Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Plan de sécurité incendie et de mesures d'urgence – Guide à l'intention des établissements scolaires

Introduction

La sécurité est la responsabilité de tous. En effet, les conséquences de mauvaises pratiques et le manque de planification en cas d’urgence peuvent avoir des répercussions graves. Avec une population composée de milliers d’enfants et d’adolescents, la responsabilité des établissements scolaires est considérable.

Dans un tel contexte, tout gestionnaire doit tenir compte de la question des risques dans sa gestion et dans ses décisions quotidiennes. Malheureusement, nous avons peu de contrôle sur les sinistres et les événements qui surviennent.

Il y a cependant deux moyens d’agir :

  • par la prévention et la sensibilisation du public, dès le plus jeune âge, afin de promouvoir l’adoption de comportements sécuritaires;
  • par la préparation. Une préparation adéquate permet ainsi d’éviter aux personnes d’être débordées, troublées et incapables de réagir efficacement.

En cas de sinistre, pour assurer la sécurité des élèves qui fréquentent votre établissement d’enseignement, vous devez prévoir les mesures à mettre en place pour favoriser l’évacuation efficace et sécuritaire de tous. Cette planification se fait par l’entremise d’un plan de sécurité incendie et de mesures d’urgence.

Un plan propre aux établissements scolaires

Lors de l’élaboration d’un plan de sécurité incendie et de mesures d’urgence (PSI-MU), on doit tenir compte de tous les aspects pouvant influencer le déroulement d’une évacuation. Par exemple, l’évacuation d’une école peut être problématique en raison du nombre de membres du personnel et d’élèves, du comportement des élèves ou de leur capacité limitée à se déplacer en situation d’urgence. Faire face à un sinistre avec des élèves du premier cycle du primaire nécessite une intervention particulière et différente de celle avec des adolescents du deuxième cycle du secondaire ou avec des adultes. L’évacuation est grandement facilitée lorsque le personnel et les élèves connaissent les consignes à suivre dès le déclenchement de l’alarme. Afin de réduire le temps de réaction, des exercices réguliers doivent être réalisés par le personnel.

Les objectifs du PSI-MU 

  • Assurer la sécurité des membres du personnel et des élèves
  • Améliorer les interventions lors d’une situation d’urgence
  • Promouvoir l’identification et l’élimination des risques d’incendie
  • Coordonner les ressources de l’établissement d’enseignement et du service de sécurité incendie
  • Réduire les répercussions possibles d’un incendie sur les activités de l’école (décès, blessures, pertes matérielles, responsabilité civile, etc.)
  • Établir les procédures à suivre lorsqu’une école fait face à un sinistre

Élaboration du PSI-MU

Élaborer un PSI-MU s’avère un exercice complexe comportant une suite ordonnée de démarches destinées à favoriser l’évacuation efficace et sécuritaire de tous les élèves ainsi que du personnel. Ces opérations sont consignées dans une série de fiches que vous devez remplir. Elles résument :

  • ce qui doit être fait,
  • par qui,
  • comment,
  • quand,

Le contenu des fiches doit tenir compte de tous les aspects pouvant influencer le déroulement d’une évacuation. Chaque fiche est accompagnée d’explications justifiant l’importance de chaque étape. Nous vous recommandons de garder les fiches remplies à portée de la main.

Il est recommandé d’avoir deux exemplaires du plan :

  • Un exemplaire disponible à l’école dans un endroit visible et facile d’accès, près de l’entrée principale. Ainsi, le responsable sur les lieux, le personnel ainsi que les services d’urgence y auront accès rapidement.
  • Un deuxième exemplaire conservé à l’extérieur de l’école. Certains le conserveront dans leur véhicule, d’autres à la maison.

Les deux exemplaires doivent être mis à jour en même temps. Il s’agit d’une mesure de sécurité au cas où un incendie surviendrait dans votre établissement durant la nuit : l’exemplaire qui s’y trouve ne serait d’aucune utilité.

Vous devez joindre à chacun des exemplaires du plan un double des clés des locaux techniques de votre établissement, par exemple la salle de distribution électrique et la salle de chauffage central. Le service de sécurité incendie (SSI) vous demandera ces clés s’il doit se rendre sur les lieux. Vous pouvez installer une boîte à clés sécurisée à l’intention des pompiers. Communiquez avec votre SSI à ce sujet.

Il serait judicieux d’informer votre SSI de l’existence de ce plan afin de le faire valider et de planifier les exercices d’évacuation supervisés par ce dernier.

Mesures d’urgence ou autres sinistres

Ce document constitue un outil efficace puisqu’il traite des préoccupations associées à l’ensemble des situations d’urgence auxquelles votre établissement d’enseignement est susceptible de faire face. Évolutif, ce document vous permet d’ajouter des onglets concernant d’autres sinistres, selon les réalités de votre région, notamment les inondations, les pannes électriques, les déversements de matières dangereuses, les alertes au colis suspect ou à la bombe, les intrusions, etc.

Malgré la diversité des sinistres qui peuvent survenir, l’important est que vous soyez bien préparés et conscients des risques auxquels vous pouvez être exposés. Le PSI-MU ne peut prévoir toutes les situations possibles, mais le fait de connaître les différentes possibilités peut vous aider à vous préparer à toute éventualité. À titre d’exemple, vous trouverez à l’annexe IX quelques types de sinistres auxquels votre établissement pourrait faire face.

Ce plan, s’il est bien assimilé, testé et mis en œuvre par le personnel, vous permettra de répondre adéquatement aux situations d’urgence qui sont susceptibles de mettre en danger les élèves et le personnel.

1. Mise à jour

Le PSI-MU doit être mis à jour régulièrement pour tenir compte des changements qui ont lieu dans votre établissement, par exemple un changement relatif aux tâches du personnel, l’arrivée d’un élève ou d’un membre du personnel à mobilité réduite, l’ajout ou la modification d’équipements de mesures d’urgence, l’embauche d’un nouvel employé ou encore un mouvement de personnel.

La fiche 1 permet au responsable du plan de tenir un registre des mises à jour.

Si aucun changement n’est apporté, le plan doit être révisé au minimum une fois par année.

Il est très important d’informer tous les employés des mises à jour apportées au plan.

Pour un exemple, consultez la Fiche 1 de la version imprimable de ce guide.

2. Mesures particulières d’aide à l’évacuation

La fiche 2 permet d’indiquer, pour les élèves éprouvant des problèmes de mobilité, attribuables, notamment, à un handicap physique ou intellectuel, les mesures spéciales prévues en cas d’urgence pour les transporter en lieu sûr.

La colonne Mesures d’aide à l’évacuation fait appel à votre imagination afin de trouver une mesure d’aide à l’évacuation efficace pour chaque élève présentant un problème de mobilité qui, par exemple, se déplace en fauteuil roulant ou à l’aide des béquilles.

Lors d’une situation d’urgence, il est important qu’un membre du personnel (concierge, enseignant ou membre du personnel administratif) soit désigné pour porter assistance au personnel enseignant responsable des élèves à mobilité réduite.

Pour un exemple, consultez la Fiche 2 de la version imprimable de ce guide.

3. Liste des membres de l’équipe d’urgence

La fiche 3 contient les noms des employés et de leurs remplaçants qui peuvent prêter assistance lors d’une évacuation ainsi que leurs rôles respectifs.

Par exemple, il est important de nommer quelqu’un qui :

  • appellera le 9-1-1;
  • sera responsable de l’évacuation;
  • portera assistance aux élèves à mobilité réduite;
  • s’assurera de l’évacuation complète de chaque étage;
  • sera chargé du décompte des élèves.

Il est également important que tout le personnel soit mis à contribution lors d’une évacuation afin de réduire au minimum le temps d’évacuation.

Une fois votre PSI-MU réalisé, vous devez vous assurer que tout le personnel reçoit une formation sur le contenu du plan ainsi que sur les tâches à accomplir en cas d’urgence. Chaque employé doit bien comprendre la tâche qui lui est assignée en cas d’évacuation.

La date de la dernière séance d’information sur le contenu du PSI-MU suivie par chaque employé doit être indiquée dans la colonne Formation sur le PSI-MU reçue le.

Tout nouvel employé devra lire le PSI-MU dans les premiers jours suivant son arrivée.

Lors de la rédaction de ce plan ou de sa mise à jour, le responsable de l’établissement attribue les tâches et les rôles suivants et les inscrit à la fiche 3 :

Rôles :

  • coordonnateur (directeur ou substitut)
  • chef d’étage
  • chercheur (vérification des étages)
  • surveillant de sortie
  • secouriste

Tâches :

  • appel au 9-1-1
  • assistance aux élèves à mobilité réduite
  • décompte des élèves
  • appel aux parents
  • autres

Les tâches de chacun des membres de l’équipe d’urgence et des autres membres du personnel et des élèves sont décrites à l’annexe III.

Note : Il faut prévoir les particularités aux périodes du matin, du midi et de la fin d’après-midi, lorsque des élèves sont au service de garde scolaire et que les membres de l’administration ne sont pas tous arrivés ou qu’ils ont déjà quitté.

Pour un exemple, consultez la Fiche 3 de la version imprimable de ce guide.

4. Ententes d’entraide

Lors d’un sinistre, votre établissement aura besoin de l’aide de partenaires pour l’évacuation et la mise à l’abri des personnes évacuées. La fiche 4 est conçue pour consigner les ententes conclues avec des organismes, des établissements ou des particuliers pour obtenir du soutien. Il est recommandé que ces ententes soient conclues par écrit, stipulant l’étendue et les conditions pour les deux parties.

À titre d’exemple, votre établissement pourrait s’entendre avec une compagnie de transport scolaire pour qu’un autobus soit dépêché sur les lieux lors d’un sinistre afin d’accueillir les élèves et le personnel évacués et de les transporter dans un endroit sûr.

Votre établissement doit prendre entente pour prévoir un lieu d’hébergement temporaire en cas d’évacuation afin de regrouper les élèves et le personnel dans un lieu sécuritaire (ex. : salle communautaire, gymnase d’école, etc.).

Les ententes devraient également prévoir l’aide nécessaire en vue du rétablissement des opérations.

Vous pouvez joindre au plan une copie de ces ententes.

Pour un exemple, consultez la Fiche 4 de la version imprimable de ce guide.

5. Personnes à prévenir en cas d’urgence

La fiche 5 permet d’inscrire, pour chaque élève fréquentant votre établissement scolaire, le nom et les numéros de téléphone des personnes à prévenir en cas d’urgence. Elle doit être mise à jour régulièrement pour tenir compte des départs et des arrivées d’élèves.

La fiche 5 n’est qu’un modèle. Si vous le souhaitez, vous pouvez tout simplement joindre la liste des parents ou utiliser votre logiciel comptable pour préparer cette liste.

En cas d’urgence, le responsable en service doit déterminer qui sera chargé de communiquer avec les parents, les employés et le public. Évidemment, la priorité demeure l’évacuation et la sécurité des élèves, mais il est aussi essentiel de s’assurer de transmettre une information précise et uniforme, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’établissement.

L’important est de définir clairement les tâches de la personne responsable des communications et de lui fournir les outils et moyens nécessaires pour réaliser ces tâches.

Pour un exemple, consultez la Fiche 5 de la version imprimable de ce guide.

6. Inventaire du matériel d’évacuation et de protection contre l’incendie

La fiche 6 a été conçue pour effectuer l’inventaire du matériel d’évacuation et de protection contre l’incendie dont est muni votre bâtiment. Il suffit de cocher si, oui ou non, le bâtiment dispose de l’équipement de protection énuméré. L’équipement doit être en bon état de fonctionnement.

Le bâtiment abritant votre école devrait disposer au minimum des moyens d’évacuation et de protection contre l’incendie suivants :

  • Un système de détection et d’alarme incendie en bon état;
  • Deux issues par étage menant vers l’extérieur. Toutes les issues doivent être déverrouillées, dégagées et déneigées jusqu’à la voie publique en période hivernale. On entend par « issues déverrouillées » des issues que les membres du personnel et les élèves à l’intérieur de l’école peuvent en tout temps emprunter pour évacuer vers l’extérieur sans qu’un dispositif de verrouillage, par exemple un loquet, entrave leur sortie. Cette exigence permet la présence d’un dispositif de verrouillage magnétique sur les portes d’issues extérieures pour empêcher quiconque d’entrer dans l’école, mais qui se relâche automatiquement lorsqu’une alarme est déclenchée;
  • Des moyens d’évacuation (corridors, entrée principale, portes d’issue et escaliers) dégagés adéquatement;
  • Un système d’éclairage de secours dans les escaliers d’issue, les issues et les corridors;
  • Au moins un extincteur portatif par étage : cote minimale recommandée 2A 10B C ou plus selon les exigences de la réglementation en vigueur (consultez votre service de sécurité incendie ou la Régie du bâtiment du Québec).

Cette fiche doit être incluse au plan. Lors d’un sinistre, elle renseignera rapidement les premiers intervenants, soit les pompiers, les policiers et les ambulanciers, sur les moyens de protection contre l’incendie dont est muni votre bâtiment.

Pour vous assurer de la conformité de votre bâtiment en matière de sécurité incendie, communiquez avec votre service de sécurité incendie ou la Régie du bâtiment du Québec qui sont les autorités compétentes dans le domaine.

Note : La fiche 6 sert uniquement à inventorier le matériel d’évacuation et de protection contre l’incendie dont est muni votre bâtiment. L’absence d’un des éléments énumérés dans la fiche ne signifie pas que votre bâtiment n’est pas conforme.

Pour un exemple, consultez la Fiche 6 de la version imprimable de ce guide.

7. Répertoire téléphonique des fournisseurs de services

La fiche 7 regroupe les numéros de téléphone des intervenants d’urgence et des fournisseurs de services publics et privés d’urgence (santé, entretien ou réparation d’équipement, télésurveillance ou aide aux personnes sinistrées). Si nécessaire, indiquez les numéros de téléphone pour les joindre à l’extérieur des heures normales de travail.

Il est recommandé de planifier une vérification périodique de tous les équipements pour lesquels votre établissement possède une entente avec un fournisseur de services. Cependant, certaines exigences d’inspection concernant le matériel de protection contre l’incendie sont prévues. Consultez votre service de sécurité incendie à ce sujet.

Vous pouvez inclure au présent plan des photocopies de preuve d’inspection de vos fournisseurs de services.

Pour un exemple, consultez la Fiche 7 de la version imprimable de ce guide.

8. Historique des exercices d’évacuation

La fiche 8 permet de tenir un registre des exercices d’évacuation qui ont lieu dans votre établissement. Pour chaque exercice effectué, les informations suivantes devraient être inscrites au PSI-MU :

  • les lacunes observées, s’il y en a ;
  • les correctifs apportés, au besoin.

La rétroaction est essentielle pour évaluer l’efficacité des démarches effectuées et permet d’apporter des modifications lorsque nécessaire.

Votre établissement doit procéder à des exercices d’évacuation de façon périodique afin d’évaluer le PSI-MU lors de son déroulement en temps réel. Pour plus de détails sur la préparation et la tenue d’un exercice d’évacuation, référez-vous à l’annexe I.

Pour un exemple, consultez la Fiche 8 de la version imprimable de ce guide.

9. Plan d’étage et plan de localisation

Le plan d’étage

Le plan d’étage (voir l’exemple 1) est un croquis des plans de chacun des étages de votre établissement illustrant :

  • toutes les pièces;
  • les issues de secours;
  • l’emplacement des équipements de protection contre l’incendie.

En consultant cette fiche, les services d’urgence doivent être en mesure de localiser toutes les pièces de votre établissement, notamment la salle de distribution électrique et la cuisine.

Il est proposé d’y reproduire les pictogrammes représentant certains équipements de protection contre l’incendie et de situer :

  • les extincteurs portatifs;
  • les déclencheurs manuels d’alarme;
  • les armoires de matériel de lutte contre l’incendie;
  • les issues de secours;
  • les autres équipements d’urgence tels que la trousse de premiers soins.

Le plan de localisation

Le plan de localisation (voir l’exemple 2) permet de situer le point de rassemblement à l’extérieur par rapport à votre établissement.

Le plan d’étage et le plan de localisation peuvent être faits à la main. L’important est qu’ils soient faciles à comprendre et de taille suffisante pour être lisibles. Si une représentation d’un trajet d’évacuation est affichée à chaque étage de votre établissement, vous pourriez simplement faire une copie de ces documents pour la fiche 9.

Pour un exemple, consultez la Fiche 9 de la version imprimable de ce guide.

Annexe I : L’exercice d’évacuation

L’exercice d’évacuation est une activité de formation par laquelle tout le personnel et les élèves se familiarisent avec le PSI-MU, les procédures, la mise en alerte, l’évacuation et le retour à la normale. De plus, l’exercice vise à évaluer l’efficacité de votre PSI-MU lors de son déroulement en temps réel.

En fait, les exercices vous permettront de cibler les éléments à améliorer dans votre plan, mais également de connaître les moyens d’évacuation. Au terme de tels exercices, votre personnel sera mieux outillé pour garantir l’évacuation sécuritaire des élèves.

Chaque établissement scolaire doit procéder à des exercices d’évacuation de façon périodique, conformément à la réglementation municipale en vigueur. À défaut d’une telle réglementation, il est préconisé d’effectuer ces exercices d’évacuation au moins deux fois par année, soit à l’automne et au printemps, dont une fois avec la collaboration de votre service de sécurité incendie.

Quelques conseils pour la préparation d’un exercice d’évacuation

Une fiche de contrôle a été conçue pour vous aider dans la préparation et la tenue d’un exercice d’évacuation. Nous vous suggérons de remplir et de conserver une fiche pour chaque exercice d’évacuation. Vous trouverez la fiche de contrôle à l’annexe IV.

Avant même la tenue d’un exercice d’évacuation, vous devez, une fois le PSI-MU mis en place dans votre établissement, vous assurer que tout le personnel reçoit une formation sur le contenu du plan ainsi que sur les tâches à accomplir en cas d’urgence.

  • Pour un exercice d’évacuation avec la collaboration de votre service de sécurité incendie, déterminez avec ce dernier la date et l’heure de l’exercice.
  • Pour un exercice d’évacuation sans la collaboration du service de sécurité incendie, avisez le centre d’urgence 9-1-1 et, s’il y a lieu, le centre de télésurveillance privé avant le début ainsi qu’à la fin de l’exercice.
  • Informez à l’avance le personnel et les élèves de la tenue de l’exercice (il est recommandé de faire au moins un exercice-surprise par année).
  • Pour sensibiliser les élèves à la tenue de l’exercice, il est recommandé au personnel enseignant de se référer aux conseils de prévention de l’annexe VI.
  • Notez les ressources qui doivent ou peuvent être avisées de la tenue de l’exercice (centre de télésurveillance privé, service de sécurité incendie, parents, etc.).
  • Indiquez le matériel requis pour l’évacuation (ex. : fauteuil roulant, clés du panneau d’alarme incendie). Référez-vous à la fiche 2.

Au moment de l’exercice, notez :

  • le temps d’évacuation;
  • le nombre d’élèves qui n’ont pas pu évacuer ou qui ont eu besoin d’assistance additionnelle à celle prévue pour le faire ainsi que les raisons de cette situation;
  • si le personnel et les élèves connaissent bien les consignes d’évacuation, l’emplacement des issues de secours et du point de rassemblement;
  • l’état des issues de secours;
  • le fonctionnement du système d’alarme (détection et audibilité);
  • si les numéros de téléphone des services d’urgence et des organismes avec lesquels une entente a été conclue sont encore à jour;
  • l’efficacité de la communication interne.

Après chaque exercice d’évacuation :

  • consignez les observations du service de sécurité incendie, s’il y a lieu;
  • tenez, dans les meilleurs délais, un débreffage avec les employés sur la manière dont s’est déroulé l’exercice et les enseignements qui peuvent en être tirés. À la suite de ces échanges et selon le résultat de l’exercice, mettez à jour le plan;
  • informez les élèves et les parents, dans les plus brefs délais, de l’appréciation du déroulement de l’exercice;
  • consignez les suivis concernant les corrections à apporter au bâtiment ou aux équipements de protection contre l’incendie et d’urgence.

Principales causes d’échec d’une évacuation

  • Contenu du plan mal connu ou mal compris, donc confusion du personnel
  • Réaction tardive des élèves
  • Découverte tardive de la source de l’incendie (ou identification tardive de la source de danger)
  • Chemin d’évacuation inutilisable
  • Connaissance insuffisante des issues de remplacement
  • Issues de secours inadéquates (nombre, dimension, conception)
  • Issues de secours fermées, bloquées ou verrouillées
  • Point de rassemblement trop près de l’établissement

Annexe II : Consignes d’évacuation

Cette annexe résume les consignes à suivre en cas d’évacuation. Celles-ci portent sur les actions à entreprendre :

  • pour évacuer de manière sécuritaire et se rendre au lieu de rassemblement;
  • pour signaler sa présence s’il est impossible d’évacuer.

Il est important d’expliquer cette fiche aux membres du personnel lors de leur formation sur le PSI-MU.

L’évacuation peut être préventive si elle vise à soustraire des personnes à un risque éventuel, mais pour lequel il n’y a pas urgence d’agir. Lors d’une telle situation, il est conseillé de suivre les mêmes procédures.

Le personnel de votre établissement devrait enseigner aux élèves ce qu’ils doivent faire lorsqu’ils entendent le signal d’alarme. Par la même occasion, les élèves devraient être sensibilisés aux comportements sécuritaires décrits à l’annexe VI.

Élément important à prévoir : le point de rassemblement

Au préalable, vous devez déterminer un point de rassemblement, situé à l’extérieur de votre établissement, pour mettre à l’abri les élèves évacués et procéder à leur décompte. Ce lieu doit être assez loin de l’école pour ne pas nuire au travail des intervenants d’urgence et à la circulation des véhicules, mais assez près pour que les élèves puissent l’atteindre rapidement et facilement. Si possible, ce lieu doit être visible de l’entrée principale de votre établissement. Le personnel doit être informé de la localisation du point de rassemblement.

Note : Comme il existe plusieurs types d’alarmes, l’établissement scolaire doit définir celui qui sera utilisé (signal simple ou double), en informer le personnel et les élèves et préciser les procédures particulières du bâtiment, s’il y en a.

Les membres du personnel de votre établissement scolaire doivent connaître le rôle et les tâches qu’ils devront accomplir lors d’une évacuation. L’annexe III résume leurs rôles respectifs.

L’utilisation de cartons de couleur pour le dénombrement

Pour obtenir rapidement le décompte des élèves évacués, optez pour la méthode des cartons de couleur. Remettez au personnel enseignant ou aux responsables de niveau, au responsable d’un groupe d’élèves, deux cartons : un vert et un rouge. L’enseignant doit conserver les cartons et la liste des noms des enfants de son groupe dans son local; il privilégiera un endroit facilement accessible.

Lors d’une évacuation, l’enseignant ou le responsable apporte les cartons et la liste et dirige son groupe au point de rassemblement à l’extérieur. À cet endroit, il effectue le décompte de ses élèves.

  • Si tous les élèves sont présents, il montre au responsable sur les lieux le carton vert.
  • Si un élève manque à l’appel, il le signifiera rapidement en montrant le carton rouge.

Cette façon de faire permet :

  • à l’enseignant d’indiquer son décompte au responsable de l’évacuation (le directeur ou son substitut) sans avoir à quitter son groupe;
  • au responsable de savoir, en un coup d’œil, grâce à la couleur des cartons, si tous les élèves sont sortis ou si certains manquent à l’appel et de transmettre sans délai l’information aux intervenants d’urgence.

S’il est impossible d’évacuer

Il est très rare, mais possible, qu’aucune issue de secours ne puisse être rejointe de façon sécuritaire. Certains secteurs d’immeuble sont susceptibles de présenter ce risque supplémentaire, comme un secteur aménagé en cul-de-sac ou un étage à aire ouverte. Il est important de connaître d’avance ces secteurs à risque. En présence d’une telle situation, il faut prévoir l’utilisation d’une aire de secours sécuritaire en attendant l’arrivée des secours. Des personnes pourront ainsi être évacuées dans un local fermé qui donne sur une voie de circulation publique. Il est très important que le surveillant de sortie bloque le passage vers l’issue considérée comme trop dangereuse et qu’il dirige les enseignants qui guideront les élèves vers le lieu de refuge prévu au PSI-MU. Une fois dans l’aire de secours,le surveillant de sortie devra :

  • obstruer le bas de la porte avec un linge pour éviter l’infiltration de fumée;
  • signaler sa présence en agitant les bras, un drapeau à la fenêtre ou, si possible, en communiquant avec le centre d’urgence 9-1-1.

Ces locaux devraient être identifiés dans votre PSI-MU et donc connus du service de sécurité incendie. Il sera alors facile pour les équipes de secours de procéder à une opération de sauvetage avec échelle aérienne dès leur arrivée sur les lieux.

Annexe III : Description des tâches des membres de l’équipe d’urgence

Pour des exemples, consultez l'annexe III de la version imprimable de ce guide.

Annexe IV : Fiche de contrôle pour la préparation et la tenue d’un exercice d’évacuation

Pour un exemple, consultez l'annexe IV de la version imprimable de ce guide.

Annexe V : Consignes à suivre lors d’un incendie

L’annexe V énumère les principales actions que le personnel doit réaliser afin d’aviser les secours en vue d’une évacuation sécuritaire et rapide des lieux.

En ce qui concerne l’utilisation des extincteurs portatifs et du matériel d’extinction, assurez-vous qu’au moins une personne présente sur les lieux a reçu une formation afin de les utiliser de manière sécuritaire et efficace.

En cas d’incendie (flammes et fumée apparentes)

  • Gardez votre sang-froid.
  • Déclenchez le système d’alarme incendie en activant le déclencheur manuel le plus près.
  • Faites évacuer le local.
  • Tentez, si c’est possible, d’éteindre le feu à l’aide d’un extincteur portatif.
  • Refermez les fenêtres, si c’est possible, et les portes, mais sans les verrouiller, derrière vous pour ralentir la progression de l’incendie et de la fumée.
  • Avisez la personne responsable ou la secrétaire.
  • Acquittez-vous de vos tâches (équipe d’urgence) en cas d’évacuation.

Au signal d’alarme, commencez à évacuer immédiatement

  • Ne cherchez pas vos effets personnels.
  • Ouvrez la porte de votre local prudemment et vérifiez s’il y a présence de fumée ou non dans le corridor.

S’il n’y a pas ou peu de fumée

  • Sortez de votre local.
  • Encouragez les élèves à évacuer dans le calme vers la sortie la plus près.
  • Utilisez les moyens d’évacuation (escaliers, corridors et portes de sortie) et dirigez-vous vers le point de rassemblement à l’extérieur.
  • Signifiez votre présence à la personne chargée du dénombrement.

S’il y a des flammes, de la chaleur ou de la fumée épaisse

  • Utilisez une autre porte de sortie. S’il n’y en a pas, restez dans votre local, fermez la porte, colmatez avec du linge l’ouverture au bas de la porte et signalez votre présence en composant le 9-1-1 ou en agitant un drap ou une serviette à la fenêtre afin d’être vu de l’extérieur.

Bien que la priorité soit l’évacuation des élèves, vous pouvez utiliser un extincteur portatif pour maîtriser et éteindre un début d’incendie, SEULEMENT si vous savez comment le manipuler et si vous êtes certain de pouvoir maîtriser le feu.

Important : Dirigez-vous au point de rassemblement prédéterminé. En cas d’évacuation, le toit d’un bâtiment ne doit pas être utilisé comme lieu de refuge, puisqu’il n’est pas sécuritaire. Une fois le bâtiment évacué, ne retournez jamais à l’intérieur sans avoir eu l’autorisation du service de sécurité incendie ou du coordonnateur.

Note : Pour toute autre situation nécessitant une évacuation, déclenchez l’alarme et rendez-vous au point de rassemblement.

Annexe VI : Conseils de prévention et surveillance des risques d’incendie

Cette annexe énumère quelques consignes à respecter pour prévenir les incendies sur les lieux de votre établissement. Tout le personnel devrait connaître ces consignes.

Conseils de prévention

Système d’alarme et avertisseur de fumée

Selon l’usage du bâtiment au regard de la réglementation en vigueur, un établissement scolaire peut être muni d’avertisseurs de fumée ou d’un système d’alarme incendie.

  • S’il y a un système d’alarme incendie :
    • il est exigé que l’entretien et la vérification annuelle soient effectués par une compagnie reconnue spécialisée dans le domaine.

  • S’il y a des avertisseurs de fumée électriques :
    • il est recommandé qu’ils soient branchés en permanence à un circuit électrique et interreliés de façon que tous se déclenchent simultanément dès que l’un d’eux se déclenche.

  • Si les avertisseurs de fumée fonctionnent à pile :
    • Remplacez les piles périodiquement. Il est recommandé de le faire au printemps et à l’automne, lors du changement d’heure et dès que l’avertisseur de fumée émet le signal sonore intermittent qui indique que la pile est faible. N’installez jamais de piles rechargeables.
    • Utilisez si possible une pile longue durée comme une pile au lithium.
    • Remplacez les avertisseurs selon les recommandations du fabricant, généralement aux 10 ans. La date de fabrication ou d’expiration est indiquée sur le boîtier. En l’absence d’une telle date, remplacez immédiatement l’appareil.

Note : Ces consignes sont aussi valides pour les avertisseurs de monoxyde de carbone.

  • Assurez-vous que les avertisseurs de fumée sont en bon état de fonctionnement et qu’ils sont vérifiés conformément à la réglementation municipale ou à celles de la Régie du bâtiment du Québec ainsi qu’aux normes du fabricant.
  • Assurez-vous que des avertisseurs de fumée sont installés dans chaque pièce où des gens peuvent dormir (si des élèves doivent passer la nuit à l’école lors d’une activité particulière comme une compétition sportive). S’il n’y a pas d’avertisseur de fumée dans l’école, communiquez avec le service de sécurité incendie pour plus d’information à ce sujet.
  • Optez pour un système d’alarme incendie relié à un centre de télésurveillance privé. De cette façon, le déclenchement du système transmettra un signal au centre de télésurveillance qui avisera aussitôt le service de sécurité incendie. Ce dernier pourra dès lors intervenir plus rapidement, particulièrement si l’incendie se déclare dans l’école en l’absence du personnel.

Issues

  • Gardez les corridors, les cages d’escalier et les issues dégagés en tout temps. Déneigez les issues en période hivernale.
  • Gardez les issues déverrouillées de l’intérieur afin qu’elles s’ouvrent facilement en cas d’évacuation.

Produits dangereux inflammables, combustibles et explosifs

  • Limitez l’entreposage des produits inflammables (certaines colles, acétone, etc.) et combustibles (peinture, mazout, diluants, etc.). Entreposez-les dans un endroit sec, aéré, verrouillé et hors de la portée des élèves.
  • N’entreposez pas ces produits à proximité d’une source de chaleur.
  • N’entreposez jamais de bonbonnes de propane à l’intérieur.
  • Entreposez dans une armoire fermée à clé tous les produits dangereux utilisés dans les laboratoires.

Appareils d’éclairage de secours

  • Installez des appareils d’éclairage de secours dans les escaliers, les corridors ainsi que les issues et assurez-vous de leur bon fonctionnement.

Extincteur portatif

  • Installez au moins un extincteur portatif par étage et aux endroits comportant des risques localisés d’incendie (ex. : cuisine, laboratoire, salle informatique).
  • Installez les extincteurs portatifs bien en vue, à portée de main et près d’une sortie.
  • Choisissez un extincteur portatif de cote minimale 2A 10B C. Assurez-vous qu’il est assez léger pour être facilement manipulable.
  • Informez le personnel sur l’utilisation de l’extincteur portatif.
  • Utilisez l’extincteur pour maîtriser un feu de petite dimension, et ce, seulement si vous savez comment le manipuler et si le feu est maîtrisable. Ne mettez pas votre vie en danger. N’utilisez l’extincteur qu’après vous être assuré que tous les membres du personnel et les élèves sont en sécurité.
  • Appelez toujours le 9-1-1 avant d’utiliser un extincteur portatif.
  • Si vous vous servez de l’extincteur, placez-vous dos à une sortie non obstruée au cas où une évacuation rapide serait nécessaire. Même si le feu est maîtrisé, appelez le service de sécurité incendie.
  • Faites vérifier annuellement les extincteurs portatifs par une entreprise reconnue et spécialisée.
  • Faites remplir l’extincteur portatif selon les directives du fabricant ou dès qu’il a été utilisé, ne serait-ce que quelques secondes.

Rallonges électriques

  • Évitez de surcharger les circuits électriques.
  • N’utilisez pas de clous ou d’objets métalliques pour suspendre les rallonges électriques et n’y faites pas de nœuds.
  • Ne dissimulez pas de rallonges électriques sous les tapis.
  • Utilisez des rallonges électriques et des barres d’alimentation (avec disjoncteurs si possible) certifiées par un organisme reconnu tel que l’Association canadienne de normalisation (CSA) et les Laboratoires des assureurs du Canada (ULC).

Surveillance des risques d’incendie

  • Limitez l’affichage de matières combustibles fixées aux murs et aux plafonds, comme celles qui sont utilisées pour les arts plastiques et l’enseignement (ex. : carton, papier). Selon le Code national de prévention des incendies – Canada 2005, la surface couverte des murs ne peut dépasser 20 %.
  • Limitez l’entreposage de matières combustibles ou dangereuses.
  • N’entreposez pas de matières combustibles dans les locaux techniques, comme la salle de distribution électrique, la buanderie ou la salle de chauffage central.
  • N’utilisez pas de rallonges électriques de manière permanente ni de rallonges électriques endommagées.
  • Maintenez une surveillance continue lors de travaux en laboratoire.
  • Privilégiez des décorations ignifuges qui limitent les risques d’incendie.
  • Gardez les issues dégagées de tout obstacle en tout temps.
  • Dressez l’inventaire de toutes les matières dangereuses utilisées dans votre établissement (dans les laboratoires, les ateliers, la cuisine, etc.), obtenez les fiches signalétiques de ces produits et réunissez l’information dans une reliure à anneaux que vous pourrez remettre aux intervenants d’urgence selon le cas.

Selon les types de risques présents sur votre territoire (inondation, tremblement de terre, vents violents, fuite de gaz toxiques provenant d’une industrie située à proximité de l’école, etc.), d’autres mesures préventives peuvent être mises en place. Rappelons qu’il est préférable de communiquer avec votre municipalité afin de connaître les risques propres à votre environnement.

Annexe VII : Conseils de prévention des incendies à l’intention des élèves

Consignes à suivre en cas d’évacuation

  • Garde ton calme.
  • Sors en suivant les consignes d’évacuation de ton enseignant.
  • S’il y a de la fumée, marche à quatre pattes sous la fumée, le long des murs, la tête relevée. Ne rampe pas, car certains gaz toxiques s’accumulent au niveau du sol.
  • Ne t’arrête pas à ton casier. Les objets personnels sont remplaçables.
  • Dirige-toi vers la sortie la plus près et rends-toi au point de rassemblement à l’extérieur avec ton enseignant.
  • Ne retourne jamais à l’intérieur de l’école sans l’autorisation de ton enseignant.

Comportements sécuritaires à adopter

Rappelez aux élèves les comportements sécuritaires à adopter en cas d’urgence, par exemple lors d’un incendie. Les comportements à adopter sont les suivants :

  • Tiens-toi loin des objets chauds qui peuvent te faire mal, comme les chaudrons sur la cuisinière, les briquets, les allumettes et les chandelles. (Ce conseil s’adresse particulièrement aux élèves du 1er cycle du primaire.)
  • Avertis un adulte si tu trouves des allumettes ou un briquet.
  • Ne te réfugie jamais dans un placard ou sous un meuble. (Ce conseil est important, car les enfants ont tendance à se cacher lorsqu’ils ont peur.)
  • Considère les pompiers, les policiers et les ambulanciers comme des amis.
  • Ne mets rien dans les calorifères. (Même un adolescent peut avoir ce comportement.)
  • Si tes vêtements prennent feu, d’abord arrête-toi, puis tombe par terre en te cachant le visage dans les mains et roule par terre pour écraser le feu (la technique arrête, tombe et roule).
  • Refroidis une brûlure avec de l’eau froide et avise un adulte.
  • Lors de travaux en laboratoire, attache tes cheveux et ferme bien ton sarrau. Évite les longues manches larges qui pendent.

Annexe VIII : Consignes à suivre lorsqu’une personne se blesse ou est victime d’un malaise grave

Voici quelques procédures à suivre lorsqu’une personne subit une blessure ou est victime d’un malaise grave.

Témoin d’une blessure ou d’un malaise grave

Lorsque vous devez assister une personne qui a subi une blessure ou qui a été victime d’un malaise grave :

  • restez calme et rassurez-la;
  • prévenez un membre du personnel ayant reçu une formation de secouriste;
  • à la demande du secouriste ou, s’il y a lieu, communiquez avec le 9-1-1 et surveillez l’arrivée des ambulanciers ou des premiers répondants pour les diriger rapidement au bon endroit;
  • s’il n’y a pas de secouriste, demeurez avec la personne et envoyez quelqu’un attendre les ambulanciers ou les premiers répondants pour les diriger vers elle;
  • suivez les recommandations du secouriste et secondez-le;
  • éloignez les curieux.

Rappel des règles de base pour les premiers soins

  • Assurez-vous, avant même d’approcher le blessé, que les lieux de l’accident sont sécuritaires pour vous et pour le blessé.
  • Ne donnez jamais à boire ou à manger à une personne gravement blessée.
  • Tournez sur le côté toute personne inconsciente et sans blessure à la colonne afin de libérer les voies respiratoires et d’empêcher leur obstruction.
  • Immobilisez toute personne blessée à la colonne et, si elle est consciente, avertissez-la de ne pas bouger.
  • Attendez calmement les secours.

Annexe IX : Exemples de sinistres auxquels votre établissement pourrait faire face

Intoxication au monoxyde de carbone (CO)

Le monoxyde de carbone est un gaz mortel inodore, incolore, sans saveur et non irritant. Il est impossible pour un être humain d’en détecter la présence.

Prenez garde : Le CO cause des centaines d’intoxications annuellement au Québec. Il est produit lorsqu’un appareil brûle un combustible comme l’essence, l’huile, le mazout, le propane, le gaz naturel. Inventoriez les sources possibles de production de CO (ex. : appareil de chauffage au mazout, appareil de chauffage d’appoint). Assurez-vous qu’elles sont en bon état de fonctionnement en faisant effectuer un entretien rigoureux chaque année. Assurez-vous de la présence d’avertisseurs de monoxyde de carbone en bon état de fonctionnement installés aux endroits stratégiques.

Quoi faire : Si quelqu’un présente des symptômes d’intoxication (mal de tête, nausées, vertiges, étourdissements, somnolence, etc.), aérez immédiatement la pièce, évacuez tout le groupe et fermez la porte, avisez la secrétaire et demandez-lui de composer le 9-1-1. Attendez l’autorisation d’un expert avant de réintégrer les lieux.

Inondation

Prenez garde : Même si vous n’êtes pas à proximité d’un cours d’eau, vous pouvez être victimes d’une inondation due à un bris de conduite d’eau ou à un refoulement d’égouts.

Quoi faire : Si un groupe d’élèves se trouve au sous-sol, l’enseignant qui en a la responsabilité doit le conduire à l’étage de l’entrée principale. Lorsque le niveau de l’eau vous y oblige, évacuez en suivant le PSI-MU. Prenez note que certains dommages causés par l’eau peuvent être évités ou limités par un clapet anti-retour.

Un clapet antiretour est un dispositif qui empêche les eaux d’égouts de refouler dans le sous-sol. Le clapet se ferme automatiquement lorsque les eaux d’égouts refoulent.

Panne de courant

En hiver, en cas de longue panne, une évacuation peut devenir nécessaire.
Prenez garde : Plusieurs appareils de chauffage d’appoint augmentent le risque d’incendie et peuvent dégager du monoxyde de carbone.

Quoi faire : Chaque enseignant doit garder, à portée de main, le matériel nécessaire (bougies, lampe de poche, radio à piles, allumettes, etc.). Si une évacuation est nécessaire, suivez les procédures de l’annexe II.

Tremblement de terre

Prenez garde : Si le bâtiment est équipé d’appareils au gaz naturel ou relié à un réservoir de propane à l’extérieur, assurez-vous que tout est solidement arrimé et que les conduites ne peuvent se briser pour ainsi éviter les risques de fuites.

Quoi faire : Les enseignants doivent demander aux élèves de s’éloigner des fenêtres et des objets en hauteur. Tous doivent se cacher sous les bureaux ou sous un meuble solide. Après le tremblement de terre, vérifiez si le bâtiment est endommagé. Évacuez si les dommages sont sérieux et attendez l’autorisation d’experts avant de réintégrer le bâtiment.

Vents violents

Prenez garde : Si une personne doit se rendre à l’extérieur du bâtiment, sensibilisez-la aux dangers liés aux débris comme la tôle, le verre ou tout autre objet qui peut être transporté par le vent.

Quoi faire : Réunissez les élèves et le personnel en un lieu sûr, au sous-sol, par exemple.

Odeur suspecte et déversement d’un produit dangereux à l’intérieur de l’établissement

Prenez garde : Il faut sécuriser les lieux et prévenir le coordonnateur qui communiquera avec le 9-1-1.

Quoi faire : Préparez-vous à évacuer sur l’ordre du service de sécurité incendie ou de la municipalité. Cependant, si les risques pour la santé et la sécurité du personnel et des élèves semblent évidents, prévenez le coordonnateur et évacuez l’étage immédiatement.

D’autres situations de crise peuvent survenir dans un établissement scolaire. Il suffit de penser aux pannes d’ascenseur, aux intrusions, aux alertes à la bombe, à une personne violente (élève ou parent). Vous pouvez alimenter votre PSI-MU en fonction des autres risques possibles dans votre établissement. Votre commission scolaire peut vous aider à alimenter cette partie de votre plan.

Afin d’obtenir plus de détails, visitez le site Internet du ministère de la Sécurité publique à www.securitepublique.gouv.qc.ca. Suivez les liens « Sécurité civile » puis « Se préparer aux sinistres ». Vous y trouverez, dans le détail, comment réagir à ces différentes situations d’urgence, que vous pourrez adapter à vos besoins. Selon le cas, vous pouvez intégrer ces mesures à l’annexe IV.

Annexe X : Consignes relatives au confinement

Parmi les mesures de protection pour se soustraire à un sinistre, la première mesure apprise est l’évacuation. Toutefois, en présence de risques technologiques qui proviennent de l’extérieur de notre environnement, des mesures de confinement et de mise à l’abri peuvent être demandées par les autorités publiques.

Principes d’intervention

Lors d’un accident dans un établissement utilisant des produits chimiques, il est possible qu’il y ait émission de gaz toxique dans l’atmosphère. Le nuage toxique peut alors se diriger vers l’établissement scolaire, en fonction de la direction et de la vitesse des vents. En raison du court délai avant l’arrivée du nuage, et parfois de la mobilité réduite de certains élèves, l’évacuation est parfois impossible. Vous devez alors utiliser la protection qu’offre le bâtiment afin de protéger le personnel et les élèves et mettre en place une procédure de confinement.

Quand mettre en place la procédure de confinement?

  • Lorsque vous constatez la présence d’un nuage inhabituel à la hauteur des bâtiments.
  • Lorsque vous constatez la présence d’odeurs inhabituelles laissant craindre une fuite de matières dangereuses. Toutefois, puisqu’un bon nombre de matières dangereuses sont inodores, vous ne devez pas vous fier à l’absence d’odeur pour conclure qu’il n’y a pas de matières dangereuses.
  • Lorsque vous entendez la sirène d’alarme de l’usine de pétrochimie.
  • Lorsqu’un représentant des services d’urgence ou de la municipalité en avise l’établissement.

Quoi faire?

  • Faites entrer les élèves qui sont à l’extérieur.
  • Fermez toutes les portes extérieures et toutes les fenêtres.
  • Fermez toutes les portes des locaux.
  • Fermez les portes coupe-feu dans le corridor afin d’éviter la circulation d’air.
  • Fermez le système de ventilation (indiquez, sur le plan d’étage, où se trouve l’interrupteur).
  • Fermez la hotte dans la cuisine et évitez toute cuisson.
  • Évitez d’ouvrir inutilement les portes extérieures.
  • Communiquez avec la municipalité afin de connaître la durée probable de l’événement.
  • Si l’événement risque de durer assez longtemps pour permettre d’atteindre des concentrations toxiques dans l’immeuble, prévoyez la mise en place d’un système de transport afin de reloger le personnel et les élèves.
  • Préparez-vous à une évacuation de l’immeuble.