Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique
Navigation Recherche

Portrait provincial du proxénétisme et de la traite de personnes

Date de révision : septembre 2013

Page couverture du portrait provincial du proxénétisme et de la traite de personnes

Points saillants

Définitions et ampleur du phénomène

  • Les terminologies utilisées pour décrire les activités en lien avec l’exploitation sexuelle sont nombreuses (par exemple : proxénétisme, vivre des produits de la prostitution d’une autre personne, traite de personnes) et peuvent porter à confusion.
  • Une victime de traite de personnes à des fins d’exploitation sexuelle est non seulement amenée à se prostituer, comme c’est le cas avec un proxénète, mais elle est également forcée de le faire, par la violence, les menaces ou tout autre moyen de coercition.
  • Considérant la nature très discrète de ce marché, les données officielles sous-estiment l’ampleur du phénomène.

Modes opératoires et fonctionnement

  • Les activités de proxénétisme sont généralement commises par un suspect qui se lance seul dans ces activités, tout en ayant recours occasionnellement à des complices pour l’aider dans ses activités. Mais certains suspects sont structurés en réseaux organisés, lesquels ont des ramifications interprovinciales.
  • Les suspects peuvent recruter leurs victimes de plusieurs façons, comme par l’intermédiaire d’une connaissance, des annonces dans les journaux, des contacts sur les médias sociaux et Internet.
  • Les suspects utilisent plusieurs méthodes pour exploiter leurs victimes, incluant la séduction, la tromperie et des fausses promesses, des moyens coercitifs tels que la séquestration ou l’isolement.

Effets et conséquences

  • Les victimes de la traite de personnes et de proxénétisme sont exposées à la violence physique, psychologique et sexuelle de la part de leur agresseur, souvent pendant des mois, voire des années. Plusieurs victimes sont réticentes à dénoncer leur agresseur de peur d’être violentées et développent des symptômes de stress post-traumatique.

Les suspects

  • Les proxénètes ont commis un nombre important de crimes de violence, dont plus de 60 % qui sont dirigés vers les femmes. Des accusations de crimes de violence se retrouvent également dans près du tiers des dossiers de proxénétisme.
  • 53,2 % de tous les suspects impliqués dans plus d’un événement de proxénétisme sont en lien avec les gangs de rue.

Les victimes

  • Les crimes de violence représentent 59,3 % de tous les événements dirigés contre les victimes. La majorité de crimes de violence (63 %) ont été commis par un individu qui avait été identifié comme proxénète.
  • Des victimes identifiées, 39 % sont d’âge mineur. Les disparitions et les fugues représentent près de 20 % des événements impliquant la victime.