Passer au contenu
Bandeau d'identification visuelle du Ministère de la sécurité publique

Guide d'élaboration de projets et de plans d'action en prévention de la criminalité
Date de publication : 2004

Introduction

Il faut malheureusement constater que bon nombre de ces projets sont refusés principalement parce que les propositions sont peu développées et qu'elles ne sont pas élaborées en fonction d'une démarche structurée visant à : reconnaître une problématique donnée, pour ensuite proposer des actions pour s'y attaquer et finalement, évaluer les interventions réalisées et l'atteinte des objectifs. Il n'est pas rare que les intervenants eux-mêmes expriment les difficultés qu'ils rencontrent à élaborer des projets qui répondent aux exigences et aux critères des programmes de financement, même lorsque leur action terrain est reconnue par le milieu comme étant très appropriée.

Conformément à la Politique ministérielle en prévention de la criminalité rendue publique en novembre 2001, et dont une des orientations est de soutenir l'action locale, ce guide vise donc à fournir un outil accessible pour illustrer, à l'aide d'exemples concrets, la démarche pour élaborer et rédiger un projet de prévention. Le Ministère a également dévoilé une politique ministérielle sur l'approche de police communautaire dans laquelle les policiers doivent travailler en partenariat avec la communauté. Les corps policiers deviennent donc des partenaires de premier plan pour des projets de prévention; ils peuvent être une source inestimable de renseignements et jouer un rôle important dans les projets.

Ce guide est divisé en six parties représentant les composantes essentielles d'un projet qui sont généralement demandées par les bailleurs de fonds : 1) description du problème; 2) groupes visés; 3) formulation des objectifs; 4) rédaction du plan d'action; 5) élaboration du plan d'évaluation; et 6) autres éléments pour compléter le projet, notamment le budget, les partenaires, les suites du projet, etc.

D'entrée de jeu, il nous apparaît utile d'insister sur deux remarques importantes.

Chaque partie d'un projet est essentielle

Il faut d'abord reconnaître que toutes les parties d'un projet sont fortement inter-reliées. Cela signifie par exemple que si le problème est mal défini, il sera impossible de formuler des objectifs clairs et précis et conséquemment, personne ne pourra s'assurer que les activités mises de l'avant pourront avoir un effet sur la source du problème.

En d'autres mots, le point de départ d'un projet est la définition du problème auquel on veut s'attaquer. Il faut en mesurer l'ampleur et se demander pourquoi il faut intervenir. Lorsque le problème sera bien documenté, il sera beaucoup plus facile de déterminer les actions appropriées pour le contrer.

Un projet détaillé

Il est hautement souhaitable de détailler le plus possible chacun des éléments du projet avec une emphase particulière sur le plan d'action, les moyens de le réaliser et les échéanciers. Il peut paraître long et ardu de bien faire cet exercice, souvent avant même d'être assuré d'obtenir une aide financière. Les responsables de projet peuvent toutefois être assurés que cet effort sera rentable puisqu'il permettra une économie de temps en cours de projet, sans compter la possibilité d'effectuer un meilleur suivi de l'évolution du projet et de réajuster le tir au besoin pour obtenir de meilleurs résultats.

On est maintenant prêt à commencer !

Vers le haut

Gouvernement du Québec, 2014
© Gouvernement du Québec, 1996-2014