Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique
Ministère de la Sécurité publique

Semaine de la prévention des incendies

Statistiques concernant les incendies de cuisine

Saviez-vous que...

En moyenne, environ 16 000 incendies surviennent chaque année au Québec.

Depuis 2010, une baisse considérable de 27 % du nombre d’incendies annuel a été observée. Cette dernière s’explique, entre autres, par des activités de prévention efficaces et par la mise en œuvre des schémas de couverture de risque en incendie.

Près du tiers des incendies de bâtiments résidentiels au Québec débutent dans la cuisine, soit environ 1 300 incendies par année ou 25 par semaine.

Entre 2011 et 2015, 74 personnes sont décédées et 504 ont été blessées dans un incendie ayant débuté dans la cuisine. L’intervention des pompiers a permis le sauvetage de 304 personnes.

Près de deux victimes sur trois (60 %) sont de sexe masculin.

Les éléments de la cuisinière représentent la source de chaleur de 63 % des incendies mortels ayant débuté dans la cuisine.

La Fondation des pompiers du Québec pour les grands brûlés estime que 80 % des brûlures sont causées par une source thermique domestique tels les huiles chaudes, les liquides bouillants, les liquides à fondue, etc.

Parmi les 1 300 incendies de cuisine, près de la moitié sont dus à une distraction (47 %) et ce sont les appareils de cuisson (four, cuisinière et autres équipements de cuisson) qui sont à l’origine de ces incendies (82 % des cas).

À elle seule, l’utilisation inadéquate du matériau enflammé (combustible renversé accidentellement, huile de cuisson ou matières grasses) représente 325 incendies de cuisine par année au Québec.

Les huiles et matières grasses pour la cuisson sont les premières matières enflammées lors d’incendies de cuisine au Québec.

Selon les rapports d’incendie transmis par les pompiers, le manque d’entretien des gros appareils électroménagers et des hottes de cuisine contribue à déclencher de nombreux incendies.

Les rapports d’incendie transmis par les pompiers permettent de cibler plusieurs mauvais comportements en cuisine qui se concluent trop souvent par des blessures et autres conséquences graves. Parmi les comportements à éviter :

  • déplacer une casserole en flammes;
  • verser de l’huile bouillante dans l’évier;
  • tenter d’éteindre un feu d’huile avec de l’eau.

Lors d’un début d’incendie, la meilleure chose à faire est d’évacuer l’endroit et d’appeler rapidement le 9‑1‑1.

Seulement 42 % des résidences incendiées sont munies d’un avertisseur de fumée fonctionnel.

Un avertisseur de fumée n’est pas éternel. Il doit être remplacé aux 10 ans.

L’avertisseur de fumée ne détecte pas le monoxyde de carbone (CO). Il est fortement conseillé de se procurer un avertisseur de CO si votre domicile dispose d’appareils fixes à combustion comme un poêle à bois, une fournaise au mazout, une cuisinière au gaz ou un garage adjacent à la résidence.

Il ne suffit pas de tester le signal sonore d’un avertisseur de fumée. Il faut aussi tester sa capacité de détection de la fumée au moins une fois par année. Pour plus d’information, il faut se référer aux normes du fabricant.