Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Ma fille fait-elle partie d’un gang?

Il est peu question des filles lorsqu'on parle des gangs de rue. Pourtant, elles y sont bien présentes… mais n'ont pas le meilleur des rôles. Les études sur le sujet s'entendent pour dire que le rôle joué par les jeunes filles au sein d'un gang de rue est plutôt secondaire. Le milieu des gangs étant un environnement viril et misogyne, il est difficile d'imaginer qu'une fille puisse y occuper un rôle important. Cependant, il y a de plus en plus de filles qui adoptent des comportements semblables à ceux des garçons.

Gangs de rue :

  • 80 % à 90 % de garçons;
  • 10 % à 20 % de filles.

Voici les différents rôles exercés par les filles dans les gangs de rue.

  • La fille « partenaire » : elle participe aux délits criminels tels que la vente de drogue, le blanchiment d'argent, l'utilisation de fausses cartes de crédit et de fausses monnaies… Bref, elle participe aux activités délinquantes qui ne nécessitent pas nécessairement la force et la violence physique. Elles peuvent également être des recruteuses pour la prostitution.
  • La fille « accessoire » : ces filles côtoient des membres de gangs de rue. Elles se valorisent au contact des garçons et se croient appréciées de ceux-ci. Cependant, elles sont souvent exploitées sexuellement. Elles peuvent pratiquer la prostitution dans les bars de danseuses, les salons de massage ou bien agir à titre d'escortes. Certaines filles s'occupent du recrutement. Elles sont responsables de repérer de nouvelles recrues et de les attirer vers le gang aux fins de prostitution. Même si certaines filles ne s'adonnent pas à des activités de prostitution, elles sont tout de même victimes de violence physique et sexuelle.

Vous êtes inquiets?

Plusieurs indices vous font croire que votre fille fréquente un gang de rue? Certains signes peuvent être visibles chez votre fille, donc il est important d'être très attentifs aux changements. Cependant, la présence d'un ou de quelques signes ne signifie pas nécessairement que votre fille est en danger. Souvent, c'est leur accumulation qui constitue un indice important d'affiliation à un gang.

Gardez l'œil ouvert!

Voici une liste de signes qui peuvent être présents chez une jeune fille susceptible de fréquenter un gang :

  • Se désintéresse de l'école et s'absente fréquemment;
  • Baisse subite de ses résultats scolaires;
  • Reçoit beaucoup d'appels et se fait un devoir d'y répondre à chaque fois;
  • Accorde plus d'importance à son apparence, s'habille d'une manière séduisante, provocante et adopte une démarche sexualisée;
  • Consomme de la drogue;
  • Se fait de nouvelles amies qui ont des comportements douteux;
  • Possède plusieurs objets de valeur dont la provenance est inconnue (cellulaire, bijoux, vêtements);
  • Change sa routine et ses activités de manière abrupte sans jamais vouloir donner d'explication;
  • Rentre tard, ne rentre pas coucher ou disparaît pendant plusieurs jours;
  • Porte des marques de violence sur le corps;
  • Son nouvel amoureux fait partie d'un gang;
  • S'isole, délaisse ses anciens copains et se fait de nouveaux amis plus âgés qui viennent la chercher avec des voitures luxueuses.

Si vous observez plusieurs de ces comportements chez votre fille, il est temps d'agir! Parlez avec votre enfant et allez chercher de l'aide au besoin.

Qu’est-ce qui pousse une fille à faire partie d’un gang?

Plusieurs raisons peuvent pousser une jeune fille à fréquenter un gang de rue. Certaines le font parce que leur amoureux fait partie d'un gang, ou parce qu'elles veulent l'amour et l'affection d'un membre. D'autres le font par recherches de sensations fortes, de pouvoir ou d'argent.

Dans la plupart des cas, l'affiliation à un gang se fait pour répondre à certains besoins psychologiques.

  • Besoin d’amour
  • Besoin de protection
  • Besoin d’argent
  • Besoin de valorisation
  • Besoin de se bâtir une identité

Cependant, au sein d'un gang, ces besoins sont comblés d'une mauvaise façon. Le gang est une réponse malsaine à un besoin normal. Si les besoins semblent comblés au début, ils deviennent rapidement une source de problèmes. L'expérience des gangs est plus souvent marquée par la violence, l'intimidation et la peur.

Comment s’effectue le recrutement?

Les personnes qui recrutent les filles pour la prostitution sont des as dans l'art de la manipulation. Ils savent vers qui aller et surtout, comment s'y prendre pour qu'une jeune fille tombe dans le piège.

Mais qui sont ces jeunes filles?

Généralement, les jeunes filles sont recrutées à partir de 14 ans. Voici quelques exemples de profils de jeunes filles.  

  • La jeune fille naïve ou influençable : Ayant un très grand besoin d'amour et de tendresse, ces jeunes filles tombent facilement sous le charme d'un proxénète. Celui-ci abusera de cette naïveté et réduira la jeune fille à l'état de soumission;
  • L'aventureuse : Cette jeune fille est attirée par les gangs de rue et c'est de son propre gré qu'elle s'y joint. Elle veut se sentir femme rapidement et s'affirmer sur le plan sexuel. Elle est curieuse, aime s'exposer aux risques et recherche l'aventure. Elle souhaite également gagner de l'argent rapidement, et la prostitution est pour elle la solution efficace;
  • La jeune fille en fugue : déboussolée et perdue, la jeune fille en fugue arrive dans une ville inconnue et ne connaît personne. Elle lutte pour sa survie. Les proxénètes savent reconnaître ces filles et leur offrent de l'aide. Elles sont ensuite prises au piège.

Attention! En dehors de ces profils types, il est important de savoir que toute bonne jeune fille, issue de n'importe quel milieu, peut tomber dans le piège d'un gang de rue.

Où recrute-t-on ces filles?

Là où il y a des jeunes filles, il y a des personnes mal intentionnées qui les guettent. Voici différents endroits où sont recrutées ces jeunes filles :

  • Internet
  • Transports en commun (terminaux, gares)
  • Écoles
  • Parcs
  • Maisons de jeunes
  • Centres jeunesse
  • Centres commerciaux
  • Bars

Internet

Internet est un moyen de plus en plus facile pour les proxénètes. Sur des sites de rencontres ou encore sur les réseaux sociaux, des jeunes filles s'affichant en petite tenue sur leur photo de profil et ayant comme surnom « sexy69 » sont à risques de tomber sur des personnes mal intentionnées. Il est important de vérifier ce que votre fille fait sur Internet.

Les images projetées par la télévision et les clips musicaux donnent aux jeunes filles une image biaisée de la sexualité. Il peut être difficile pour vous d'aborder le sujet de la sexualité avec votre fille. En consultant le site www.masexualite.ca, dans la section parent, vous trouverez de l'information pertinente ainsi que des trucs pour aborder le sujet avec votre enfant.

Si vous croyez que votre fille est victime d'exploitation sexuelle sur Internet, consultez le site Cyberaide, vous y trouverez des trucs afin d'aider votre fille à naviguer sur le Web en toute sécurité.

Moyens utilisés pour le recrutement

La séduction demeure la meilleure arme pour le proxénète afin d'attirer la jeune fille. Il fait tout pour qu'elle devienne amoureuse de lui. Il lui offre des cadeaux, lui fait des compliments, la valorise en lui disant qu'elle est la plus belle, qu'il l'aime et qu'il ne peut se passer d'elle. N'étant pas habituée à autant d'admiration et d'attention de la part d'un jeune homme, la fille devient plus facilement manipulable.

Recrutement au féminin

Il n'y a pas que les hommes qui recrutent les jeunes filles pour la prostitution… il y a aussi des filles! Se présentant comme une amie à qui on peut tout dire, cette manipulatrice entraînera tranquillement sa victime vers le gang. Si elle est elle-même impliquée dans des activités de prostitution, elle fera voir à sa jeune recrue tous les avantages de cet univers.

Passage vers la prostitution

Le passage vers la prostitution se fait sournoisement. Il y a d'abord eu la lune de miel. À ce moment, le proxénète (la jeune fille ne sait pourtant pas qu'il en est un) sort les gros canons afin de séduire la fille. Il lui fait croire qu'il l'aime, qu'elle est importante pour lui et qu'il ne peut se passer d'elle. Il la complimente et la couvre de cadeaux. Ensuite, lorsque la jeune fille est amoureuse, il devient plus facile pour le proxénète de la manipuler. Il lui vante les avantages de la prostitution en lui disant qu'elle fera beaucoup d'argent. Il lui demande de rembourser une dette engendrée par l'achat de cadeaux qu'elle a reçus. Parfois, le garçon dit à la fille qu'il a de graves problèmes d'argent et que si elle l'aime, elle doit l'aider. Pour ce faire, elle devra se prostituer. Si la jeune fille s'oppose, elle devient alors victime de violence et d'intimidation.

Lorsque la jeune fille accepte d'aider son « amoureux », celui-ci l'initie tranquillement à son nouveau rôle. Il peut, par exemple, lui demander de faire un « streap-tease » devant ses copains lors d'un party, d'embrasser d'autres filles ou de faire des fellations à ses amis. Ces pratiques servent souvent à désinhiber la jeune fille afin de banaliser la sexualité.

La drogue et l'alcool sont également de bons moyens de désinhibition. Parfois, la jeune fille en prend à son insu.

Processus de recrutement des filles dans les gangs

  1. Anticipation des avantages : À cette étape, la jeune fille prend conscience de tous les avantages de faire partie d'un gang de rue. Elle réalise qu'elle a la possibilité d'obtenir tout ce qu'elle désire sur le plan matériel; bijoux, vêtements, drogues, alcool… Elle y voit également la possibilité de combler des besoins fondamentaux tels que la sécurité, l'amour, la valorisation… Lorsque la jeune fille est amoureuse d'un membre, les avantages sont souvent liés à cette personne.
  2. L'implication, l'engagement : À cette étape, la jeune fille commence son implication dans les activités du gang. Même si elle ressent un malaise par rapport à ce qu'elle fait, dans la plupart des cas, elle ne réalise pas qu'elle a été recrutée aux fins de prostitution.
  3. La lune de miel : Durant cette période, la jeune fille ne voit que les avantages liés à la prostitution. Elle est en quête de plaisir et d'expérimentation. Elle vit un faux sentiment d'autonomie et d'affirmation de soi. Elle se sent au dessus de tout.
  4. La situation de crise : La jeune fille ressent un profond malaise à faire ce qu'elle fait. Elle vit dans la peur et l'angoisse. Elle est confrontée à des difficultés qui sont en lien avec son mode de vie : violence, abus, dépendance aux drogues et à l'alcool, maladie, grossesse…
  5. La réflexion, le dilemme : Cette période de réflexion est une étape cruciale. À la suite de la situation de crise, la jeune fille prend conscience des difficultés et cherche à améliorer la situation. Pour ce faire, elle évalue les bons et les mauvais côtés.
  6. La distance, la coupure : Quitter un gang implique un changement majeur dans le réseau social de la jeune fille. La difficulté est encore plus grande lorsqu'elle est amoureuse d'un membre. La jeune fille peut également avoir peur de subir de l'intimidation et des menaces. Lors qu'elle réalise qu'il est plus bénéfique pour elle de quitter le gang plutôt que d'y rester, elle prend ses distances.
  7. La reprise des activités : Lorsque la jeune fille se rend compte qu'il est difficile de quitter un gang, il se peut qu'elle décide d'y retourner et de reprendre ses activités de prostitution. C'est alors que les avantages de la prostitution réapparaissent et ainsi, le cycle recommence.

Dernière mise à jour : 04 mai 2016