Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Semaine de la prévention de la criminalité

Semaine de la prévention de la criminalité

Du 3 au 9 novembre 2019

Sensibiliser la population à l'importance de la prévention

Afin d’aider ses partenaires dans la prévention de la criminalité, le ministère propose de nombreux programmes de subvention. Les enjeux sont nombreux : intimidation, délinquance juvénile, sécurité des aînés, cybersécurité, fugue et exploitation sexuelle, n’en sont que quelques exemples.

Le meilleur moyen pour aider efficacement chaque communauté est de leur donner les  moyens d’agir sur les problématiques qui leur sont propres. En effet, ce sont les actions locales, mises de l’avant par les corps policiers, les municipalités ou les organismes communautaires, et répondant à des besoins concrets, adaptés à chaque réalité, qui sont essentielles et font la différence dans la sécurité des milieux de vie.

Ce sont ces actions locales, imaginées par et pour les municipalités et les communautés, qui contribuent de façon significative à la prévention de la criminalité.

En cette Semaine de la prévention de la criminalité, voici des projets inspirants, pensés et réalisés par des organismes et des municipalités du Québec grâce au soutien financier du ministère. Ces initiatives et les efforts constants des différentes organisations permettent d’améliorer la qualité de vie des citoyens.

Des projets inspirants

Problématique: rupture sociale - santé mentale

Combiner les forces pour agir plus efficacement et contribuer à un milieu plus humain et plus sécuritaire pour tous!

Les policiers sont de plus en plus confrontés à des problématiques de santé mentale et pas seulement dans les grands centres, tels Québec ou Montréal. Les policiers des plus petites villes doivent également composer avec ce phénomène grandissant. Ils doivent réajuster leurs façons d’intervenir et établir, de plus en plus, des partenariats avec des intervenants spécialisés en santé mentale, des travailleurs de rue, des travailleurs sociaux ou le réseau de la santé, etc.

En 2018-2019, l’organisme Point de rue de Trois-Rivières & Nicolet-Yamaska a reçu 44 573 $ pour financer un projet visant à jumeler un travailleur de rue à un policier. Appelé « tandem d’intervention », ce duo permet d’agir rapidement et efficacement auprès des personnes en situation de rue ayant des problèmes de santé mentale.
 

Problématique : fugues et exploitation sexuelle

L’importance d’agir vite!

La fugue, peu importe sa durée ou le contexte dans lequel elle survient, est une situation où le jeune se met en danger. Elle est d’ailleurs fortement associée aux facteurs de risque d’exploitation sexuelle. En ce sens, elle demande une réaction rapide et efficace pour limiter ses conséquences et assurer la sécurité du jeune.

Au Québec, depuis plusieurs années, les acteurs engagés dans l’intervention jeunesse se mobilisent pour améliorer les réponses aux fugues et offrir des services de soutien adéquats aux jeunes ayant vécu des situations d’exploitation sexuelle. C’est le cas, entre autres, de la Table régionale en prostitution juvénile et exploitation sexuelle de la Capitale-Nationale. Agissant de façon concertée depuis 2007, elle a constitué un réseau d’intervenants-pivots formés dans tous les milieux (scolaire, policier, communautaire, etc.) pour améliorer la détection des cas d’exploitation sexuelle et le soutien aux jeunes.

À Québec, l’organisme SQUAT Basse-Ville a reçu 75 000 $ en 2018-2019 pour ajouter une ressource en travail de rue et en hébergement de dernier recours pour des jeunes de 12 à 25 ans, vulnérables et à risque d’exploitation sexuelle.

Problématique : suicide, violence, toxicomanie, décrochage scolaire

Raccrocher les jeunes par la culture!

Entrer en contact avec des jeunes en marge de la société n’est pas toujours aisé, leur redonner espoir et confiance en eux l’est encore moins. Pour y arriver, certains organismes misent sur le des activités culturelles afin de permettre à des jeunes vulnérables et à risque d’avoir des modèles positifs et pour certains, d’obtenir de la reconnaissance et de ressentir de la fierté. De quoi changer une trajectoire de vie!

Afin de mobiliser la jeunesse des Premières Nations et des Inuits, la réalisatrice Manon Barbeau a créé le Wapikoni Mobile, un studio ambulant de formation et de création audiovisuelle.

Le Wapikoni roule vers les différentes communautés autochtones pour donner une voix aux jeunes en leur offrant des ateliers pratiques adaptés à leur réalité et à leur culture, supervisés par des professionnels du cinéma.

Les intervenants des communautés travaillent de pair avec l’équipe du Wapikoni mobile et ils accompagnent les participants dans un projet de création mobilisateur. Cela permet d’établir des liens entre les jeunes et les équipes permanentes pour qu’une continuité soit possible après le départ du Wapikoni. Une façon originale et efficace de réduire le suicide, la violence, la toxicomanie et le décrochage scolaire.

Des programmes pour tous!

Programme de prévention et d'intervention en matière d'exploitation sexuelle des jeunes

  • Engagé dans la Stratégie pour prévenir et contrer l’exploitation sexuelle des jeunes depuis 2016, le MSP remet 1,5 M $ annuellement pour des projets visant spécifiquement les jeunes victimes ou en situation de vulnérabilité de 12 à 25 ans. À cela s’ajoute 250 k$ pour des projets autochtones.
  • En 2018-2019, ce sont 28 organismes, dont 4 pour le volet autochtone, qui se sont partagés 1,75 M$.

Programme d'aide pour les municipalités et les communautés autochtones

  • Afin de soutenir les municipalités de 100 000 habitants et moins, le MSP a mis sur pied, en 2016, le programme de soutien aux municipalités afin de les aider à mettre en place des mesures préventives qui répondent aux préoccupations locales et permettent de maintenir des milieux de vie plus sécuritaires.
  • Reconduit en 2019 pour trois années supplémentaires, le programme est assorti d’une enveloppe budgétaire de 4 125 000 $ sur trois ans.
  • En 2018-2019, il a permis de soutenir 38 organisations municipales, dans 12 régions du Québec!

Programme prévention jeunesse

  • C’est pour rejoindre les jeunes en difficulté sociale ou en situation de vulnérabilité, mais surtout pour répondre à leurs besoins que le MSP a mis sur pied le programme Prévention Jeunesse. Il encourage la mise en commun d’expertises multiples d’un milieu donné pour intervenir auprès des jeunes vulnérables en finançant des actions collectives.
  • De 2016 à 2019, 12 projets ont reçu 125 000 $ par année, pendant trois ans, pour mener à bien l’initiative. Le programme a aussi été reconduit cette année jusqu’en 2022!

Vous voulez des idées?

Faits saillants

  • Une partie des sommes provenant des produits de la criminalité est destinée à financer des projets en prévention de la criminalité.
  • Chaque année, depuis 1999, le MSP remet 1,25 M$ de l’argent ainsi récupéré à des organismes communautaires œuvrant en travail de rue. Ce budget est bonifié de 750 k$ depuis 2016-2017!
  • En 2018-2019, 48 organismes communautaires se sont partagé 2 M$ pour mettre en œuvre 53 projets au Québec afin d’aider les jeunes de 12 à 25 ans à risque de délinquance.
  • Les sommes accordées aux corps policiers, aux municipalités, aux organismes communautaires et aux communautés autochtones par le biais des programmes visant la prévention de la criminalité totalisent plus de 6 M$ pour 2018-2019.

Pour de l’information supplémentaire :



Affiche imprimable

En savoir plus

Pour plus d'information, communiquez avec nous au 1 877 324-1190.

Dernière mise à jour : 25 octobre 2019