dernière année (59 événements de plus). Il faut tout de même considérer que ce genre d’événements avait fortement diminué en 2008. Ainsi, la proportion d’événements commis par une personne étrangère à la victime en 2009 demeure similaire à celle enregistrée avant 2008, soit un peu plus de 40 % des tentatives et complots en vue de commettre un meurtre. Soulignons également que, sur une période de dix ans, le taux de ces infractions affiche une nette diminution (-33 %).

Par ailleurs, alors que les taux de vols qualifiés, de harcèlement criminel et de menaces avaient diminué en 2007 et en 2008, seuls les vols qualifiés ont poursuivi leur baisse en 2009 (-4 %). Les menaces sont quant à elles demeurées sensiblement au même niveau qu’en 2008 (-0,2 %), tandis que les infractions de harcèlement criminel ont légèrement augmenté (+3 %). Malgré le recul global des vols qualifiés au cours de la dernière année, soulignons que le nombre de vols qualifiés sur une personne a légèrement augmenté pour une deuxième année consécutive et que, à l’inverse, les événements commis dans les commerces continuent de diminuer.

En ce qui concerne le taux d’enlèvements ou séquestration, il affiche une légère augmentation en 2009 (+3 %). À l’intérieur de cette catégorie, les infractions les plus nombreuses, celles de séquestrations, sont demeurées relativement stables. Quant aux enlèvements, qui se limitent à plus ou moins 150 événements annuellement, 20 infractions de plus ont été consignées par les forces policières en 2009, une augmentation de 15 % par rapport à 2008. Mentionnons que l’augmentation est principalement observée du côté des jeunes victimes, surtout celles âgées de moins de 12 ans. La nature de la relation entre l’auteur présumé et la victime vient confirmer que la hausse serait attribuable à une recrudescence des cas d’enlèvements parentaux, qui comptent maintenant pour 14 % des enlèvements, soit une croissance de 5 points de pourcentage par rapport à 2008. Néanmoins, l’augmentation des enlèvements au cours de la dernière année ne doit pas être interprétée comme une hausse des cas de disparitions signalés aux corps policiers, qui ne constituent pas des infractions criminelles et par conséquent ne sont pas comptabilisés en vertu du Programme DUC.

Enfin, la forte hausse du taux des autres infractions contre la personne en 2009 (+34 %) apparaît vraisemblablement avoir été occasionnée par l’augmentation des infractions relatives à l’intimidation d’une personne externe au système judiciaire (+555 infractions). Cette augmentation doit toutefois être interprétée en considérant que des changements méthodologiques ont été apportés à la comptabilisation de ces infractions en 2008. En effet, l’année 2008 a été une année de transition pour uniformiser la comptabilisation de cette infraction, alors que certains corps policiers les enregistraient dans la grande catégorie des autres infractions au Code criminel tandis que d'autres appliquaient les nouvelles règles en les enregistrant dans la catégorie des infractions contre la personne.

Encadré 6 - Regard sur l'utilisation des armes dans la commission des infractions de violence en 2009

Avec un taux d’homicides deux à trois fois inférieur à celui de certaines provinces canadiennes et cinq à dix fois moindre que certains États américains, le Québec apparaît être une société sûre et très peu violente. Toutefois, comme le niveau de violence d’une société passe non seulement par le type de criminalité enregistrée mais aussi par la violence avec laquelle les crimes sont commis, il est également intéressant de s’attarder à l’utilisation des armes lors de la perpétration des infractions de violence.

D’entrée de jeu, au regard de l’utilisation des armes, les données accessibles permettent de constater que la grande majorité des crimes contre la personne commis en 2009 ont été peu violents. Parmi les crimes perpétrés avec une arme, une arme à feu (3 %) ou une arme blanche23 (7 %) ont été présentes dans une infraction sur dix. Soulignons que cette proportion est la même qu’en 2008. D’ailleurs, d’une année à l’autre, la force physique ou les menaces demeurent le type « d’arme » le plus couramment utilisé lors de la commission des infractions de violence.

23Les armes blanches font références aux instruments tranchants constitués d'une lame attachée à un manche et à tout autre article pointu ou tranchant susceptible de couper ou de percer la chair (hachette, lame de rasoir ou épée...).

Lorsque l’on analyse les différents crimes de violence, on constate cependant que la proportion de crimes commis avec une arme à feu peut atteindre 42 % et celle de crimes commis avec une arme blanche, 37 %. Ces deux plus fortes proportions se réfèrent aux cas de tentatives de meurtre. Plus précisément, la proportion d’événements commis avec une arme à feu ou une arme blanche grimpe à 80 % pour ce type d’infraction. Cette proportion est d’ailleurs plus élevée que les homicides, pour lesquels les deux tiers ont été commis avec ce type d’arme (33 % avec une arme à feu et 35 % avec une arme blanche). Loin derrière, alors qu’un peu plus du tiers des événements ont été commis avec une arme à feu (16 %) ou une arme blanche (21 %), les vols qualifiés représentent la troisième infraction de violence pour laquelle ces armes ont été les plus présentes. Quoi qu’il en soit, tout comme le taux d’infractions de violence en général, les taux au Québec de crimes commis à l’aide d’une arme à feu demeurent, d’une année à l’autre, parmi les plus faibles au Canada (Dauvergne et De Socio, 2008).

Une hausse des autres infractions au Code criminel similaire aux trois dernières années

Le taux des autres infractions au Code criminel a continué d’augmenter en 2009, affichant une hausse de 2 %. Sur une période de dix ans, le taux de criminalité des autres infractions au Code criminel a évolué de 363 à 527 infractions par tranche de 100 000 habitants, soit une croissance de plus de 40 % (graphique 6). Les plus importantes hausses ont été constatées au cours des six premières années de la période, l’augmentation annuelle de ces infractions se limitant à 1 ou 2 % depuis 2007. Comme la catégorie des autres infractions au Code criminel regroupe des infractions de nature assez différente les unes des autres, il est difficile d’avancer des hypothèses concluantes à partir des tendances évolutives de cette catégorie générale. Une analyse plus approfondie des cinq regroupements d’infractions la composant est donc essentielle pour mieux suivre l’évolution de ces infractions (graphique 7).

Graphique 6 : Évolution du taux de criminalité pour les autres infractions au Code criminel, Québec, 2000 à 200924
Année Taux de criminalité
24 Exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Ainsi, les taux de ces années présentés dans ce graphique diffèrent de ceux indiqués dans les publications antérieures.
2000 363
2001 388
2002 397
2003 417
2004 419
2005 443
2006 502
2007 512
2008 519
2009 527

Pour leur part, les infractions contre l’administration de la loi et de la justice, qui composent la majorité des infractions de cette catégorie et par conséquent en déterminent l’évolution, ont continué de progresser en 2009 (+ 4 %). Les 1 535 infractions supplémentaires enregistrées en 2009 concernent surtout les infractions aux règles de liberté sous caution (+1 072 infractions), lesquelles représentent un peu plus d’une infraction contre l’administration de la loi et de la justice sur deux. Mentionnons que les régions de la Montérégie (+604 infractions), de la Mauricie (+222 infractions) et de Laval (+152 infractions) consignent les plus fortes hausses.

Graphique 7 : Taux des autres infractions au Code criminel selon la catégorie d’infractions, Québec, 2008 et 2009
Catégorie d'infractions Année 2008 Année 2009
Administration de la loi et de la justice 444 459
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 25 27
Infractions relatives aux armes 19 20
Autres infractions 22 13
Prostitution 8 7

En ce qui concerne le taux d’infractions des actes contraires aux bonnes moeurs et inconduite, il continue de grimper pour une troisième année d’affilée (+8 %). Les infractions relatives à la pornographie juvénile sont celles qui ont le plus augmenté en 2009. Elles sont en effet passées de 410 à 591 infractions, principalement en raison d’une forte croissance des infractions relatives à la distribution de pornographie juvénile (+276 infractions). La hausse constante des infractions de pornographie juvénile depuis plus de trois ans vient mettre en évidence toute l’ampleur et la croissance de la problématique criminelle de l’exploitation sexuelle des enfants, mais permet également d’apprécier l’intensification des efforts policiers déployés pour contrer cette forme de criminalité. Puisque les escouades policières spécialisées en la matière comptent avant tout sur l’oeil vigilant des internautes pour dénoncer tout contenu suspect qui pourrait être lié à ce genre d’infractions, la croissance des infractions de pornographie juvénile permet également de constater que les efforts de sensibilisation de la population envers l’exploitation sexuelle des enfants semblent donner des résultats.

Quant aux infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes, après que leur taux ait grimpé de 15 % en 2008, elles enregistrent une croissance plus modérée en 2009 (3 %). L’augmentation du taux observée au cours de la dernière année découle d’une progression des infractions liées à la possession d’armes en contravention d’une ordonnance de même que celles relatives à l’administration25. Mentionnons toutefois que ces infractions représentent annuellement qu’une faible proportion de l’ensemble des infractions de la catégorie, avec moins de 250 événements enregistrés en 2009.

25Les infractions relatives à l’administration font notamment référence à l’omission de signaler la perte ou le vol d’une arme à feu, à une fausse déclaration concernant la perte, le vol ou la destruction d’une arme à feu et à la modification du numéro de série d’une arme à feu.

Le taux des « autres infractions », qui regroupent entre autres les infractions relatives à la monnaie contrefaite, la cruauté envers un animal de même que celles relatives aux droits de propriété26, a quasiment diminué de moitié par rapport au taux de 2008 (-41 %). Cette brusque diminution s’explique en grande partie par les modifications méthodologiques apportées en 2008 à la comptabilisation des infractions d’intimidation. En effet, comme il a été précisé dans la section traitant des infractions contre la personne, certaines organisations policières enregistraient en 2008 les infractions d’intimidation dans la grande catégorie des autres infractions au Code criminel plutôt que dans celle des infractions contre la personne. Comme la nouvelle règle d’enregistrement semble avoir été appliquée par tous en 2009, ce sont 404 infractions d’intimidation de moins qui n’ont pas été imputées à la catégorie des « autres infractions » au cours de la dernière année.

26Les infractions relatives aux droits de propriété font notamment référence au fait de percevoir des intérêts à un taux criminel, la destruction de titres de marchandises ou de documents judiciaires et la possession d’outils de cambriolage.

Enfin, tout comme les « autres infractions », le taux de prostitution a également diminué en 2009 (-15 %). Cette diminution est précédée d’un recul marqué du taux au cours des trois dernières années, soit des baisses annuelles respectives de 23, 45 et 15 %. Comme plusieurs des infractions de la grande catégorie des autres infractions au Code criminel, les infractions relatives à la prostitution sont presque exclusivement révélées par l’activité des services policiers. Puisque l’intensité de la répression policière à l’égard de ce type d’infraction dépend elle-même des plaintes des citoyens et de l’importance du phénomène dans un quartier ou une ville, il est difficile d’expliquer avec précision les baisses considérables des infractions relatives à la prostitution depuis trois ans. Les forces policières et les médias rapportent tout de même une certaine transformation de la prostitution de rue au cours des dernières années, alors que la sollicitation des clients sur la rue est de plus en plus remplacée par des procédés moins visibles aux yeux des citoyens. En conséquence, il serait hasardeux d’évaluer l’ampleur de cette problématique et de suivre sa réelle évolution au cours des dernières années à partir des statistiques officielles du Programme DUC.

Encadré 7 - Moins de 1000 crimes liés aux gangs de rue en 2009

Bien que la mesure ne soit toujours pas systématiquement utilisée par l’ensemble des organisations policières, ni avec le même niveau de rigueur et de validation, l’année 2009 permet tout de même de présenter les premières données accessibles pour une année complète sur les infractions perpétrées par un gang de rue et au profit de celui-ci.

Globalement, un peu plus de 700 infractions au Code criminel liées aux gangs de rue ou soupçonnées de l’être ont été enregistrées en 2009. Par rapport à l’ensemble des infractions enregistrées annuellement par les forces policières, les crimes liés aux gangs de rue ne représentent qu’une très petite partie de la criminalité commise au Québec. Néanmoins, nous observons que les crimes liés aux gangs se distinguent passablement de la criminalité en général.

En effet, alors que les crimes de violence représentent le cinquième (22 %) des infractions enregistrées au Québec en 2009, pour les crimes liés aux gangs de rue cette proportion double, s’établissant à presque 50 % (320 infractions sur 725). Bien qu’en matière de gangs de rue les forces policières accordent certainement davantage d’efforts dans la détection et la répression de ce type de criminalité, ces statistiques présentent sans doute un portrait assez fidèle d’une partie importante de la criminalité « visible » liée aux gangs de rue, soit les crimes qui sont souvent associés à la lutte qui prévaut entre les membres de gangs rivaux pour obtenir davantage de pouvoirs ou s’approprier un territoire.

Outre les crimes de violence, à l’opposé, les données classifiées « gangs de rue » font état d’une plus faible proportion d’infractions contre les biens (15 %) que pour la criminalité en général. Pour ces crimes, il faut toutefois prendre en compte que tant pour une introduction par effraction, un vol de véhicules qu’une fraude par exemple, il s’avère souvent plus difficile d’avoir les indices nécessaires permettant de relier ou non le crime à un membre de gangs de rue, et ce, comparativement à un crime de violence, pour lequel il y a nécessairement une victime directe. Cela n’est cependant pas le cas pour la majorité des infractions regroupées dans la catégorie des autres infractions au Code criminel. À preuve, le tiers des infractions liées aux gangs de rue ou soupçonnées de l’être en 2009 font référence à des infractions contre l’administration de la loi et de la justice (34 %), ce qui est fortement plus élevé que pour la criminalité dans son ensemble (9 %).

Mentionnons en terminant que les gangs de rue se distinguent non seulement sur le plan de la répartition de leur criminalité, mais également par rapport à l’utilisation d’armes dans la commission de leurs infractions. Tel qu'il a été mentionné précédemment27, alors que les armes à feu et armes blanches sont utilisées dans à peine 10 % des infractions de violence au Québec, l’une ou l’autre de ces armes étaient présentes pour le tiers des infractions de violence liées aux gangs de rue. Ce sont plus précisément 15 % des infractions de violence perpétrées par un gang de rue qui ont été commises avec une arme à feu (comparativement à 3 % pour la criminalité en général) et 18 % avec une arme blanche (comparativement à 7 %). En ce qui concerne l’utilisation d’une arme à feu, ajoutons que les armes de poing28 semblent être littéralement l’apanage des gangs de rue, alors que plus des trois quarts des infractions commises l’ont été avec ce genre d’arme à feu (comparativement à 53 % pour l’ensemble de la criminalité).

27 Voir encadré 2.

28 Les armes de poing font référence aux pistolets et aux revolvers.

Les infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants

Comme elles relèvent de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances (LRCDAS) et ne sont donc pas prises en compte dans le calcul global du taux de criminalité, les infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants sont présentées dans une section différente de celle de la criminalité de violence, acquisitive ou d’autres formes.

Certaines similitudes sont tout de même observées entre les infractions en matière de drogues et stupéfiants et plusieurs des infractions regroupées dans la catégorie des autres infractions au Code criminel. En effet, comme celles relatives à la prostitution, à l’administration de la loi et de la justice et aux armes à feu notamment, les statistiques annuelles en matière de drogues reflètent avant tout l’intensité de l’activité policière consacrée au contrôle de cette forme de criminalité. Les statistiques publiées sont donc principalement tributaires des arrestations en flagrant délit et des enquêtes et frappes policières, et ce, plutôt que d’un signalement de l’infraction à la police. Le caractère généralement consensuel et clandestin des échanges entre les protagonistes faisant ainsi en sorte qu’il n’y ait généralement aucune victime au sens traditionnel du terme.

Recul du taux d’infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants

Sensiblement stable au cours des trois années précédentes, le taux d’infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants a reculé de 5 % en 2009. Les quelque 19 360 infractions enregistrées représentent une diminution de plus de 800 événements par rapport à 2008. Depuis la hausse prononcée du taux en 2001 et malgré quelques fluctuations annuelles, le taux est demeuré plutôt stable, étant à peine 2 % plus élevé que celui enregistré en 2001 (graphique 8).

Bien qu’il soit hasardeux d’établir un lien direct entre la diminution des infractions relatives aux drogues et stupéfiants au cours de la dernière année et la vaste opération policière29 menée en avril 2009 à l’endroit des groupes de motards criminels, il y a tout de même lieu de souligner que cette opération policière d’envergure a sans doute déstabilisé, temporairement, une importante partie du réseau de distribution de la drogue au Québec, majoritairement contrôlée par ces groupes criminels.

29 Opération SharQc ayant mené au démantèlement de l’infrastructure des Hells Angels et à la perturbation de leur capacité à mener des activités criminelles au Québec.

Graphique 8 : Évolution du taux d’infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants, Québec, 2000 à 200930
Année Taux
30 Exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Ainsi, les taux de ces années présentés dans ce graphique diffèrent de ceux indiqués dans les publications antérieures.
2000 213
2001 243
2002 246
2003 241
2004 255
2005 246
2006 261
2007 262
2008 260
2009 247

Contrairement aux années antérieures, ce ne sont pas que les infractions impliquant le cannabis qui ont modulé la variation des infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants. En effet, pour 2009, tant les reculs des infractions relatives au cannabis (-327), aux autres stupéfiants (-395) qu’à la cocaïne (-366) sont à l’origine de la baisse globale des infractions en matière de drogues (graphique 9).

Malgré que les infractions impliquant le cannabis demeurent sensiblement au même niveau depuis quatre ans, quelques variations marquées ont néanmoins été enregistrées à l’intérieur de la catégorie au cours de la dernière année. C’est ainsi que les infractions relatives à la possession sont passées de 9 996 infractions en 2008 à 9 345 en 2009 (-651), alors qu’à l’inverse celles relatives au trafic sont passées de 609 à 806 (+197), le nombre le plus élevé au cours des cinq dernières années. Pour les infractions de possession de cannabis, soulignons que la baisse consignée en 2009 faisait suite à la forte hausse de 2008 et ramène par le fait même le nombre d’infractions au niveau de 2006 et 2007. Quant à la culture de cannabis, après deux années consécutives en baisse, tant les infractions de culture hydroponique que celles en terre ont quelque peu augmenté en 2009.

Graphique 9 : Répartition des infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants, Québec, 2008 et 2009
Drogues Année 2008 Année 2009
Cannabis 14 311 13 984
Autres stupéfiants 2 500 2 105
Cocaïne 2 129 1 763
Crack 567 455
Autres infractions à la LRCDAS 429 364
Méthamphétamines 147 449
Héroïne 56 71
Ecstasy26 169

Pour leur part, les infractions impliquant la cocaïne et celles regroupées sous l’appellation des autres stupéfiants31 consignent les plus fortes baisses de la grande catégorie des infractions liées aux drogues et aux stupéfiants (-17 % et -16 %). À l’exception de l’importation et de la production, avec respectivement 8 et 2 infractions en 2009, l’ensemble des infractions liées à la cocaïne ont diminué au cours de la période 2008-2009. Quant à l’important fléchissement des infractions relatives aux autres stupéfiants, il apparaît avoir été occasionné par le fait qu’en 2009 les infractions impliquant les méthamphétamines en cristaux (crystal meth) et l’ecstasy ont été présentées dans des catégories distinctes, faisant ainsi chuter le nombre total d’infractions regroupées dans la catégorie des autres stupéfiants.

31 Les autres stupéfiants comprennent notamment le PCP et le GHB.

Maintenant qu’elles font l’objet d’une catégorie distincte dans le Programme DUC 2 et ne sont plus regroupées à l’intérieur de la catégorie des autres stupéfiants, nous constatons que, bien qu’elles demeurent encore peu nombreuses, les infractions liées aux méthamphétamines en cristaux et à l’ecstasy augmentent fortement d’une année à l’autre. Comparativement à 2008, les corps policiers de la province ont consigné en 2009 trois fois plus d’infractions relatives aux méthamphétamines en cristaux (+302 infractions) et six fois plus d’infractions relatives à l’ecstasy (+143). Avec la popularité que connaissent ces deux substances au cours des dernières années, non seulement les forces policières saisissent sans doute plus régulièrement ce genre de drogues au cours de leurs interventions, mais consacrent également davantage de temps et d’efforts dans la lutte contre ces substances.

Quant à la répartition des infractions selon les grandes catégories de substances, elle demeure similaire à celle des années antérieures. Ainsi, les infractions liées au cannabis arrivent en tête de liste, comptant pour un peu plus de sept infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants sur dix (72 %), suivies de loin par celles liées aux autres stupéfiants (11 %) et à la cocaïne (9 %), qui comptent chacune pour une infraction sur dix. Les infractions relatives à l’héroïne, au crack, aux méthamphétamines, à l’ecstasy, à l’héroïne et les autres infractions à la LRCDAS demeurent, pour leur part, relativement peu nombreuses, avec respectivement moins de 1 000 infractions annuellement. Avec la forte croissance des infractions relatives aux méthamphétamines et à l’ecstasy depuis quelques années, il y a lieu de croire que ces infractions occuperont, au cours des années à venir, de plus en plus de place parmi l’ensemble des infractions relatives aux drogues consignées annuellement.

Portrait des auteurs présumés

Le portrait de la situation criminelle au Québec en 2009 serait incomplet sans un mot sur le profil des auteurs présumés interpellés par les forces policières à la suite de la perpétration d’infractions criminelles. Cette section présente les principaux constats sur les auteurs présumés d’infractions, sur la base de comparaisons selon l’âge et le sexe.

Rappelons d’abord que le taux d’auteurs présumés présenté et analysé dans cette section fait référence aux dossiers où un suspect âgé de 12 ans et plus a été identifié par les policiers et pour lequel suffisamment de preuves ont été amassées (dossier classé). Un auteur présumé n’étant pas identifié pour chacune des infractions commises et, au contraire, plusieurs auteurs pouvant être interceptés pour la seule et même infraction, le nombre d’auteurs présumés ne correspondra pas nécessairement au nombre d’infractions consignées au cours de l’année.

Également, précisons que les taux d’auteurs présumés pour la dernière année sont préliminaires, car des enquêtes étaient toujours en cours lors de l’extraction des données contenues dans ce rapport.

Portrait de la criminalité juvénile : tendance légèrement croissante pour le taux de jeunes auteurs présumés depuis quelques années

Année après année, la mise à jour des données relatives au nombre d’auteurs présumés modifie sensiblement les données préliminaires présentées et analysées dans la publication de l’année antérieure. Cela devient d’ailleurs plus préoccupant pour le taux global d’auteurs présumés et son évolution par rapport au taux de l’année précédente. Ainsi, afin de présenter des tendances évolutives justes et précises, le taux global d’auteurs présumés de la dernière année, qui demeure préliminaire jusqu’à la mise à jour des données une année plus tard, ne sera pas pris en compte dans l’analyse des tendances évolutives de la criminalité commise par les 12 à 17 ans.

Graphique 10 : Évolution du taux d’auteurs présumés d’infractions au Code criminel chez les jeunes de 12 à 17 ans et les adultes, Québec, 2000 à 200932)
Année Jeunes Adultes
32Exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Ainsi, les taux de ces années présentés dans ce graphique diffèrent de ceux indiqués dans les publications antérieures.
2000 5 605 2 148
2001 5 336 2 144
2002 5 231 2 054
2003 5 449 2 134
2004 4 982 2 134
2005 4 536 2 133
2006 4 651 2 175
2007 4 684 2 122
2008 4 823 2 054
2009 4 349 1 874

Globalement, depuis quelques années, nous constatons une légère tendance à la hausse du taux de jeunes auteurs présumés d’infractions au Code criminel (graphique 10). En se référant aux données définitives, soit celles de 2008 mises à jour en 2009, le taux s’est accru de 3 %, passant de 4 684 en 2007 à 4 823 par 100 000 jeunes âgés de 12 à 17 ans en 2008. Malgré la croissance enregistrée depuis 2006, le taux demeure tout de même inférieur aux taux annuels consignés dans la première moitié des années 2000. Soulignons que l’évolution du taux d’auteurs présumés des jeunes est sensiblement différente de celle des adultes qui, malgré une tendance évolutive plus stable, a légèrement diminué en 2007 et 2008.

Les différences entre les auteurs présumés jeunes et adultes ne s’arrêtent pas là. Comme par les années passées, les 12 à 17 ans sont toujours beaucoup moins nombreux que les adultes. En fait, parmi les 142 711 auteurs présumés identifiés par les organisations policières pour des infractions commises en 2009, les jeunes comptent pour moins d’un auteur présumé sur six (17 %).

Néanmoins, lorsque l’on prend en compte leur poids démographique, les adolescents deviennent surreprésentés parmi les auteurs présumés d’infractions criminelles. Les jeunes âgés de 12 à 17 ans représentent en effet 7 % de la population québécoise en 2009, mais comptent pour près de 20 % des auteurs présumés identifiés. La criminalité commise par les jeunes se distingue également passablement de celle que commettent les adultes (graphique 11). Chez les 12 à 17 ans, plus de la moitié des infractions commises en 2009 et pour lesquelles ils ont été identifiés se retrouvent dans la catégorie des crimes contre la propriété (55 %). Les infractions de violence occupent également une proportion non négligeable de leur criminalité, représentant le tiers de leur implication (35 %). Chez les auteurs présumés adultes, leur criminalité se répartit plutôt à part assez égale dans les trois grandes catégories d’infractions criminelles, soit 39 % pour les infractions contre la personne, 32 % pour celles contre la propriété et 29 % pour les autres infractions au Code criminel.

Graphique 11a : Répartition de la criminalité des jeunes auteurs présumés et des adultes selon la catégorie d’infractions, Québec, 2009
Catégories Jeunes
Personne 35 %
Propriété 55 %
Autres infractions 10 %


Graphique 11b : Répartition de la criminalité des jeunes auteurs présumés et des adultes selon la catégorie d’infractions, Québec, 2009
Catégories Adultes
Personne 39 %
Propriété 32 %
Autres infractions 29 %

Lorsque l’on fait abstraction des grandes catégories et que l’on s’intéresse uniquement aux infractions, bien que l’on observe plusieurs ressemblances entre les jeunes auteurs présumés et les adultes, quelques différences importantes continuent néanmoins de ressortir. C’est le cas pour l’infraction dominante dans les deux groupes d’âge. Alors que les vols de 5 000 $ ou moins constituent l’infraction la plus commise chez les jeunes (27 % de leur criminalité), cette même infraction compte pour une proportion beaucoup plus faible chez les adultes (14 % de leur criminalité). À l’inverse, pour les adultes, les infractions contre l’administration de la loi et de la justice arrivent en tête de liste (26 % de leur criminalité), alors que pour les jeunes, ces infractions sont beaucoup moins dominantes (9 % de leur criminalité). Parmi les ressemblances, soulignons que les voies de fait constituent l’une des infractions les plus commises, tant par les jeunes (21 % de leur criminalité) que les adultes (23 % de leur criminalité).

Enfin, en prenant également en compte le sexe des auteurs présumés, on constate davantage de ressemblances entre les jeunes et les adultes. En effet, tant pour les 12 à 17 ans que les 18 ans et plus, les auteurs de sexe féminin demeurent minoritaires, représentant plus ou moins un auteur présumé sur cinq dans chacun des groupes respectifs. Peu importe qu’elles soient âgées de plus ou de moins de 18 ans, la criminalité des auteurs de sexe féminin se ressemble aussi beaucoup. Bien que l’ordre s’inverse pour les filles et les femmes, les vols de 5 000 $ ou moins et les voies de fait sont les deux infractions les plus commises par les auteurs présumés de sexe féminin.

Tableaux statistiques

Tableaux pour le Québec - Série 1

La série 1 présente les statistiques générales sur la criminalité au Québec. Les données utilisées sont issues du Programme DUC 2, établissant un portrait de la criminalité au Québec avec la participation des corps de police municipaux, de la Sûreté du Québec et de certains corps et services de police autochtones.

Cette série compte douze tableaux qui présentent des statistiques sur les infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, sur leur taux de classement, sur les victimes d’actes criminels et sur les auteurs présumés.

Tableau 1.1 - Infractions selon la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2008 et 2009
Catégorie d'infractions Nombre1Taux2Variation du taux 2009/2008
(en %)
2008 2009 2008 2009
1 Pour plus d'information sur les données statistiques, consultez la section « Notes méthodologiques ».
2
Nombre d'infractions par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).

Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.

Homicide 91 85 1,2 1,1 -7,5
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 24 18 0,3 0,2 -25,7
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 1602192,12,835,6
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 45 461 45 120586,3576,3-1,7
Agression sexuelle 4 227 4 21254,5 53,8 -1,3
Autres infractions d'ordre sexuel 1 0281 081 13,3 13,8 4,1
Enlèvement ou séquestration 1 258 1 30516,216,72,7
Vol qualifié et extorsion 7 4587 259 96,2 92,7 -3,6
Harcèlement criminel 4 085 4 228 52,754,0 2,5
Menaces 16 730 16 859215,8215,3-0,2
Autres 2 048 2 77426,4 35,4 34,1
Infractions contre la personne 82 570 83 160 1 064,91062,2-0,3
Crime d'incendie 3 678 3 726 47,4 47,6 0,3
Introduction par effraction 56 15157 809724,2738,4 2,0
Vol de véhicules à moteur 31 100 27 283401,1 348,5 -13,1
Vol de plus de 5 000 $ 4 3514 10456,152,4 -6,6
Vol de 5 000 $ ou moins 105 241 102 195 1 357,3 1 305,4 -3,8
Possession de biens volés 3 183 3 092 41,1 39,5 -3,8
Fraude 15 367 15 009 198,2191,7 -3,3
Méfait 47 029 47 410 606,6605,6-0,2
Infractions contre la propriété 266 100 260 628 3 432,0 3 329,1 -3,0
Prostitution 6505578,4 7,1 -15,1
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 1 507 1 57419,420,1 3,4
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 34 42035 955443,9459,33,5
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 1 9602 14225,327,48,2
Autres 1 671 989 21,612,6 -41,4
Autres infractions au code criminel 40 20841 217 518,6526,51,5
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 388 878385 0055 015,54 917,8-1,9
Conduite avec facultés affaiblies 15 381 15 392198,4 196,6 -0,9
Délit de fuite 20 890 21 649 269,4 276,5 2,6
Autres 3 795 3 877 48,9 49,51,2
Infractions relatives à la conduite de véhicules 40 06640 918516,7 522,71,1
Code criminel - total 428 944425 9235 532,35 440,4-1,7
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 20 165 19 360 260,1247,3-4,9
Infractions aux autres lois fédérales 1 077961 13,9 12,3-11,6
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
21 24220 321274,0 259,6-5,3
Infractions aux lois provinciales 6 9866 22090,179,4 -11,8
Tableau 1.2 - Infractions de 2009 classées par ou sans mise en accusation et total des infractions classées en 2009, Québec, 2009
Catégorie d'infractions Infractions 2009 classées1 Total infractions classées en 20092
(commise ou non en 2009)
Par mise en accusation Sans mise en accusation Nombre%
Nombre % Nombre % Motif du classement sans mise en accusation
Raison indé-
pendante de la volonté policière
Refus de porter plainte Pouvoir discrétionnaire du corps policier Autres
motifs3 
Nombre%
1 Ces statistiques concernent les infractions commises en 2009 et classées jusqu'au 1er mars 2010.
2 Ces statistiques concernent toutes les infractions classées en 2009, qu'elles aient ou non été enregistrées en 2009.
3 Les autres motifs de classement sans mise en accusation regroupent, entre autres : suicide ou décès de l'auteur présumé, du plaignant ou d'un témoin essentiel; immunité diplomatique; auteur présumé de moins de douze ans; admission de l'auteur présumé dans un hôpital psychiatrique; auteur présumé se trouvant dans un pays étranger, déjà incarcéré ou impliqué dans d'autres affaires criminelles; avertissement pour infractions mineures; renvoi à un programme de déjudiciarisation ou à un organisme de justice alternative.
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 34 40,0 5 5,9 0 0 0 5 39 45,94755,3
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 7 38,9 2 11,1 2 0 0 0 9 50,0 18100,0
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 112 51,1 13 5,9 2 8 0 3 125 57,1 13863,0
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 21 275 47,2 13 259 29,4 4 830 6 233 292 1 90434 534 76,5 37 51183,1
Agression sexuelle 1 039 24,7 875 20,8 508 296 9 62 1 914 45,4 2 89568,7
Autres infractions d'ordre sexuel 254 23,5 230 21,3 153 48 2 27 484 44,8 685 63,4
Enlèvement ou séquestration 690 52,9 164 12,6 90 63 2 9 854 65,4 92370,7
Vol qualifié et extorsion 2 462 33,9 397 5,5 69 256 12 60 2 859 39,4 3 18943,9
Harcèlement criminel 1 994 47,2 1 266 29,9 429 670 23 144 3 260 77,1 3 499 82,8
Menaces 7 724 45,8 5 400 32,0 1 729 2 846 71 754 13 124 77,814 22384,4
Autres 682 24,6 842 30,4 225 483 21 113 1 524 54,9 1 69861,2
Infractions contre la personne 36 273 43,6 22 453 27,0 8 037 10 903 432 3 081 58 726 70,6 64 826 78,0
Crime d'incendie 259 7,0 132 3,5 34 15 16 67 391 10,5 487 13,1
Introduction par effraction 4 418 7,6 1 907 3,3313 527 207 860 6 325 10,9 8 253 14,3
Vol de véhicules à moteur 1 786 6,5 659 2,4 151 333 10 165 2 445 9,0 3 01711,1
Vol de plus de 5 000 $   242 5,9 98 2,4 40 45 3 10 340 8,3 46211,3
Vol de 5 000 $ ou moins 12 557 12,3 7 116 7,0 986 1 601 498 4 031 19 673 19,3 22 262 21,8
Possession de biens volés 1 590 51,4 706 22,8 209 44 20 433 2 296 74,3 2 68586,8
Fraude 3 195 21,3 1 256 8,4 503 438 53 262 4 451 29,7 5 94939,6
Méfait 3 095 6,5 2 666 5,6 502 1 071 96 997 5 761 12,2 6 544 13,8
Infractions contre la propriété 27 142 10,4 14 540 5,6 2 738 4 074 903 6 825 41 682 16,0 49 65919,1
Prostitution 464 83,3 15 2,7 4 0 10 1 479 86,049588,9
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 811 51,5 202 12,8 125 3 8 66 1 013 64,4 1 14572,7
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 28 535 79,4 3 900 10,8 2 773 159 104 864 32 435 90,2 34 51896,0
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 680 31,7 282 13,2 114 70 28 70 962 44,9 1 102 51,4
Autres 455 46,0 143 14,5 75 29 5 34 598 60,5 780 78,9
Autres infractions au code criminel 30 945 75,1 4 542 11,0 3 091 261 155 1 035 35 487 86,1 38 040 92,3
Code criminel
(sauf infractions relatives à la conduite de véhicules)
94 360 24,5 41 535 10,8 13 866 15 238 1 490 10 941 135 895 35,3 152 525 39,6
Conduite avec facultés affaiblies 13 241 86,0 838 5,4 794 16 37 14 079 91,5 15 481100,6
Délit de fuite 387 1,8 1 629 7,5 1 540 63 7 19 2 016 9,3 2 220 10,3
Autres 2 766 71,3 349 9,0 281 41 1 26 3 115 80,3 3 41588,1
Infractions relatives à la conduite de véhicules 16 394 40,1 2 816 6,9 2 615 105 14 82 19 210 46,9 21 116 51,6
Code criminel - total 110 754 26,0 44 351 10,4 16 481 15 343 1 504 11 023 155 105 36,4 173 64140,8
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 9 767 50,4 3 768 19,5 764 23 263 2 718 13 535 69,9 15 453 79,8
Infractions aux autres lois fédérales 640 66,6 120 12,5 77 25 36 760 79,1 916 95,3
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
10 407 51,2 3 888 19,1 84125 268 2 754 14 295 70,3 16 369 80,6
Infractions aux lois provinciales 3 229 51,9 219 3,5 173 8 19 19 3 448 55,4 5 009 80,5
Tableau 1.3 - Victimes d'infractions selon la catégorie d'infractions au Code criminel, Québec, 2008 et 2009
Infractions contre la personne et infractions relatives à la conduite de véhicules Nombre1 Taux2 Variation du taux 2009/2008
(en %)
2008 2009 2008 2009
1. Pour plus d'information sur les données statistiques, consultez la section « Notes méthodologiques ».
2. Nombre de victimes par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Meurtre au 1er degré 64 62 0,8 0,8 -4,1
Meurtre au 2e degré 24 17 0,3 0,2 -29,8
Homicide involontaire coupable 3 6 0,0 0,1 98,1
Infanticide 0 0 0,0 0,0 0,0
Homicide 91 85 1,2 1,1 -7,5
Négligence criminelle entraînant la mort 24 14 0,3 0,2 -42,2
Autres infractions connexes entraînant la mort 0 4 0,0 0,1 100,0
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 24 18 0,3 0,2 -25,7
Tentative de meurtre 151 204 1,9 2,6 33,8
Complot en vue de commettre un meurtre 8 13 0,1 0,2 60,9
Tentative et complot en vie de commettre un meurtre 159 217 2,1 2,8 35,2
Voies de fait graves (niveau 3) 237 277 3,1 3,5 15,8
Agression armée ou infliction de lésions corporelles (niveau 2) 11 295 11 092 145,7 141,7 -2,7
Voies de fait (niveau 1) 30 485 30 423 393,2 388,6 -1,2
Infliction illégale de lésions corporelles 153 129 2,0 1,6-16,5
Déchargement d'une arme à feu avec intention de causer des lésions corporelles 10 52 0,1 0,7 415,0
Usage d'une arme à feu (ou fausse) lors d'un crime 31 58 0,4 0,7 85,3
Braquer une arme à feu 44 138 0,6 1,8 210,6
Voies de fait contre un agent de la paix ou un policier 0 0 0,0 0,0 0,0
Voies de fait contre un policier 2 396 2 302 30,9 29,4 -4,8
Voies de fait contre un agent de la paix 467407 6,05,2 -13,7
Négligence criminelle entraînant des lésions corporelles 71 65 0,9 0,8 -9,3
Trappes susceptibles de causer/causant des lésions 0 1 0,0 0,0 100,0
Autres voies de fait 104 96 1,3 1,2 -8,6
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 45 293 45 040 584,2 575,3 -1,5
Agression sexuelle grave 22 25 0,3 0,3 12,5
Agression sexuelle armée 79 56 1,0 0,7 -29,8
Agression sexuelle 4 126 4 131 53,2 52,8 -0,8
Agression sexuelle 4 227 4 212 54,5 53,8 -1.3
Autres infractions d'ordre sexuel 954 1 025 12,3 13,1 6,4
Enlèvement ou séquestration 0 0 0,0 0,0 0,0
Enlèvement 133 153 1,7 2,0 13,9
Séquestration 1 009 1 033 13,0 13,2 1,4
Prise d'otage 1 4 0,0 0,1 296,1
Traite de personne 3 3 0,0 0,0 -1,0
Enlèvement d'une personne de moins de 14 ans 22 25 0,3 0,3 12,5
Enlèvement d'une personne de moins de 16 ans 11 2 0,1 0,0 -82,0
Enlèvement en contravention d'une ordonnance de garde 61 680,8 0,9 10,4
Enlèvement en l'absence d'une ordonnance de garde 18 17 0,2 0,2 -6,5
Passage d'enfants à l'étranger 0 0 0,0 0,0 0,0
Enlèvement ou séquestration 1 258 1 305 16,216,7 2,7
Vol qualifié ou extorsion 7 230 7 028 93,2 89,8 -3,7
Harcèlement criminel 4 085 4 228 52,7 54,0 2,5
Menaces 15 912 16 038 205,2 204,9 -0,2
Appels téléphoniques indécents 588 1 560 7,6 19,9 162,8
Intimidation d'une personne non dans le système judiciaire 272 827 3,5 10,6 201,1
Intimidation d'une personne du système judiciaire 69 289 0,9 3,7 314,8
Autres infractions avec violence 54 43 0,7 0,5 -21,1
Autres infractions causant la mort ou des lésions corporelles 36 15 0,5 0,2 -58,7
Autres 1 0192 734 13,1 34,9 165,7
Infractions contre la personne 80 252 81 930 1 035,0 1 046,5 1,1
Conduite avec facultés affaiblies 521 5186,7 6,6 -1,5
Délit de fuite 3 566 3 788 46,0 48,45,2
Autres 269 293 3,5 3,7 7,9
Infractions relatives à la conduite de véhicules 4 356 4 599 56,2 58,7 4,6
Total 84 608 86 529 1 091,2 1 105,3 1,3
Tableau 1.4 - Victimes d'infractions jeunes et adultes selon le sexe et la catégorie d'infractions au Code criminel, Québec, 2009
Infractions contre la personne
et infractions relatives à la conduite de véhicules
Nombre1 Taux2
Jeunes Adultes Jeunes Adultes
1 Sauf 5 900 victimes dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2 Nombre de victimes par 100 000 jeunes ou adultes, hommes ou femmes (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Hommes
Homicide 7 51 0,9 1,6
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 2 4 0,3 0,1
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 11 142 1,4 4,6
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 4 644 17 609 592,1 569,0
Agression sexuelle 509129 64,9 4,2
Autres infractions d'ordre sexuel 194 6 24,7 0,2
Enlèvement ou séquestration 122 293 15,6 9,5
Vol qualifié ou extorsion 996 3 454 127,0 111,6
Harcèlement criminel 147 980 18,7 31,7
Menaces 1 042 7 086 132,9 229,0
Autres 102 862 13,0 27,9
Infractions contre la personne 7 776 30 616 991,4 989,4
Infractions relatives à la conduite de véhicules 242 2 447 30,979,1
Hommes - total 8 018 33 063 1 022,3 1 068,5
Femmes
Homicide 6 21 0,8 0,7
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 1 9 0,1 0,3
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 5 45 0,7 1,4
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 2 783 16 102 373,1 502,5
Agression sexuelle 1 970 1 560 264,1 48,7
Autres infractions d'ordre sexuel 536 58 71,9 1,8
Enlèvement ou séquestration 191 674 25,6 21,0
Vol qualifié ou extorsion 319 2 143 42,8 66,9
Harcèlement criminel 310 2 722 41,6 85,0
Menaces 979 5 811 131,2 181,4
Autres 131 1 326 17,6 41,4
Infractions contre la personne 7 231 30 471 969,4 951,0
Infractions relatives à la conduite de véhicules 166 1 680 22,3 52,4
Femmes - total 7 397 32 151 991,6 1 003,4
Sexes réunis
Homicide 13 72 0,8 1,1
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 3 13 0,2 0,2
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 16 187 1,0 3,0
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 7 427 33 711 485,3 535,2
Agression sexuelle 2 479 1 689 162,0 26,8
Autres infractions d'ordre sexuel 730 64 47,7 1,0
Enlèvement ou séquestration 313 967 20,5 15,4
Vol qualifié ou extorsion 1 315 5 597 85,9 88,9
Harcèlement criminel 457 3 702 29,9 58,8
Menaces 2 021 12 897 132,1 204,8
Autres 233 2 188 15,2 34,7
Infractions contre la personne 15 007 61 087 980,7 969,8
Infractions relatives à la conduite de véhicules 408 4 127 26,7 65,5
Total 15 415 65 214 1 007,3 1 035,4
Tableau 1.5 - Victimes d'infractions selon le groupe d'âge et la catégorie d'infractions au Code criminel, Québec, 2009
Infractions contre la personne
et infractions relatives à la conduite de véhicules
0-11 12-14 15-17 Total jeunes 18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total adultes Total
1. Sauf 5 900 victimes dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2. Nombre de victimes par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Nombre1
Homicide 9 2 2 13 5 9 14 16 10 12 6 72 85
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0 0 3 3 0 1 0 1 2 4 5 1316
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 4 1 11 16 9 43 50 39 28 13 5 187 203
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 1 737 2 292 3 398 7 427 2 950 5 952 8 769 7 479 5 555 2 143 863 33 711 41 138
Agression sexuelle 1 073 717 689 2 479 276 392 439 285 203 57 37 1 689 4 168
Autres infractions d'ordre sexuel 414 230 86 730 8 19 19 7 8 3 0 64 794
Enlèvement ou séquestration 147 58 108 313 143 214 249 167 97 58 39 967 1 280
Vol qualifié ou extorsion 34 335 946 1 315 779 1 174 1 182 866 850 458 288 5 597 6 912
Harcèlement criminel 29 170 258 457 233 517 949 990 656 242 115 3 702 4 159
Menaces 363 632 1 026 2 021 769 1 532 3 114 3 235 2 623 1 150 474 12 897 14 918
Autres 28 92 113 233 98 200 534 563 470 194 129 2 188 2 421
Infractions contre la personne 3 838 4 529 6 640 15 007 5 270 10 053 15 319 13 648 10 502 4 334 1 961 61 087 76 094
Infractions relatives à la conduite
de véhicules
61 79 268 408368 613 851 774 762 431 328 4 127 4 535
Total 3 899 4 608 6 908 15 415 5 638 10 666 16 170 14 422 11 264 4 765 2 289 65 214 80 629
Taux2
Homicide 0,9 0,7 0,7 0,8 2,4 1,8 1,3 1,5 0,8 1,2 0,5 1,1 1,1
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0,0 0,0 1,0 0,2 0,0 0,2 0,0 0,1 0,2 0,4 0,4 0,2 0,2
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 0,4 0,4 3,7 1,0 4,3 8,8 4,7 3,7 2,2 1,3 0,4 3,0 2,6
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 180,5 844,8 1 145,8 485,3 1 411,9 1 219,6 821,8 701,7 435,3 209,6 73,7 535,2 525,5
Agression sexuelle 111,5 264,3 232,3 162,0 132,1 80,3 41,1 26,7 15,9 5,6 3,2 26,8 53,2
Autres infractions d'ordre sexuel 43,0 84,8 29,0 47,7 3,8 3,9 1,8 0,7 0,6 0,3 0,0 1,0 10,1
Enlèvement ou séquestration 15,3 21,4 36,4 20,5 68,4 43,8 23,3 15,7 7,6 5,7 3,3 15,4 16,3
Vol qualifié ou extorsion 3,5 123,5 319,0 85,9 372,8 240,6 110,8 81,3 66,6 44,8 24,6 88,9 88,3
Harcèlement criminel 3,0 62,7 87,0 29,9 111,5 105,9 88,9 92,9 51,4 23,7 9,8 58,8 53,1
Menaces 37,7 233,0 346,0 132,1 368,1 313,9 291,8 303,5 205,6 112,5 40,5 204,8 190,6
Autres 2,9 33,9 38,1 15,2 46,9 41,0 50,0 52,8 36,8 19,0 11,0 34,7 30,9
Infractions contre la personne 398,8 1 669,4 2 239,0 980,7 2 522,4 2 059,9 1 435,7 1 280,5 823,0 423,9 167,5 969,8 972,0
Infractions relatives à la conduite
de véhicules
6,3 29,1 90,4 26,7 176,1 125,6 79,8 72,6 59,7 42,2 28,0 65,5 57,9
Total 405,1 1 698,5 2 329,4 1 007,3 2 698,5 2 185,5 1 515,5 1 353,2 882,8 466,0 195,6 1 035,4 1 029,9
Tableau 1.6 - Victimes d'infractions selon la relation avec l'auteur présumé et la catégorie d'infractions au Code criminel, Québec, 2009
Infractions contre la personne et infractions relatives à la conduite de véhicules Total Identité de l'auteur présumé1
Famille Connaissance Étranger Inconnu
Conjoint
et ex-conjoint
Parent Autre membre Total Ami Relation d'affaires Relation criminelle Relation sociale Symbole d'autorité Total
1Pour plus d'information sur les données statistiques, consultez la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 85 16 8 8 32 1 0 2 12 0 15 16 22
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 18 6 0 0 6 3 0 0 2 0 5 6 1
Tentative et complot en vue de commettre
un meurtre
217 31 6 15 52 11 8 7 29 1 56 82 27
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 45 040 10 710 2 189 3 105 16 004 2 639 2 502 76 10 049 640 15 906 11 089 2 041
Agression sexuelle 4 212304 463 841 1 608 372 159 10 1 174 132 1 847 620 137
Autres infractions d'ordre sexuel 1 025 3 180 215 398 57 0 253 58 377 195 55
Enlèvement ou séquestration 1 305 407 127 50 584 109 25 14 150 7 305 347 69
Vol qualifié et extorsion 7 028 91 9 51 151 60 227 20 540 5 852 5 387 638
Harcèlement criminel 4 228 1 578 47 190 1 815 480 246 5 1 214 6 1 951 339 123
Menaces 16 038 2 250 445 1 391 4 086 834 1 707 51 5 595 224 8 411 2 861 680
Autres 2 734 432 17 87 536 142 186 5 569 30 932 782 484
Infractions contre la personne 81 930 15 828 3 491 5 953 25 272 4 708 5 069 190 19 587 1 103 30 657 21 724 4 277
Conduite avec facultés affaiblies 518 6 2 0 8 25 0 0 19 0 44 106 360
Délit de fuite 3 788 7 0 3 10 9 3 0 29 041 2 041 1 696
Autres 293 7 4 3 14 34 2 0 13 1 50 95 134
Infractions relatives à la conduite de véhicules 4 599 20 6 6 32 68 5 0 61 1 135 2 242 2 190
Total 86 529 15 848 3 497 5 959 25 304 4 776 5 074 190 19 648 1 104 30 792 23 966 6 467
Tableau 1.7 - Auteurs présumés selon la catégorie d'infractions au Code criminel , aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2008 et 2009
Catégorie d'infractions Nombre1 Taux2 Variation du taux 2009/2008
(en %)
2008 2009 2008 2009
1Pour plus d'information sur les données statistiques, consultez la section « Notes méthodologiques ».
2Nombre d'infractions par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 52 41 0,7 0,5 -21,9
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 11 9 0,1 0,1 -19,0
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 110 128 1,4 1,6 15,2
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 34 971 32 918 451,0 420,5 -6,8
Agression sexuelle 2 493 1 794 32,2 22,9 -28,7
Autres infractions d'ordre sexuel 562 429 7,2 5,5 -24,4
Enlèvement ou séquestration 1 019 923 13,1 11,8 -10,3
Vol qualifié et extorsion 3 722 3 232 48,0 41,3 -14,0
Harcèlement criminel 3 184 3 207 41,1 41,0 -0,2
Menaces 11 730 11 159 151,3 142,5 -5,8
Autres 1 120 1 560 14,4 19,9 37,9
Infractions contre la personne 58 974 55 400 760,6 707,6 -7,0
Crime d'incendie 748 556 9,6 7,1 -26,4
Introduction par effraction 10 341 8 593 133,4 109,8 -17,7
Vol de véhicules à moteur 4 020 3 226 51,8 41,2 -20,5
Vol de plus de 5 000 $ 598 438 7,7 5,6 -27,5
Vol de 5 000v$ ou moins 26 300 23 907 339,2 305,4 -10,0
Possession de biens volés 3 432 2 887 44,3 36,9 -16,7
Fraude 7 100 5 244 91,6 67,0 -26,9
Méfait 8 453 7 473 109,0 95,5 -12,4
Infractions contre la propriété 60 992 52 324 786,6 668,3 -15,0
Prostitution 616 541 7,9 6,9 -13,0
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 1 292 1 135 16,7 14,5 -13,0
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 33 026 32 807 426,0 419,1 -1,6
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 1 107 1 128 14,3 14,4 0,9
Autres 1 429 780 18,4 10,0 -45,9
Autres infractions au code criminel 37 470 36 391 483,3 464,8 -3,8
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 157 436 144 115 2 030,5 1 840,8 -9,3
Conduite avec facultés affaiblies 14 969 14 085 193,1 179,9 -6,8
Délit de fuite 2 124 2 027 27,4 25,9 -5,5
Autres 3 375 3 169 43,540,5 -7,0
Infractions relatives à la conduite de véhicules 20 468 19 281 264,0 246,3 -6,7
Code criminel - total 177 904 163 396 2 294,5 2 087,1 -9,0
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 18 956 16 202 244,5 207,0 -15,4
Infractions aux autres lois fédérales 987 777 12,7 9,9 -22,0
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
19 943 16 979 257,2 216,9-15,7
Infractions aux loix provinciales 4 907 3 824 63,3 48,8 -22,8
Tableau 1.8 - Auteurs présumés jeunes et adultes selon la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2009
Catégorie d'infractions Nombre1 Taux2
Jeunes Adultes Total
12 et +
Jeunes Adultes Total
12 et +
1Sauf les auteurs présumés âgés de moins de 12 ans (1154) et ceux dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité (834). Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2Nombre d'auteurs présumés par 100 000 jeunes ou adultes (population de 12 ans et plus basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 4 37 41 0,7 0,6 0,6
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0 9 9 0,0 0,1 0,1
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 11 116 127 1,9 1,8 1,8
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 5 063 27 473 32 536 891,6 436,2 473,8
Agression sexuelle 319 1 440 1 759 56,2 22,9 25,6
Autres infractions d'ordre sexuel 100 316 416 17,6 5,0 6,1
Enlèvement ou séquestration 67 854 921 11,8 13,6 13,4
Vol qualifié et extorsion 692 2 517 3 209 121,9 40,0 46,7
Harcèlement criminel 342 2 833 3 175 60,2 45,0 46,2
Menaces 1 733 9 316 11 049 305,2 147,9 160,9
Autres 288 1 238 1 526 50,7 19,7 22,2
Infractions conter la personne 8 619 46 149 54 768 1 517,8 732,7 797,6
Crime d'incendie 271 241 512 47,7 3,8 7,5
Introduction par effraction 1 866 6 626 8 492 328,6 105,2 123,7
Vol de véhicules à moteur 877 2 328 3 205 154,4 37,0 46,7
Vol de plus de 5 000 $ 31 405 436 5,5 6,4 6,3
Vol de 5 000 $ ou moins 6 756 16 918 23 674 1 189,7 268,6 344,8
Possession de biens volés 722 2 162 2 884 127,1 34,3 42,0
Fraude 338 4 880 5 218 59,577,5 76,0
Méfait 2 632 4 522 7 154 463,5 71,8 104,2
Infractions contre la propriété 13 493 38 082 51 575 2 376,1 604,6 751,1
Prostitution 2 539 541 0,4 8,6 7,9
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 108 1 025 1 133 19,0 16,3 16,5
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 2 117 30 678 32 795 372,8 487,1477,6
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 197 926 1 123 34,7 14,7 16,4
Autres 157 619 776 27,6 9,8 11,3
Autres infractions au code criminel 2 581 33 787 36 368 454,5 536,4 529,6
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 24 693 118 018 142 711 4 348,5 1 873,72 078,4
Conduite avec facultés affaiblies 221 13 863 14 084 38,9 220,1 205,1
Délit de fuite 126 1 899 2 025 22,2 30,1 29,5
Autres 143 3 026 3 169 25,2 48,046,2
Infractions relatives à la conduite de véhicules 490 18 788 19 278 86,3 298,3 280,8
Code criminel - total 25 183 136 806 161 989 4 434,8 2 172,0 2 359,1
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 3 813 12 377 16 190 671,5 196,5 235,8
Infractions aux autres lois fédérales 577 200 777 101,6 3,2 11,3
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
4 390 12 577 16 967 773,1 199,7 247,1
Infractions aux lois provinciales 318 2 937 3 255 56,0 46,6 47,4
Tableau 1.9 - Nombre d'auteurs présumés jeunes et adultes selon le sexe et la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2009
Catégorie d'infractions Nombre1
Hommes Femmes Total (12 et +)
Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes
1Sauf les auteurs présumés âgés de moins de 12 ans (1154) et ceux dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité (834). Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 4 32 0 5 4 37
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0 6 0 3 0 9
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 10 106 1 10 11 116
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 3 857 22 289 1 206 5 184 5 063 27 473
Agression sexuelle 309 1 411 10 29 319 1 440
Autres infractions d'ordre sexuel 94 311 6 5 100 316
Enlèvement ou séquestration 56 773 11 81 67 854
Vol qualifié et extorsion 621 2 247 71 270 692 2 517
Harcèlement criminel 242 2 330 100 503 342 2 833
Menaces 1 321 7 890 412 1 426 1 733 9 316
Autres 223 904 65 334 288 1 238
Infractions contre la personne 6 737 38 299 1 882 7 850 8 619 46 149
Crime d'incendie 242 207 29 34 271 241
Introduction par effraction 1 707 6 027 159 599 1 866 6 626
Vol de véhicules à moteur 823 2 122 54 206 877 2 328
Vol de plus de 5 000 $ 26 309 5 96 31 405
Vol de 5 000 $ ou moins 4 402 12 357 2 354 4 561 6 756 16 918
Possession de biens volés 535 1 818 187 344 722 2 162
Fraude 250 3 608 88 1 272 338 4 880
Méfait 2 371 3 932 261 590 2 632 4 522
Infractions contre la propriété 10 356 30 380 3 137 7 702 13 493 38 082
Prostitution 1 235 1 304 2 539
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 105 941 3 84 108 1 025
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 1 910 26 701 207 3 977 2 117 30 678
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 190 848 7 78 197 926
Autres 142 533 15 86 157 619
Autres infractions au code criminel 2 348 29 258 233 4 529 2 581 33 787
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 19 441 97 937 5 252 20 081 24 693 118 018
Conduite avec facultés affaiblies 199 11 917 22 1 946 221 13 863
Délit de fuite 100 1 440 26 459 126 1 899
Autres 129 2 718 14 308 143 3 026
Infractions relatives à la conduite de véhicules 428 16 075 62 2 713 490 18 788
Code criminel - total 19 869 114 012 5 314 22 794 25 183 136 806
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 3 195 10 795 618 1 582 3 813 12 377
Infractions aux autres lois fédérales 539 185 38 15 577 200
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
3 734 10 980 656 1 597 4 390 12 577
Infractions aux lois provinciales 214 2 490 104 447 318 2 937
Tableau 1.10 - Taux d'auteurs présumés jeunes et adultes selon le sexe et la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2009
Catégorie d'infractions Taux1
Hommes Femmes Total (12 et +)
Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes
1Nombre d'auteurs présumés par 100 000 jeunes ou adultes, hommes ou femmes (population de 12 ans et plus basée sur les estimation de Statistiques Canada). Le nombre d'auteurs présumés exclut les auteurs présumés âgés de moins de 12 ans (1134) et ceux dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité (834). Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 1,4 1,0 0,0 0,2 0,7 0,6
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0,0 0,2 0,0 0,1 0,0 0,1
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 3,4 3,4 0,4 0,3 1,9 1,8
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 1 327,3 720,3 435,0 161,8 891,6 436,2
Agression sexuelle 106,3 45,6 3,6 0,9 56,2 22,9
Autres infractions d'ordre sexuel 32,3 10,1 2,2 0,2 17,6 5,0
Enlèvement ou séquestration 19,3 25,0 4,0 2,5 11,8 13,6
Vol qualifié et extorsion 213,7 72,6 25,6 8,4 121,9 40,0
Harcèlement criminel 83,3 75,3 36,1 15,7 60,2 45,0
Menaces 454,6 255,0 148,6 44,5 305,2 147,9
Autres 76,7 29,2 23,4 10,4 50,7 19,7
Infractions contre la personne 2 318,3 1 237,7 678,8 245,0 1 517,8 732,7
Crime d'incendie 83,3 6,7 10,5 1,1 47,7 3,8
Introduction par effraction 587,4 194,8 57,3 18,7 328,6 105,2
Vol de véhicules à moteur 283,2 68,6 19,5 6,4 154,4 37,0
Vol de plus de 5 000 $ 8,9 10,0 1,8 3,0 5,5 6,4
Vol de 5 000 $ ou moins 1 514,8 399,3 849,0 142,3 1 189,7 268,6
Possession de biens volés 184,1 58,7 67,4 10,7 127,1 34,3
Fraude 86,0 116,6 31,7 39,7 59,5 77,5
Méfait 815,9 127,1 94,1 18,4 463,5 71,8
Infractions contre la propriété 3 563,7 981,7 1 131,4 240,4 2 376,1 604,6
Prostitution 0,3 7,6 0,4 9,5 0,4 8,6
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 36,1 30,4 1,1 2,6 19,0 16,3
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 657,3 862,9 74,7 124,1 372,8 487,1
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 65,4 27,4 2,5 2,4 34,7 14,7
Autres 48,9 17,2 5,4 2,7 27,6 9,8
Autres infractions au code criminel 808,0 945,5 84,0 141,3 454,5 536,4
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 6 690,0 3 164,9 1 894,3 626,7 4 348,5 1 873,7
Conduite avec facultés affaiblies 68,5 385,1 7,9 60,7 38,9 220,1
Délit de fuite 34,4 46,5 9,4 14,3 22,2 30,1
Autres 44,4 87,8 5,0 9,6 25,2 48,0
Infractions relatives à la conduite de véhicules 147,3 519,5 22,4 84,7 86,3 298,3
Code criminel - total 6 837,3 3 684,4 1 916,6 711,4 4 434,8 2 172,0
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 1 099,5 348,8 222,9 49,4 671,5 196,5
Infractions aux autres lois fédérales 185,5 6,0 13,7 0,5 101,6 3,2
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
1 284,9 354,8 236,6 49,8 773,1 199,7
Infractions aux lois provinciales 73,6 80,5 37,5 14,0 56,0 46,6
Tableau 1.1 - Nombre d'auteurs présumés selon le groupe d'âge1 et la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2009
Catégorie d'infractions 0-11 12-14 15-17 Total
12-17
18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total
18 et +
TOTAL
12 et +
1Sauf 834 auteurs présumés dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité.
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 0 0 4 4 5 6 9 8 5 1 3 37 41
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0 0 0 0 2 1 1 1 2 0 2 9 9
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre  0 1 10 11 14 26 23 20 23 8 2 116 127
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 320 1 743 3 320 5 063 2 170 4 541 7 701 6 612 4 455 1 473 521 27 473 32 536
Agression sexuelle 35 160 159 319 107 161 297 354 258 167 96 1 440 1 759
Autres infractions d'ordre sexuel 11 61 39 100 12 30 66 92 65 23 28 316 416
Enlèvement ou séquestration 0 15 52 67 83 180 265 194 103 18 11 854 921
Vol qualifié et extorsion 8 141 551 692 398 506 649 586 322 45 11 2 517 3 209
Harcèlement criminel 26 158 184 342 152 333 668 801 589 207 83 2 833 3 175
Menaces 72 553 1 180 1 733 614 1 196  2 299 2 429 1 886 635 257 9 316 11 049
Autres 18 126 162 288 85 146 305 339 238 88 37 1 238 1 526
Infractions contre la personne 490 2 958 5 661 8 619 3 642 7 126 12 283 11 436 7 946 2 665 1 051 46 149 54 768
Crime d'incendie 44 140 131 271 39 44 48 43 44 16 7 241 512
Introduction par effraction 85 502 1 364 1 866 956 1 098 1 823 1 802 834 88 25 6 626 8 492
Vol de véhicules à moteur 13 129 748 877 499 524 650 430 194 26 5 2 328 3 205
Vol de plus de 5 000 $ 0 3 28 31 59 68 101 93 58 19 7 405 436
Vol de 5 000 $ ou moins 185 2 154 4 6026 756 2 368 2 632 4 045 3 545 2 872 975 481 16 918 23 674
Possession de biens volés 2 172 550 722 396 428 556 414 270 67 31 2 162 2 884
Fraude 2 36 302 338 540 1 079 1 405 1 109 539 157 51 4 880 5 218
Méfait 307 1 069 1 563 2 632 1 116 1 040 1 033 699 442 135 57 4 522 7 154
Infractions contre la propriété 638 4 205 9 288 13 493 5 973 6 913 9 661 8 135 5 253 1 483 664 38 082 51 575
Prostitution 0 0 2 2 10 64 168 170 83 26 18 539 541
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 2 2286 108 86 202 257 192 153 93 42 1 025 1 133
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 6 321 1 796 2 117 2 807 6 221 8 744 7 262 4 405 980 259 30 678 32 795
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite4 40 157 197 124 156 169 188 176 72 41 926 1 123
Autres 2 30127 157 79 114 183 146 6824 5 619 776
Autres infractions au code criminel 14 413 2 168 2 581 3 106 6 757 9 521 7 958 4 885 1 195 365 33 787 36 368
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 1 142 7 576 17 117 24 693 12 721 20 796 31 465 27 529 18 084 5 343 2 080 118 018 142 711
Conduite avec facultés affaiblies 0 4 217 221 1 144 2 697 3 408 2 583 2 518 1 127 386 13 863 14 084
Délit de fuite 0 7119 126 189354 410 295 249 175 227 1 899 2 025
Autres 0 8 135 143 255 571 778 639 506 199 78 3 0263 169
Infractions relatives à la conduite de véhicules 0 19471 490 1 588 3 622 4 596 3 517 3 273 1 501 691 18 788 19 278
Code criminel - total 1 142 7 595 17 588 25 183 14 309 24 418 36 061 31 046 21 357 6 844 2 771 136 806 161 989
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 10891 2 922 3 813 2 085 3 342 3 417 1 945 1 208 307 73 12 377 16 190
Infractions aux autres lois fédérales 0 72505 577 81 23 25 26 25 13 7 200 777
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
10 963 3 427 4 390 2 166 3 365 3 442 1 971 1 233 320 80 12 577 16 967
Infractions aux lois provinciales 2 20 298 318 289578791 585 421 190 83 2 937 3 255
Tableau 1.12 - Taux d'auteurs présumés selon le groupe d'âge1 et la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2009 
Catégorie d'infractions 0-11 12-14 15-17 Total
12-17
18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total
18 et +
TOTAL
12 et +
1Nombre d'auteurs présumés par 100 000 personnes dans chaque groupe d'âge (population basée sur les estimations de Statistique Canada). Ce nombre exclut 834 auteurs présumés dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Homicide 0,0 0,0 1,3 0,7 2,4 1,2 0,8 0,8 0,4 0,1 0,3 0,6 0,6
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0,0 0,0 0,0 0,0 1,0 0,2 0,1 0,1 0,2 0,0 0,2 0,1 0,1
Tentative et complot en vue de commettre un meurtre 0,0 0,4 3,4 1,9 6,7 5,3 2,2 1,9 1,8 0,8 0,2 1,8 1,8
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 33,2 642,5 1119,5 891,6 1038,6 930,5 721,7 620,4 349,1 144,1 44,5 436,2 473,8
Agression sexuelle 3,6 59,0 53,6 56,2 51,2 33,0 27,8 33,2 20,2 16,3 8,2 22,9 25,6
Autres infractions d'ordre sexuel 1,1 22,5 13,2 17,6 5,7 6,1 6,2 8,6 5,1 2,2 2,4 5,0 6,1
Enlèvement ou séquestration 0,0 5,5 17,5 11,8 39,7 36,9 24,8 18,2 8,1 1,8 0,9 13,6 13,4
Vol qualifié et extorsion 0,8 52,0 185,8 121,9 190,5 103,7 60,8 55,0 25,2 4,4 0,9 40,0 46,7
Harcèlement criminel 2,7 58,2 62,0 60,2 72,8 68,2 62,6 75,2 46,2 20,2 7,1 45,0 46,2
Menaces 7,5 203,8 397,9 305,2 293,9 245,1 215,5 227,9 147,8 62,1 22,0 147,9 160,9
Autres 1,9 46,4 54,6 50,7 40,7 29,9 28,6 31,8 18,7 8,6 3,2 19,7 22,2
Infractions contre la personne 50,9 1090,3 1908,9 1517,8 1743,2 1460,2 1151,2 1073,0 622,7 260,7 89,8 732,7 797,6
Crime d'incendie 4,6 51,6 44,2 47,7 18,7 9,0 4,5 4,0 3,4 1,6 0,6 3,8 7,5
Introduction par effraction 8,8 185,0 459,9 328,6 457,6 225,0 170,9 169,1 65,4 8,6 2,1 105,2 123,7
Vol de véhicules à moteur 1,4 47,5 252,2 154,4 238,8 107,4 60,9 40,3 15,2 2,5 0,4 37,0 46,7
Vol de plus de 5 000 $ 0,0 1,1 9,4 5,5 28,2 13,99,5 8,7 4,5 1,9 0,6 6,4 6,3
Vol de 5 000 $ ou moins 19,2 794,0 1551,8 1189,7 1133,4 539,4 379,1 332,6 225,1 95,4 41,1 268,6 344,8
Possession de biens volés 0,2 63,4 185,5 127,1 189,5 87,7 52,1 38,8 21,2 6,6 2,6 34,3 42,0
Fraude 0,2 13,3 101,8 59,5 258,5 221,1 131,7 104,1 42,2 15,4 4,4 77,5 76,0
Méfait 31,9 394,0 527,0 463,5 534,1 213,1 96,8 65,6 34,6 13,2 4,9 71,8 104,2
Infractions contre la propriété 66,3 1550,0 3131,9 2376,1 2858,8 1416,5 905,4 763,3 411,7 145,0 56,7 604,6 751,1
Prostitution 0,0 0,0 0,7 0,4 4,8 13,1 15,7 16,0 6,5 2,5 1,5 8,6 7,9
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 0,2 8,1 29,0 19,0 41,2 41,4 24,1 18,0 12,0 9,1 3,6 16,3 16,5
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 0,6 118,3 605,6 372,8 1343,5 1274,7 819,5 681,4 345,2 95,8 22,1 487,1 477,6
Actes contraires aux bonnes mœurs et inconduite 0,4 14,7 52,9 34,7 59,3 32,0 15,8 17,6 13,8 7,0 3,5 14,7 16,4
Autres 0,2 11,1 42,8 27,6 37,8 23,4 17,2 13,7 5,3 2,3 0,4 9,8 11,3
Autres infractions au code criminel 1,5 152,2 731,1 454,5 1486,6 1384,6 892,3 746,7 382,8 116,9 31,2 536,4 529,6
Code criminel (sauf infractions relatives à la conduite de véhicules) 118,7 2792,5 5771,9 4348,5 6088,6 4261,2 2948,9 2582,9 1417,2 522,6 177,7 1873,7 2078,4
Conduite avec facultés affaiblies 0,0 1,5 73,2 38,9 547,5 552,6 319,4 242,4 197,3 110,2 33,0 220,1 205,1
Délit de fuite 0,0 2,6 40,1 22,2 90,5 72,5 38,4 27,7 19,5 17,1 19,4 30,1 29,5
Autres 0,0 2,9 45,5 25,2 122,0 117,0 72,9 60,0 39,7 19,5 6,7 48,0 46,2
Infractions relatives à la condutie de véhicules 0,0 7,0 158,8 86,3 760,1 742,2 430,7 330,0 256,5 146,8 59,0 298,3 280,8
Code criminel - total 118,7 2799,5 5930,7 4434,8 6848,6 5003,4 3379,7 2912,9 1673,7 669,4 236,8 2172,0 2359,1
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 1,0 328,4 985,3 671,5 997,9 684,8 320,2 182,5 94,7 30,0 6,2 196,5 235,8
Infractions aux autres lois fédérales 0,0 26,5 170,3 101,6 38,8 4,7 2,3 2,4 2,0 1,3 0,6 3,2 11,3
Infractions aux lois fédérales
(autres que celles prévues au Code criminel)
1,0 355,01155,6 773,1 1036,7 689,5 322,6 184,9 96,6 31,3 6,8 199,7 247,1
Infractions aux lois provinciales 0,2 7,4 100,5 56,0 138,3 118,4 74,1 54,9 33,0 18,6 7,1 46,6 47,4

Tableaux selon la région - Série 2

Les statistiques présentées dans les dix tableaux de la série 2 ont été compilées sur la base géographique des dix-sept régions administratives du Québec, dont les frontières sont définies par décret gouvernemental. Les données proviennent des corps policiers municipaux, de la Sûreté du Québec et de certains corps et services de police autochtones qui participent au Programme DUC 2. Les données de la Gendarmerie royale du Canada et des autres corps et services de police autochtones ne sont pas incluses dans ces tableaux puisqu’ils utilisent le Programme DUC 1.

Il est à noter que les données pour la région du Nord-du-Québec sont incomplètes puisque très peu de données concernant les infractions commises en 2009 dans cette région étaient accessibles au moment de l’extraction.

Tableau 2.1 - Infractions1 au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales selon la région, Québec, 2009
Région Code criminel Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants Infractions aux autres lois fédérales Infractions aux lois provinciales
Infractions
contre la
personne
Infractions contre la propriété Autres infractions (sauf conduite de véhicules) Total Infractions relatives à la conduite de véhicules
Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux
1Comprend également le taux de criminalité calculé pour 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada). Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 1 680 836,8 4 138 2 061,2 1 034 515,1 6 852 3 413,1 1 811 902,1 410 204,2 22 11,0 235 117,1
Saguenay—Lac-Saint-Jean 2 759 1 009,6 7 781 2 847,4 1 599 585,1 12 139 4 442,2 3 118 1 141,0 534 195,4 76 27,8 195 71,4
Capitale-Nationale 6 680 971,2 20 956 3 046,8 1 327 192,9 28 963 4 210,9 2 401 349,1 1 548 225,1 20 2,9 227 33,0
Mauricie 2 866 1 092,2 8 813 3 358,6 1 784 679,9 13 463 5 130,7 1 713 652,8 1 141 434,8 50 19,1 543 206,9
Estrie 2 307 750,5 8 231 2 677,7 1 988 646,7 12 526 4 075,0 2 240 728,7 989 321,7 193 62,8 562 182,8
Montréal 26 423 1 385,7 88 484 4 640,4 14 237 746,6 129 144 6 772,8 3 629 190,3 2 984 156,5 113 5,9 1 098 57,6
Outaouais 4 931 1 374,0 11 760 3 276,9 2 585 720,3 19 276 5 371,3 1 261 351,4 1 537 428,3 28 7,8 228 63,5
Abitibi-Témiscamingue 1 853 1 270,2 3 815 2 615,1 869 595,7 6 537 4 480,9 1 383 948,0 362 248,1 12 8,2112 76,8
Côte-Nord 2 008 2 098,1 2 643 2 761,6 1 146 1 197,4 5 797 6 057,2 888 927,9 294 307,2 70 73,1 96 100,3
Nord-du-Québec 226 544,9 464 1 118,6 181 436,4 871 2 099,9 144 347,2 62 149,5 921,7 22 53,0
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 1 119 1 189,6 1 546 1 643,5 446 474,1 3 111 3 307,2 885 940,8 174 185,038 40,4 83 88,2
Chaudière-Appalaches 2 629 652,37 956 1 974,1 1 276 316,6 11 861 2 943,1 1 917 475,7 958 237,7 74 18,4 388 96,3
Laval 3 363 858,1 11 676 2 979,4 1 467 374,3 16 506 4 211,9 604 154,1 796 203,1 63 16,1 184 47,0
Lanaudière 4 449 971,5 14 801 3 231,9 2 135 466,2 21 385 4 669,6 3 062 668,6 1 218 266,0 57 12,4 436 95,2
Laurentides 6 023 1 110,4 17 848 3 290,5 2 466 454,6 26 337 4 855,5 3 670 676,6 1 352 249,3 45 8,3 323 59,5
Montérégie 11 723 820,7 41 963 2 937,6 5 871 411,0 59 557 4 169,3 10 475 733,3 4 013 280,9 85 6,0 1 308 91,6
Centre-du-Québec 2 121 919,4 7 753 3 360,9 806 349,4 10 680 4 629,7 1 717 744,3 988 428,3 6 2,6 180 78,0
Ensemble du Québec 83 160 1 062,2 260 628 3 329,1 41 217 526,5 385 005 4 917,8 40 918 522,7 19 360 247,3 961 12,3 6 220 79,4
Tableau 2.2 - Victimes d'infractions au Code criminel selon la région, Québec, 2008 et 2009
Région Nombre1 Taux2 Variation du taux 2009/2008
(en %)
2008 2009 2008 2009
1 Comprend les victimes de crimes contre la personne, ainsi que les victimes d'infractions relatives à la conduite de véhicules. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2 Nombre de victimes par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 1 638 1 715 816,2 854,3 4,7
Saguenay—Lac-Saint-Jean 2 606 2 849 955,9 1 042,6 9,1
Capitale-Nationale 7 391 7 356 1 086,8 1 069,5 -1,6
Mauricie 2 941 2 919 1 125,0 1 112,4 -1,1
Estrie 2 334 2 385 765,3 775,9 1,4
Montréal 27 867 27 235 1 468,8 1 428,3 -2,8
Outaouais 4 622 4 741 1 308,7 1 321,1 0,9
Abitibi-Témiscamingue 1 746 1 857 1 202,5 1 272,9 5,9
Côte-Nord 2 074 2 014 2 173,6 2 104,4 -3,2
Nord-du-Québec 265 233 645,4 561,7 -13,0
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 1 110 1 127 1 180,4 1 198,1 1,5
Chaudière-Appalaches 2 465 2 765 616,6 686,1 11,3
Laval 3 258 3 534 847,0 901,8 6,5
Lanaudière 4 204 4 728 935,3 1 032,4 10,4
Laurentides 5 841 6 332 1 093,8 1 167,4 6,7
Montérégie 12 061 12 518 854,8 876,3 2,5
Centre-du-Québec 2 185 2 221 956,1 962,8 0,7
Ensemble du Québec 84 608 86 529 1 091,2 1 105,3 1,3
Tableau 2.3 - Victimes d'infractions au Code criminel jeunes et adultes selon le sexe et la région, Québec, 2009
1 Comprend les victimes de crimes contre la personne, ainsi que les victimes d'infractions relatives à la conduite de véhicules. De ce nombre sont cependant exclues 5900 victimes dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2 Nombre de victimes par 100 000 jeunes ou adultes, hommes ou femmes (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Région Nombre1 Taux2
Hommes Femmes Total Hommes Femmes Total
Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes
Bas-Saint-Laurent 176 669 141 620 317 1 289 962,4 819,3 827,8 740,0 897,5 779,2
Saguenay—Lac-Saint-Jean 313 1 049 299 912 612 1 961 1 198,1 944,2 1 194,3 821,6 1 196,2 882,9
Capitale-Nationale 555 2 931 548 2 971 1 103 5 902 917,9 1 060,2 947,8 1 013,8 932,5 1 036,3
Mauricie 305 1 078 260 1 029 565 2 107 1 327,8 1 009,7 1 205,0 926,3 1 268,4 967,2
Estrie 227 866 244 898 471 1 764 736,0 708,6 842,8 716,2 787,7 712,5
Montréal 2 082 11 255 1 645 10 439 3 727 21 694 1 183,8 1 487,5 978,9 1 294,8 1 083,7 1 388,1
Outaouais 479 1 812 442 1 731 921 3 543 1 241,1 1 305,2 1 202,0 1 196,5 1 222,0 1 249,7
Abitibi-Témiscamingue 213 666 253 631 466 1 297 1 362,9 1 138,9 1 718,4 1 106,0 1 535,3 1 222,6
Côte-Nord 172 737 175 742 347 1 479 1 694,1 1 900,8 1 790,1 2 005,4 1 741,2 1 951,8
Nord-du-Québec 23 75 31 80 54 155 323,3 526,2 462,9 596,4 391,0 560,2
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 118 396 119 405 237 801 1 480,0 1 027,3 1 557,8 1 014,9 1 518,1 1 021,0
Chaudière-Appalaches 285 976 289 1 003 574 1 979 695,3 603,1 743,3 621,8 718,7 612,4
Laval 347 1 303 293 1 357 640 2 660 808,6 873,7 714,0 854,5 762,4 863,8
Lanaudière 540 1 643 494 1 740 1 034 3 383 1 064,5 915,7 1 032,8 966,8 1 049,1 941,3
Laurentides 647 2 316 645 2 323 1 292 4 639 1 099,6 1 089,7 1 146,0 1 081,7 1 122,3 1 085,7
Montérégie 1 292 4 496 1 278 4 455 2 570 8 951 845,7 809,0 879,1 775,3 862,0 791,9
Centre-du-Québec 244 795 241 815 485 1 610 1 015,2 863,1 1 071,5 885,4 1 042,4 874,2
Ensemble du Québec 8 018 33 063 7 397 32 151 15 415 65 214 1 022,3 1 068,5 991,6 1 003,4 1 007,3 1 035,4
Tableau 2.4 - Victimes d'infractions au Code criminel1 selon le groupe d'âge et la région, Québec, 2009
Région 0-11 12-14 15-17 Total jeunes 18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total adultes Total
1 Comprend les victimes de crimes contre la personne, ainsi que les victimes d'infractions relatives à la conduite de véhicules. De ce nombre sont cependant exclues 5 900 victimes dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 117 78 122 317 119 160 286 312 258 105 49 1 289 1 606
Saguenay—Lac-Saint-Jean 193 190 229 612 145 284 491 441 372 150 78 1 961 2 573
Capitale-Nationale 235 333 535 1 103 525 986 1 452 1 191 987 511 250 5 902 7 005
Mauricie 193 186 186 565 173 329 458 481 399 186 81 2 107 2 672
Estrie 145 138 188 471 162 277 416 417 286 133 73 1 764 2 235
Montréal 736 1 123 1 868 3 727 1 653 3 712 5 743 4 683 3 561 1 550 792 21 694 25 421
Outaouais 216 268 437 921 309 615 839 808 664 220 88 3 443 4 464
Abitibi-Témiscamingue 149 129 188 466 110 241 343 292 216 71 24 1 297 1 763
Côte-Nord 111 101 135 347 140 270 391 327 233 90 28 1 479 1 826
Nord-du-Québec 13 25 16 54 11 26 36 42 30 6 4 155 209
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 59 78 100 237 49 95 190 184 160 85 38 801 1 038
Chaudière-Appalaches 174 142 258 574 178 262 488 435 397 150 69 1 979 2 553
Laval 132 178 330 640 271 506 600 611 459 140 73 2 660 3 300
Lanaudière 289 330 415 1 034 335 525 750 841 605 206 121 3 383 4 417
Laurentides 340 394 558 1 292 444 684 1 079 1 053 867 356 156 4 639 5 931
Montérégie 681 750 1 139 2 570 898 1 422 2 190 1 963 1 472 683 323 8 951 11 521
Centre-du-Québec 116 165 204 485 116 272 418 341 298 123 42 1 610 2 095
Ensemble du Québec 3 899 4 608 6 908 15 415 5 638 10 666 16 170 14 422 11 264 4 765 2 289 65 214 80 629
Tableau 2.5 - Taux de victimes d'infractions au Code criminel1 selon le groupe d'âge et la région, Québec, 2009
Région 0-11 12-14 15-17 Total jeunes 18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total adultes Total
    1 Nombre de victimes par 100 000 personnes dans chaque groupe d'âge (population basée sur les estimations de Statistique Canada). Il s'agit des victimes de crimes contre la personne, sauf la catégorie d'infractions « vol qualifié ou extorsion », ainsi que des victimes d'infractions relatives à la conduite de véhicules. De ce nombre sont cependant exclues 5 900 victimes dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
    Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 535,5 1 239,7 1 698,9 897,5 2 298,2 1 366,9 1 236,3 1 385,1 740,0 330,6 135,1 779,2 800,0
Saguenay—Lac-Saint-Jean 613,8 2 070,6 2 172,5 1 196,2 1 911,4 1 658,4 1 414,8 1 443,8 760,9 376,5 179,7 882,9 941,6
Capitale-Nationale 316,2 1 597,1 2 314,5 932,5 3 090,4 2 201,5 1 482,6 1 367,6 875,9 524,9 221,8 1 036,3 1 018,4
Mauricie 715,3 2 259,7 1 993,1 1 268,4 2 560,3 2 074,9 1 466,8 1 634,3 882,1 465,9 163,9 967,2 1 018,3
Estrie 386,2 1 296,9 1 619,7 787,7 1 952,5 1 374,6 1 037,9 1 113,0 591,2 303,6 147,7 712,5 727,1
Montréal 326,5 1 942,4 3 080,2 1 083,7 3 688,3 2 950,8 1 891,9 1 661,1 1 248,5 700,8 263,6 1 388,1 1 333,2
Outaouais 457,5 2 018,1 2 937,8 1 222,0 2 962,3 2 668,8 1 739,2 1 530,8 1 074,5 491,0 207,5 1 249,7 1 243,9
Abitibi-Témiscamingue 795,8 2 317,6 3 101,3 1 535,3 2 552,2 2 573,1 1 874,1 1 574,0 852,8 364,1 119,0 1 122,6 1 208,5
Côte-Nord 888,1 2 882,4 3 438,6 1 741,2 5 409,6 4 922,5 3 246,2 2 452,0 1 365,7 702,5 224,9 1 951,8 1 908,0
Nord-du-Québec 138,8 1 166,6 695,3 391,0 738,3 810,2 590,9 737,6 564,9 178,9 158,9 560,2 503,9
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 647,0 2 570,0 2 891,8 1 518,1 2 113,0 2 014,8 2 007,4 1 594,6 941,0 542,6 214,1 1 021,0 1 103,5
Chaudière-Appalaches 343,9 1 022,0 1 677,9 718,7 1 643,6 1 068,0 921,4 856,2 605,7 261,8 112,8 612,4 633,5
Laval 351,8 1 169,1 2 024,3 762,4 2 460,3 2 071,0 1 237,8 1 059,8 721,7 314,0 125,4 863,8 842,1
Lanaudière 484,3 1 779,4 2 040,1 1 049,1 2 455,3 1 946,3 1 281,7 1 327,2 772,2 345,5 205,3 941,3 964,5
Laurentides 481,1 1 865,2 2 392,8 1 122,3 2 868,4 2 192,4 1 601,6 1 354,6 924,8 504,2 219,2 1 085,7 1 093,4
Montérégie 367,8 1 396,2 1 922,4 862,0 2 194,9 1 655,9 1 187,6 994,5 623,2 363,5 163,4 791,9 806,5
Centre-du-Québec 395,2 1 999,3 2 286,0 1 042,4 1 844,5 1 974,6 1 370,5 1 218,7 809,6 379,2 115,5 874,2 908,2
Ensemble du Québec 405,1 1 698,5 2 329,4 1 007,3 2 698,5 2 185,5 1 515,5 1 353,2 882,8 466,0 195,6 1 035,4 1 029,9
Tableau 2.6 - Victimes d'infractions au Code criminel1 selon la relation avec l'auteur présumé2 et la région, Québec, 2009
Région Total Identité de l'auteur présumé
Famille Connaissance Étranger Inconnu
Conjoint et ex-conjoint Parent Autre membre Total Ami Relation d'affaires Relation criminelle Relation sociale Symbole d'autorité Total
1 Comprend les victimes de crimes contre la personne ainsi que les victimes d'infractions relatives à la conduite de véhicules.
2
Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 1 715 325 96 173 594 101 71 7 488 40 707 286 128
Saguenay—Lac-Saint-Jean 2 849 457 154 236 847 186 192 11 805 35 1 229 632 141
Capitale-Nationale 7 356 1 286 209 402 1 897 271 1 120 8 1 726 16 3 141 1 709 609
Mauricie 2 919 533 173 203 909 179 107 6 794 15 1 101 543 366
Estrie 2 385 458 106 200 764 134 269 8 653 25 1 089 375 157
Montréal 27 235 4 678 652 1 383 6 713 1 270 1 490 45 4 856 202 7 863 12 160 499
Outaouais 4 741 651 226 389 1 266 555 174 5 1 290 83 2 107 666 702
Abitibi-Témiscamingue 1 857 356 109 200 665 149 71 12 541 34 807 249 136
Côte-Nord 2 014 386 63 234 683 119 108 2 665 52 946 275 110
Nord-du-Québec 233 37 11 30 78 12 14 1 64 4 95 35 25
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 1 127 177 39 129 345 63 33 7 437 17 557 170 55
Chaudière-Appalaches 2 765 551 186 248 985 144 134 11 661 75 1 025 449 306
Laval 3 534 795 122 215 1 132 148 188 8 561 46 951 1 284 167
Lanaudière 4 728 1 005 258 393 1 656 267 198 15 1 114 92 1 686 957 429
Laurentides 6 332 1 296 328 446 2 070 369 311 21 1 543 103 2 347 1 301 614
Montérégie 12 518 2 461 680 887 4 028 660 512 21 2 803 237 4 233 2 423 1 834
Centre-du-Québec 2 221 396 85 191 672 149 82 2 647 28 908 452 189
Ensemble du Québec 86 529 15 848 3 497 5 959 25 304 4 776 5 074 190 19 648 1 104 30 792 23 966 6 467
Tableau 2.7 - Auteurs présumés d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales selon la région, Québec, 2009
Région Nombre1 Taux2
1 Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2 Nombre d'auteurs présumés par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 4 481 2 232,1
Saguenay—Lac-Saint-Jean 6 583 2 409,0
Capitale-Nationale 11 763 1 710,2
Mauricie 8 720 3 323,2
Estrie 7 257 2 360,9
Montréal 46 373 2 432,0
Outaouais 12 235 3 409,3
Abitibi-Témiscamingue 3 986 2 732,3
Côte-Nord 4 144 4 330,0
Nord-du-Québec 625 1 506,8
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 2 415 2 567,5
Chaudière-Appalaches 7 623 1 891,5
Laval 7 756 1 979,1
Lanaudière 10 715 2 339,7
Laurentides 14 273 1 631,4
Montérégie 30 250 2 117,6
Centre-du-Québec 5 000 2 167,5
Ensemble du Québec 184 199 2 352,8
Tableau 2.8 - Auteurs présumés d'infractions au Code criminel , aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, jeunes et adultes, selon le sexe et la région, Québec, 2009
Région Nombre1 Taux2
Hommes Femmes Total (12 et +) Hommes Femmes Total (12 et +)
Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes Jeunes Adultes
1 Sauf les auteurs présumés âgés de moins de 12 ans (1154) et ceux dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité (834. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2 Nombre d'auteurs présumés par 100 000 jeunes ou adultes, hommes ou femmes (population de 12 ans et plus basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 589 3 212 79 576 668 3 788 8 494,4 3 933,7 1 208,1 687,5 4 958,1 2 289,7
Saguenay—Lac-Saint-Jean 870 4 513 198 817 1 068 5 330 8 594,3 4 062,2 2 063,8 736,0 5 416,6 2 399,8
Capitale-Nationale 1 575 8 045 437 1 626 2 012 9 671 7 002,2 2 910,0 2 035,2 554,8 4 576,4 1 698,1
Mauricie 1 045 6 189 229 1 168 1 274 7 357 11 568,7 5 797,0 2 684,6 1 051,4 7 253,9 3 370,0
Estrie 806 5 255 268 884 1 074 6 139 7 112,6 4 300,0 2 455,1 705,0 4 827,4 2 479,4
Montréal 4 470 33 699 1 029 6 539 5 499 40 238 7 377,7 4 453,7 1 778,0 811,0 4 642,0 2 574,6
Outaouais 1 788 8 180 444 1 700 2 232 9 880 12 410,6 5 892,2 3 229,6 1 175,0 7 927,5 3 485,0
Abitibi-Témiscamingue 450 2 811 126 554 576 3 365 7 546,5 4 806,9 2 224,2 971,0 4 953,6 2 912,6
Côte-Nord 629 2 762 155 516 784 3 278 16 570,1  7 123,3 4 265,3 1 394,6 10 551,8 4 326,0
Nord-du-Québec 103 435 22 58 125 493 4 555,5 3 051,8 1 007,8 432,4 2 812,8 1 781,9
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 360 1 603 102 331 462 1 934 10 872,8 4 158,5 3 205,5 829,4 7 115,4 2 465,1
Chaudière-Appalaches 1 055 5 279 208 1 006 1 263 6 285 7 027,2 3 262,0 1 458,8 623,6 4 314,9 1 945,0
Laval 1 241 4 980 404 1 059 1 645 6 039 7 774,7 3 339,2 2 595,4 666,8 5 217,6 1 961,1
Lanaudière 1 513 7 401 353 1 340 1 866 8 741 7 574,5 4 124,7 1 866,4 744,6 4 798,4 2 432,1
Laurentides 2 024 9 461 738 1 907 2 762 11 368 8 927,3 4 451,5 3 389,7 888,0 6 214,6 2 660,5
Montérégie 4 602 20 266 1 132 4 040 5 734 24 306 7 949,1 3 646,8 2 055,3 703,1 5 075,7 2 150,4
Centre-du-Québec 697 3 391 150 717 847 4 108 7 882,8 3 681,6 1 799,6 778,9 4 931,0 2 230,7
Ensemble du Québec 23 817 127 482 6 074 24 838 29 891 152 320 8 195,9 4 119,7 2 190,8 775,2 5 263,9 2 418,3
Tableau 2.9 - Auteurs présumés d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales selon le groupe d'âge1 et la région, Québec, 2009
Région 0-11 12-14 15-17 Total
12-17
18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total
18 et +
Total
12 et +
1 Sauf 834 auteurs présumés dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 22 153 515 668 363 693 1 023 692 625 296 96 3 788 4 456
Saguenay—Lac-Saint-Jean 134 362 706 1 068 592 909 1 412 1 105 853 299 160 5 330 6 398
Capitale-Nationale 28 541 1 471 2 012 1 435 1 730 2 422 1 947 1 415 512 210 9 671 11 683
Mauricie 64 417 857 1 274 836 1 300 1 981 1 528 1 169 401 142 7 357 8 631
Estrie 27 283 791 1 074 618 1 093 1 689 1 359 951 315 114 6 139 7 213
Montréal 242 1 576 3 923 5 499 3 257 7 163 11 517 9 684 6 315 1 678 624 40 238 45 737
Outaouais 112 723 1 509 2 232 1 223 2 036 2 360 2 214 1 500 398 149 9 880 12 112
Abitibi-Témiscamingue 38 192 384 576 312 712 1 025 689 400 164 63 3 365 3 941
Côte-Nord 79 296 488 784 374 707 879 671 436 145 66 3 278 4 062
Nord-du-Québec 3 58 67 125 59 119 145 88 68 11 3 493 618
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 19 166 296 462 163 317 449 439 359 149 58 1 934 2 396
Chaudière-Appalaches 52 285 978 1 263 728 1 164 1 679 1 223 951 385 155 6 285 7 548
Laval 35 418 1 227 1 645 811 1 253 1 540 1 221 864 256 94 6 039 7 684
Lanaudière 64 577 1 289 1 866 1 117 1 673 2 184 1 977 1 250 375 165 8 741 10 607
Laurentides 89 784 1 978 2 762 1 315 2 074 2 797 2 553 1 784 579 266 11 368 14 130
Montérégie 103 1 460 4 274 5 734 3 084 4 662 6 048 5 381 3 458 1 179 494 24 306 3 040
Centre-du-Québec 43 287 560 847 477 756 1 144 831 613 212 75 4 108 4 955
Ensemble du Québec 1 154 8 578 21 313 29 891 16 764 28 361 40 294 33 602 23 011 7 354 2 934 152 320 182 211
Tableau 2.10 - Taux d'auteurs présumés d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales selon le groupe d'âge1 et la région, Québec, 2009
Région 0-11 12-14 15-17 Total
12-17
18-19 20-24 25-34 35-44 45-54 55-64 65 et + Total
18 et +
TOTAL
12 et +
1 Nombre d'auteurs présumés par 100 000 personnes dans chaque groupe d'âge (population basée sur les estimations de Statistique Canada). Ce nombre exclut 834 auteurs présumés dont les données sur l'âge sont inconnues ou non conformes à la réalité. Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies par les corps de police municipaux, la Sûreté du Québec et autres corps et services de police autochtones.
Bas-Saint-Laurent 100,7 2 431,7 7 171,7 4 958,1 7 010,4 5 920,5 4 422,3 3 072,1 1 792,5 932,0 264,7 2 289,7 2 490,7
Saguenay—Lac-Saint-Jean 426,2 3 945,1 6 697,7 5 416,6 7 803,8 5 308,0 4 068,6 3 617,7 1 744,8 750,5 368,5 2 399,8 2 645,8
Capitale-Nationale 37,7 2 594,7 6 363,8 4 576,4 8 447,1 3 862,6 2 473,1 2 235,7 1 255,7 525,9 186,4 1 698,1 1 904,3
Mauricie 237,2 5 066,2 9 183,5 7 253,9 12 372,4 8 198,8 6 344,5 5 191,6 2 584,3 1 004,3 287,3 3 377,0 3 666,3
Estrie 71,9 2 659,5 6 814,9 4 827,4 7 448,5 5 423,8 4 213,9 3 627,3 1 965,8 719,1 230,7 2 479,4 2 673,0
Montréal 107,3 2 725,9 6 468,7 4 642,0 7 267,2 5 694,2 3 794,1 3 435,0 2 214,1 758,7 207,7 2 574,6 2 720,2
Outaouais 237,2 5 444,3 10 144,5 7 927,5 11 724,7 8 835,3 4 892,1 4 194,6 2 427,4 888,3 351,3 3 485,0 3 886,3
Abitibi-Témiscamingue 202,9 3 449,5 6 334,5 4 953,6 7 239,0 7 602,0 5 600,5 3 713,9 1 579,2 841,0 312,3 2 912,6 3 099,2
Côte-Nord 632,1 8 447,5 12 430,0 10 551,8 14 451,3 12 889,7 7 297,6 5 031,5 2 555,5 1 131,8530,2 4 326,0 4 881,9
Nord-du-Québec 32,0 2 706,5 2 911,8 2 812,8 3 959,7 3 708,3 2 380,2 1 545,5 1 280,4 328,1 119,1 1 781,9 1 924,6
Gaspésie—Îles-de-la-Madeleine 208,4 5 469,5 8 559,9 7 115,4 7 028,9 6 723,2 4 743,8 3 804,5 2 111,4 951,2 326,8 2 465,1 2 820,5
Chaudière-Appalaches 102,8 2 051,1 6 360,6 4 314,9 6 722,1 4 744,8 3 170,0 2 407,2 1 450,9 671,9 253,4 1 945,0 2 141,8
Laval 66,8 2 745,3 7 526,7 5 217,6 7 362,7 5 128,3 3 177,0 2 118,0 1 358,6 574,2 161,5 1 961,1 2 263,5
Lanaudière 107,3 3 111,2 6 336,6 4 798,4 8 186,7 6 202,3 3 732,3 3 120,0 1 595,5 628,9 280,0 2 432,1 2 663,1
Laurentides 125,9 3 711,4 8 482,0 6 214,6 8 495,4 6 647,9 4 151,6 3 284,3 1 903,0 820,0 373,8 2 660,5 2 995,3
Montérégie 55,6 2 717,8 7 213,55 075,77 537,9 5 428,8 3 279,8 2 726,2 1 464,0 627,5 249,9 2 150,4 2 416,2
Centre-du-Québec 146,5 3 477,5 6 275,2 4 931,0 7 584,7 5 488,2 3 750,9 2 970,0 1 665,3 653,5 206,2 2 230,7 2 461,1
Ensemble du Québec 119,9 3 161,9 7 186,8 5 263,9 8 023,7 5 811,3 3 776,4 3 152,7 1 803,4 719,3 250,7 2 418,3 2 653,6

Tableaux selon les territoires des corps de police municipaux - Série 3

La série 3 présente les principales statistiques sur la criminalité issues du Programme DUC 2 pour les territoires des 33 corps de police municipaux du Québec, qui étaient en activité au 31 décembre 2009. Les statistiques sur la criminalité et le classement pour les territoires des corps de police municipaux ne peuvent toutefois pas être entièrement attribuées au corps de police desservant le territoire où l’infraction a été commise. En effet, en raison notamment du niveau de service qu’un corps de police doit offrir, il peut être assisté par un autre corps de police municipal ou par la Sûreté du Québec.

Deux tableaux composent cette série. Le premier montre le nombre d’infractions et le taux de criminalité selon les grandes catégories d’infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales. Le second porte sur les infractions au Code criminel classées par ou sans mise en accusation.

Tableau 3.1 - Infractions1 au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales selon le territoire du corps de police municipal, Québec, 2009
Territoire du corps de police municipal2 Code criminel Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants Infractions aux autres lois fédérales Infractions aux lois provinciales
Infractions contre la personne Infractions contre la propriété Autres infractions (sauf conduite de véhicules) Total Infractions relatives à la conduite de véhicules
Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux Nombre Taux
1 Nombre et taux d'infractions pour 100 000 habitants (population selon la Gazette officielle du Québec). Pour plus d'information sur les données statistiques, consulter la section « Notes méthodologiques ».
2 Corps de police municipaux en activité au 31 décembre 2009.
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme DUC 2 recueillies sur les territoires des corps de police municipaux.
Blainville 375 732,3 1 341 2 618,8 81 158,2 1 797 3 509,4 247 482,4 88 171,9 0 0,0 3 5,9
Bromont 46 649,4 275 3 882,0 24 338,8 345 4 870,1 75 1 058,7 18 254,1 0 0,0 46 649,4
Châteauguay (M) 799 1 096,0 1 847 2 533,5 370 507,5 3 016 4 137,0 571 783,2 131 179,7 10 13,7 105 144,0
Gatineau 3 685 1 447,7 8 671 3 406,4 1 939 761,7 14 295 5 615,8 663 260,5 1 173 460,8 16 6,3 44 17,3
Granby 559 913,3 2 212 3 614,1 356 581,7 3 127 5 109,1 269

439,5

132 215,7 0 0,0 109 178,1
L'Assomption (M) 112 502,6 428 1 920,6 68 305,1 608 2 728,3 171 767,3 22 98,7 2 9,0 59 264,8
Laval 3 363 858,7 11 676 2 981,3 1 467 374,6 16 506 4 214,6 604 154,2 796 203,2 63 16,1 184 47,0
Lévis 920 671,5 2 822 2 059,9 522 381,0 4 264 3 112,5 517 377,4 395 288,3 43 31,4 68 49,6
Longueuil (M) 3 557 896,6 14 566 3 671,4 1 887 475,6 20 010 5 043,6 3 621 912,7 794 200,1 7 1,8 75 18,9
Mascouche 199 505,6 969 2 461,8 80 203,2 1 248 3 170,6 248 630,0 129 327,7 2 5,1 91 231,2
Memphrémagog (M) 236 730,0 914 2 827,1 302 934,1 1 452 4 491,2 405 1 252,7 285 881,5 18 55,7 160 494,9
Mirabel (M) 268 523,5 1 055 2 060,8 88 171,9 1 411 2 756,2 201 392,6 39 76,2 1 2,0 7 13,7
Montréal (M) 26 423 1 399,5 88 484 4 686,7 14 237 754,1 129 144 6 840,3 3 629 192,2 2 984 158,1 113 6,0 1 098 58,2
Mont-Tremblant (M) 202 2 146,4 795 8 447,6 115 1 222,0 1 112 11 816,0 224 2 380,2 66 701,3 3 31,9 40 425,0
MRC Les Collines-de-l'Outaouais (M) 392 861,4 934 2 052,5 225 494,5 1 551 3 408,4 192 421,9 101 222,0 0 0,0 110 241,7
Québec (M) 5 642 1 039,1 18 118 3 336,7 1 007 185,5 24 767 4 561,2 1 415 260,6 1 300 239,4 9 1,7 65 12,0
Région de Deux-Montagnes (M) 355 808,5 985 2 243,3 77 175,4 1 417 3 227,1 275 626,3 54 123,0 0 0,0 29 66,0
Région de Roussillon (M) 462 470,0 2 157 2 194,3 174 177,0 2 793 2 841,4 628 638,9 265 269,6 14 14,2 69 70,2
Repentigny (M) 412 473,5 2 055 2 361,9 493 566,6 2 960 3 402,0 816 937,8 177 203,4 1 1,1 50 57,5
Richelieu-Saint-Laurent (M) 883 466,1 4 443 2 345,2 196 103,5 5 522 2 914,8 476 251,3 322 170,0 8 4,2 46 24,3
Rivière-du-Loup 241  1 255,7 639 3 329,5 191 995,2 1 071 5 580,5 296 1 542,3 49 255,3 11 57,3 144 750,3
Saguenay (M) 1 651 1 127,3 3 924 2 679,3 854 583,1 6 429  4 389,7 1 821 1 243,4 199 135,9 20 13,7 103 70,3
Saint-Eustache 457 1 037,3 1 718 3 899,6 226 513,0 2 401 5 449,9 172 390,4 153 347,3 10 22,7 34 77,2
Saint-Georges 293 954,6 779 2 538,1 112 364,9 1 184 3 857,7 119 387,7 72 234,6 1 3,3 35 114,0
Saint-Jean-sur-Richelieu 969 1 052,7 3 030 3 291,7 517 561,7 4 516 4 906,0 937 1 017,9 282 306,4 0 0,0 177 192,3
Saint-Jérôme 1 096 1 627,8 2 792 4 146,7 649 963,9 4 537 6 738,4 818 1 214,9 290 430,7 1 1,5 101 150,0
Sainte-Adèle 205 1 811,0 497 4 390,5 69 609,5 771 6 811,0 83 733,2 28 247,3 0 0,0 18 159,0
Sainte-Marie 76 620,9 240 1 960,8 27 220,6 343 2 802,3 71 580,1 43 351,3 2 16,3 7 57,2
Sherbrooke 1 276 839,3 4 490 2 953,4 1 337 879,4 7 103 4 672,2 1 205 792,6 320 210,5 159 104,6 281 184,8
Terrebonne (M) 1 267 998,3 3 330 2 623,9 536 422,3 5 133 4 044,5 345 271,8 348 274,2 15 11,8 64 50,4
Thérèse-De Blainville (M) 1 020 1 334,0 2 679 3 503,6 355 464,3 4 054 5 301,8 353 461,7 180 235,4 8 10,5 18 23,5
Thetford Mines 224 875,2 670 2 617,8 145 566,5 1 039 4 059,5 95 371,2 61 238,3 0 0,0 35 136,8
Trois-Rivières 1 080 831,5 4 693 3 613,2 1 001 770,7 6 774 5 215,3 686 528,2 695 535,1 39 30,0 292 224,8
Tableau 3.2 - Infractions au Code criminel classées par ou sans mise en accusation1 selon le territoire du corps de police municipal, Québec, 2009
Territoire du corps de police municipal Infractions 2009 classées1 Total infractions classées en 20092 (commises ou non en 2009)
Infractions contre la personne Infractions contre la propriété Autres infractions Total
PM SM % PM SM % PM SM % PM et SM % PM et SM%
Blainville 141 175 84,3 182 62 18,2 38 29 82,7 627 34,9 632 35,2
Bromont 16 22 82,6 16 20 13,1 17 3 83,3 94 27,212435,9
Châteauguay 487 215 87,9 260 120 20,6 300 60 97,3 1 442 47,8 1 544 51,2
Gatineau 1 453 1 317 75,2 1 330 704 23,5 1 695 156 95,5 6 655 46,6 6 772 47,4
Granby 236 138 66,9 234 161 17,9 224 26 70,2 1 019 32,6 1 239 39,6
L'Assomption  48 18 58,9 40 13 12,443 11 79,4 173 28,5204 33,6
Laval 1 664 944 77,5 984 950 16,6 1 136 165 88,7 5 843 35,4 6 343 38,4
Lévis 429 270 76,0 331 189 18,4 363 103 89,3 1 685 39,5 1 877 44,0
Longueuil  1 662 840 70,3 1 378 870 15,4 1 266 368 86,6 6 384 31,9 7 786 38,9
Mascouche 115 65 90,5 81 70 15,6 54 7 76,3 392 31,4 590 47,3
Memphrémagog  139 64 86,0 158 89 27,0 242 34 91,4 726 50,0 784 54,0
Mirabel 124 91 80,2 97 36 12,6 53 24 87,5425 30,1 510 36,1
Montréal  11 907 3 737 59,2 7 612 3 247 12,3 11 915 327 86,0 38 745 30,0 41 594 32,2
Mont-Tremblant 85 77 80,2 115 95 26,4 66 24 78,3 462 41,5 505 45,4
MRC Les Collines-de-l'Outaouais (M) 156 180 85,7 75 72 15,7 14031 76,0 654 42,2 693 44,7
Québec (M) 2 124 551 47,4 2 321 580 16,0 766 70 83,0 6 412 25,9 7 276 29,4
Région de Deux-Montagnes (M) 109 157 74,9 90 75 16,8 50 8 75,3 489 34,5 539 38,0
Région de Roussillon (M) 263 115 81,8 179 150 15,3 120 33 87,9 860 30,8 1 012 36,2
Repentigny (M) 238 102 82,5 237 139 18,3 372 60 87,6 1 148 38,8 1 296 43,8
Richelieu-Saint-Laurent 525 231 85,6 332 158 11,0 144 34 90,8 1 424 25,8 1 526 27,6
Rivière-du-Loup 106 93 82,6 112 55 26,1 128 41 88,5 535 50,0 563 52,6
Saguenay  678 367 63,3 451 302 19,2 586 70 76,8 2 454 38,2 2 793 43,4
Saint-Eustache 157 208 79,9 145 122 15,5 143 54 87,2 829 34,5 1 011 42,1
Saint-Georges 112 141 86,3 91 79 21,8 66 35 90,2 524 44,3 590 49,8
Saint-Jean-sur-Richelieu 499 289 81,3 312 218 17,5 417 48 89,9 1 783 39,5 1 996 44,2
Saint-Jérôme 489 319 73,7 577 189 27,4 555 30 90,1 2 159 47,6 2 270 50,0
Sainte-Adèle 73 81 75,1 67 22 17,9 30 21 73,9 294 38,1 321 41,6
Sainte-Marie 40 19 77,6 46 29 31,3 22 4 96,3 160 46,6 167 48,7
Sherbrooke 601 296 70,3 601 214 18,2 1 049 130 88,2 2 891 40,7 5 019 70,7
Terrebonne 598350 74,8 371 169 16,2 424 53 89,0 1 965 38,3 2 093 40,8
Thérèse-De Blainville 314 572 86,9 406 339 27,8 240 89 92,7 1 960 48,3 2 309 57,0
Thetford Mines 150 59 93,3 167 65 34,6 118 19 94,5 578 55,6 642 61,8
Trois-Rivières 550 297 78,4 768 309 22,9 726 215 94,0 2 865 42,3 3 015 44,5

Tableaux sur l’évolution de la criminalité - Série 4

Les statistiques sur l’évolution de la criminalité au cours des dix dernières années sont présentées dans quatre tableaux qui permettent de suivre les principaux indicateurs de la criminalité, en matière d’infractions et d’auteurs présumés, pour la période de 2000 à 2009.

Soulignons qu’exceptionnellement, une mise à jour complète a dû être réalisée pour les données des années 2003 à 2007. Les données présentées pour ces cinq années peuvent donc différer de celles diffusées dans les publications des années antérieures sur la criminalité.

Tableau 4.1 - Évolution des infractions selon la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2000 à 2009
Catégorie d'infractions Nombre
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
* La banque de données représentatives selon le Programme DUC 2 au Québec remonte à 1997.
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l'affaire (DUC 2).
Homicide 147 142 121 99 109 101 91 90 91 85
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 12 12 18 30 27 26 27 25 24 18
Tentative ou complot en vue de commettre un meurtre 311 275 257 246 258 258 249 225 160 219
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 39 868 40 555 40 309 41 02041 18842 199 43 564 43 825 45 461 45 120
Agression sexuelle 3 324 3 629 4 051 4 143 4 129 4 747 4 907 4 092 4 227 4 212
Autres infractions d'ordre sexuel 1 060 1 024 1 054 974 983 1 020 936 961 1 028 1 081
Enlèvement ou séquestration 838 990 1 131 1 174 1 207 1 340 1 329 1 355 1 258 1 305
Vol qualifié ou extorsion 8 988 8 361 8 195 8 550 8 119 8 159 8 447 7 772 7 458 7 259
Harcèlement criminel 3 793 3 656 3 961 4 330 4 515 4 588 4 726 4 305 4 085 4 228
Menaces 15 314 15 611 15 121 15 773 16 039 16 385 17 312 17 104 16 730 16 859
Autres 2 972 2 495 2 425 2 177 2 087 2 046 2 034 1 845 2 048 2 774
Infractions contre la personne 76 627 76 750 76 643 78 516 78 661 80 869 83 622 81 599 82 570 83 160
Crime d'incendie 4 225 4 132 3 531 3 6263 475 3 070 3 141 3 307 3 678 3 726
Introduction par effraction 79 497 73 720 69 867 68 549 64 913 65 202 66 150 59 747 56 151 57 809
Vol de véhicules à moteur 45 287 45 097 39 963 40 906 39 388 38 647 38 605 36 398 31 100 27 283
Vol de plus de 5 000 $ 4 769 4 571 4 684 5 074 4 808 5 080 5 019 4 554 4 351 4 104
Vol de 5 000 $ ou moins 118 034 115 476 111 056 114 372 112 089 109 063 107 405 101 786 105 241 102 195
Possession de biens volés 3 042 3 112 3 138 2 980 2 882 2 957 3 328 3 086 3 183 3 092
Fraude 17 264 17 349 17 791 16 848 18 032 17 263 17 309 15 198 15 367 15 009
Méfait 53 644 51 156 48 946 50 942 47 017 43 999 46 256 45 759 47 029 47 410
Infractions contre la propriété 325 762 314 613 298 976 303 297 292 604 285 281 287 213 269 835 266 100 260 628
Prostitution 860 687 835 1 159 1 592 1 269 1 504 1 170 650 557
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 848 956 919 1 053 978 1 446 1 282 1 301 1 507 1 574
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 20 681 23 276 23 544 24 664 25 485 27 702 32 105 33 699 34 420 35 955
Actes contraires aux bonnes mœurs ou inconduite 2 350 1 848 1 673 1 578 1 528 1 481 1 677 1 517 1 960 2 142
Autres 2 075 1 981 2 601 2 754 2 066 1 737 1 852 1 689 1 671 989
Autres infractions au code criminel 26 814 28 748 29 572 31 208 31 649 33 635 38 420 39 376 40 208 41 217
Code criminel
(sauf infractions relatives à la conduite de véhicules)
429 203 420 111 405 191 413 021 402 914 399 785 409 255 390 810 388 878 385 005
Conduite avec facultés affaiblies 16 989 18 684 18 686 17 917 17 467 15 697 15 535 15 387 15 381 15 392
Délit de fuite 6 016 5 796 6 602 8 7419 460 11 050 12 659 16 504 20 890 21 649
Autres 2 133 2 728 3 115 3 393 3 632 3 419 3 676 3 763 3 795 3 877
Infractions - conduite de véhicules 25 138 27 208 28 403 30 051 30 559 30 166 31 870 35 654 40 066 40 918
Code criminel - total 454 341 447 319 433 594 443 072 433 473 429 951 441 125 426 464 428 944 425 923
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 17 610 18 009 18 272 18 047 19 213 18 691 19 935 20 131 20 165 19 360
Infractions aux autres lois fédérales 365 551 584 586 653 802 919 962 1 077 961
Infractions aux lois fédérales (autres que celles prévues au Code criminel) 17 975 18 560 18 856 18 633 19 866 19 493 20 854 21 093 21 242 20 321
Infractions aux lois provinciales 4 232 3 755 3 214 3 426 4 196 4 256 4 980 6 302 6 986 6 220
Tableau 4.2 - Évolution du taux de criminalité** selon la catégorie d'infractions au Code criminel, aux autres lois fédérales et aux lois provinciales, Québec, 2000 à 2009
Catégorie d'infractions Taux
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
* La banque de données représentatives selon le Programme DUC 2 au Québec remonte à 1997.
** Nombre d'infractions par 100 000 habitants (population basée sur les estimations de Statistique Canada).
Source : Ministère de la Sécurité publique. Données du Programme de déclaration uniforme de la criminalité fondé sur l'affaire (DUC 2).
Homicide 2,0 1,9 1,6 1,3 1,4 1,3 1,2 1,2 1,2 1,1
Négligence criminelle et autres infractions entraînant la mort 0,2 0,2 0,2 0,4 0,4 0,3 0,4 0,3 0,3 0,2
Tentative ou complot en vue de commettre un meurtre 4,2 3,7 3,5 3,3 3,4 3,4 3,3 2,9 2,1 2,8
Voies de fait (sauf les agressions sexuelles) 540,4 546,7 541,5 547,5 545,7 555,4 569,4 570,2 586,3 576,3
Agression sexuelle 45,1 48,9 54,4 55,3 54,7 62,5 64,1 53,2 54,5 53,8
Autres infractions d'ordre sexuel 14,4 13,8 14,2 13,0 13,0 13,4 12,2 12,5 13,3 13,8
Enlèvement ou séquestration 11,4 13,3 15,2 15,7 16,0 17,6 17,4 17,6 16,2 16,7
Vol qualifié ou extorsion 121,8 112,7 110,1 114,1 107,6 107,4 110,4 101,1 96,2 92,7
Harcèlement criminel 51,4 49,3 53,2 57,8 59,8 60,4 61,8 56,0 52,7 54,0
Menaces 207,6 210,5 203,1 210,5 212,5 215,7 226,3 222,5 215,8 215,3
Autres 40,3 33,6 32,6 29,1 27,7 26,9 26,6 24,0 26,4 35,4
Infractions contre la personne 1 038,6 1 034,7 1 029,7 1 048,0 1 042,2 1 064,4 1 093,0 1 061,7 1 064,9 1 062,2
Crime d'incendie 57,3 55,7 47,4 48,4 46,0 40,4 41,1 43,0 47,4 47,6
Introduction par effraction 1 077,5 993,8 938,6 914,9860,0858,2 864,6 777,3724,2 738,4
Vol de véhicules à moteur 613,8 608,0 536,9 546,0 521,9 508,7 504,6 473,6 401,1 348,5
Vol de plus de 5 000 $ 64,6 61,6 62,9 67,7 63,7 66,9 65,6 59,3 56,1 52,4
Vol de 5 000 $ ou moins 1 599,9 1 556,8 1 492,0 1 526,5 1 485,1 1 435,5 1 403,8 1 324,3 1 357,3 1 305,4
Possession de biens volés 41,2 42,0 42,2 39,8 38,2 38,9 43,5 40,2 41,1 39,5
Fraude 234,0 233,9 239,0 224,9 238,9 227,2 226,2 197,7 198,2 191,7
Méfait 727,1 689,6 657,6 679,9 622,9 579,1 604,6 595,4 606,6 605,6
Infractions contre la propriété 4 415,5 4 241,4 4 016,6 4 048,1 3 876,7 3 754,8 3 753,9 3 510,7 3 432,0 3 329,1
Prostitution 11,7 9,3 11,2 15,5 21,1 16,7 19,7 15,2 8,4 7,1
Infractions relatives aux armes à feu et aux autres armes 11,5 12,9 12,3 14,1 13,0 19,0 16,8 16,9 19,4 20,1
Infractions contre l'administration de la loi et de la justice 280,3 313,8 316,3 329,2 337,7 364,6 419,6 438,4 443,9 459,3
Actes contraires aux bonnes mœurs ou inconduite 31,9 24,9 22,5 21,1 20,2 19,5 21,9 19,7 25,3 27,4
Autres 28,1 26,7 34,9 36,8 27,4 22,9 24,2 22,0 21,6 12,6
Autres infractions au code criminel 363,4 387,6 397,3 416,5 419,3 442,7 502,2 512,3 518,6 526,5
Code criminel
(sauf infractions relatives à la conduite de véhicules)
5 817,6 5 663,6 5 443,6 5 512,6 5 338,2 5 261,9 5 349,0 5 084,7 5 015,5 4 917,8
Conduite avec facultés affaiblies 230,3 251,9 251,0 239,1 231,4 206,6 203,0 200,2 198,4 196,6
Délit de fuite 81,5 78,1 88,7 116,7 125,3 145,4 165,5 214,7 269,4 276,5
Autres 28,9 36,8 41,8 45,3 48,1 45,0 48,0 49,0 48,9 49,5
Infractions - conduite de véhicules 340,7 366,8 381,6 401,1 404,9 397,0 416,5 463,9 516,7 522,7
Code criminel - total 6 158,3 6 030,4 5 825,1 5 913,7 5 743,1 5 658,9 5 765,6 5 548,6 5 532,3 5 440,4
Infractions relatives aux drogues et aux stupéfiants 238,7 242,8 245,5 240,9 354,6 246,0 260,6 261,9 260,1 247,3
Infractions aux autres lois fédérales 4,9 7,4 7,8 7,8 8,7 10,6 12,0 12,5 13,9 12,3
Infractions aux lois fédérales (autres que celles prévues au Code criminel) 243,6 250,2 253,3 248,7 263,2 256,6 272,6 274,4 274,0 259,6
Infractions aux lois provinciales 57,4 50,6 43,2 45,7 55,6 56,0 65,1 82,0 90,1 79,4

Portrait régional de la criminalité

Carte interactive par région administrative

Cette carte interactive présente seulement les taux par 100 000 habitants des catégories d'infractions par région administrative depuis 1997, soient :

  1. le total des catégories d'infractions,
  2. les infractions contre la personne,
  3. les infractions contre la propriété et
  4. les autres infractions au Code criminel.

Portrait de la criminalité dans les régions métropolitaines de recensement

Références bibliographiques

  • DAUVERGNE, M. 2010, « Les crimes haineux déclarés par la police au Canada, 2008 », Juristat, produit no 85-002 au catalogue de Statistique Canada, 30 (2), Ottawa.
  • DAUVERGNE, M. et TURNER, J. 2010, « Statistiques sur les crimes déclarés par la police au Canada, 2009 », Juristat, produit no 85-002 au catalogue de Statistique Canada, 30 (2), Ottawa.
  • DAUVERGNE, M. et DE SOCIO, L. 2008, « Les armes à feu et les crimes avec violence », Juristat, produit no 85-002 au catalogue de Statistique Canada, 28 (2), Ottawa.
  • DUCHESNE, D. 1997, « La prostitution de rue au Canada », Juristat, produit no 85-002 au catalogue de Statistique Canada, 17 (2), Ottawa.
  • OUIMET, M. 1999, « L’évolution des crimes violents au Québec entre 1962 et 1996 », pp. 41-59, dans Jean Proulx,
  • Maurice Cusson et Marc Ouimet (dir.), Les violences criminelles, Québec : Les Presses de l’Université Laval.
  • SERVICE DE RENSEIGNEMENTS CRIMINELS DU CANADA. 2010, Rapport 2009 sur le crime organisé, Ottawa.

Dernière mise à jour : 22 juillet 2010